[Bestiaire] Draconomicon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Bestiaire] Draconomicon

Message par Galdwyn Darkyl le Ven 11 Déc - 21:32

Dragons


Et pas que dans les donjons...

Aaaah, les dragons... Figures de proue du bestiaire magique qui peuplent nos aventures, forces ancestrales de la nature, objets d'onanisme intellectuel des Maîtres de Donjons et Némésis de l'aventurier moyen...

Mais, me direz vous, dans le fond (et au premier rang aussi), qu'est-ce qu'un dragon?

I)« Tout ce qui brûle n'a pas d'or », ou: Ne les confondez plus.

Si je vous demande, comme ça, tout à trac, de décrire en deux mots un Dragon, vous me répondez?

Reptilien, certes. Grand, passable. Ailé? Okay... Crachant le feu? D'accord.

Eh bien j'ai le grand regret de vous apprendre qu'en l'état actuel des choses, vous faites parties des gogos qui crient au dragon et dérangent une coûteuse armada de tueurs « chevronnés » pour une simple attaque de salamandres de feu alors que dans le village d'à côté un pauvre péquenaud fait face à un grand dracosire Bleu avec pour toute arme la longue perche en bois qu'il voulait utiliser pour déloger « un ou deux lézards voltaïques ».

Les dragons ne correspondent pas tous au cliché de la rôtissoire XXL planant au dessus des villages, loin s'en faut. Commençons donc notre petit survol draconien par les idées reçues à éviter si l'on souhaite éviter les mauvaises surprises...

« Les Dragons, ça vole! » Correct, mais incomplet. Les dragons disposent effectivement dans leur immense majorité d'une paire d'ailes et ne s'en servent pas que comme parasol, mais c'est loin d'être un critère déterminant: certaines sous-espèces de dragons comme les dragons-tortues, les pseudo-dragons ou les « dragons-belle-mère » (très très très dangereux) ne disposent pas de ces accessoires. Et tous les dragons ne passent pas leur temps dans les nuages, certains -surtout les plus vieux- volent comme des enclumes (le grand âge...) et préfèrent rester au sol pour sauvegarder leur dignité. Quoi qu'il en soit, voici le truc infaillible pour ne pas paniquer pour rien: la créature doit avoir 4 pattes ET une paire d'ailes. Si les ailes ont remplacé les bras, c'est un Wyverne.

« Les Dragons, c'est Grand! » A la fin, oui. Les dragonnets à la naissance font en général la taille d'un gros chat. Et même là, ils sont plus que capables de vous mettre en pièces. Mais si vous tombez sur un lézard qui vous met un doute, patientez quelques instants non loin de lui en le menaçant de votre lance. Si sa môman arrive en obscurcissant le ciel et déracine 3 hectares de forêt en vous collant une beigne, c'était bel et bien un bébé dragon.

« Les Dragons, ça crache le Feu! » Grosse erreur. Certains types de dragons crachent le feu, mais il y a de très nombreuses espèces dotées de souffles très divers: feu, glace, électricité, acide, pétrifiant, divers gaz... Et ce ne sont pas les seuls créatures magiques reptiloïdes capable de vous crâmer la robe de mage en éternuant.

« Les Dragons, c'est des Lézards! » Alors déjà, même si ce n'est pas totalement faux, je vous déconseille vivement de le leur dire en face: la dernière personne qui avait traité Bélé, notre co-citoyen dragon d'or, de « gros lézard bling-bling » a dû finir en composant magique pour un sort de « nuage de cendre ». Les dragons sont en effet des créatures reptiliennes, mais elles transcendent le simple lézard un peu comme le Mage transcende le chimpanzé (ce n'est visible qu'à la fin de ses études de magie, cependant): ce sont de véritables forces de la nature, imprégnées de magie et bien plus sages (ou retorses) que la plupart des intellectuels humanoïdes. Certes, la ressemblance physique existe. Mais à grande distance. Et enfin, la plupart des dragons un tant soit peu âgés ont la capacité de changer de forme, prenant parfois plaisir à se mêler incognito à certaines civilisations. Donc si le type que vous avez insulté dans la Taverne crache un long jet de flamme qui roussit votre bâton de mage, je vous conseille de ne pas relever ou bien d'avoir un ou deux sorts de « Vision Lucide » sous la main avant de le provoquer en duel dans la Grand'Rue.

II)Le Dragon, sa Vie, son Œuvre, son Trésor.

L'intellect relativement élevé du Dragon moyen me pousse à vous présenter une analyse du bestiau plus développée que « Il vit là, il mange ça, il se bat comme ça » (fameuse triple question ayant la même réponse quand on parle des gobelins: une Bouse). Les Dragons sont des formes de vies si uniques qu'on peut bien s'arrêter deux secondes pour contempler le tenant et l'aboutissant de leur existence avant d'aller aiguiser son épée vorpale sur leurs vertèbres cervicales.

Tout d'abord, petits veinards, apprenez que les Dragons sont des créatures résolument solitaires ne possédant aucune forme de société. Le pire tour que puisse vous jouer Mankdebol, dieu tutélaire de la Loose et du gros Fumble, c'est de vous faire tomber dans le nid d'un couple de Dragons et de leur nichée fraîchement éclose. Mais bon, le fait de vous faire tomber sur un Dragon même tout seul consiste déjà en une grosse vacherie de la part de ce dieu aux occupations contestables.

Les Dragons ne forment pas un couple stable (probablement parce que les querelles de ménage viraient systématiquement à une séance de réorganisation de l'architecture du paysage) et se séparent dès qu'ils ont sacrifié à l'obligation naturelle de perpétuation de l'espèce. La femelle récupère donc la tâche enviable de garder les œufs, sauf quand elle réussit à garder le mâle suffisamment longtemps dans le coin pour lui fourguer le paquet entre les pattes avant de s'envoler en ricanant (certains dragons sont vraiment des créatures démoniaques). Le « parent » se retrouvant avec la couvée se contente généralement de la surveiller d'un œil mauvais et de réduire en pulpe sanguinolente les deux-trois suicidaires tentant d'en piquer un pour satisfaire leurs envies de dressage ou gastronomiques (y'a vraiment des nobles oisifs qui ont une fortune à perdre, à Waldorg). Dès que les dragonnets éclosent, leur géniteur les abandonne systématiquement et file retrouver sa caverne de célibataire, où il s'octroiera un bain de pièces d'or bien mérité en se jurant de ne plus jamais se retrouver dans une pareille situation après un plan drague un peu hâtif.

Les dragonnets ont une enfance imprévisible, qui peut aller de la vie en meute avec ses frères et sœurs à l'adoption par des créatures sauvages ou intelligentes, en passant par l'adoration par une quelconque tribu primitive. A peine sortis de l'œuf, les dragonnets sont déjà plus que capables de se défendre seuls: même si l'intelligence met parfois plusieurs millénaires à venir, l'instinct est une chose particulièrement affûtée et efficace chez les dragons. Le pire danger que puisse croiser un bébé dragon consiste en un dragon plus gros et moins bien intentionné, même si le prédateur n°1 des dragonnets est le groupe d'aventuriers en goguette, affamés d'XP et d'armures exotiques.

Après quelques décennies, le jeune Dragon quitte généralement son lieu de naissance pour partir à l'aventure: suivant son alignement, il peut employer ces années d'errances à brûler les villages isolés et terroriser le bon peuple, à étudier en secret telle ou telle race intelligente, à prendre contact avec d'autres créatures surnaturelles intelligentes ou même vivre une existence de mercenaire en louant ses considérables compétences guerrières. Outre le fait de l'empêcher de s'ennuyer, cette période lui permet d'accroître ses pouvoirs magiques, de tisser d'éventuels liens pouvant s'avérer utiles dans le futur, mais surtout: elle lui permet de commencer à amasser un trésor.

Car les dragons sont tous obsédés par les richesses. Chaque race a son péché mignon, certains diamants, les objets magiques, les artefacts rares ou tout bêtement l'or, mais TOUS les dragons sans exceptions sont des collectionneurs de trésors. Du reste, après quelques siècles d'aventures en tout genre, le dragon approchant de l'âge mûr commencera à songer à se caser, c'est à dire en se trouvant un repaire digne de lui où il entassera ses prises.
Le repaire en question sera généralement un lieu difficilement accessible, isolé et suffisamment grand pour permettre au dragon de s'y sentir à son aise, genre haute montagne ou profonde caverne. Certains dragons un brin snob semblent avoir une préférence pour les vieux donjons et les châteaux en ruines, alors que d'autre effectuent une forme de retour à la nature en élisant domicile au plus profond d'une forêt centenaire, mais c'est comme pour toutes les races: il y a des excentriques partout.

Une fois posé dans son antre, le Dragon en a généralement fini avec son mode de vie itinérant, et se consacrera uniquement désormais à l'accroissement de son pactole. Pour cela, différentes méthodes:
*la méthode « Smaug »: le dragon pose ses valises dans un lieu contenant un gros trésor (généralement une citadelle naine, ce qui expliquerait pourquoi les nains ont mauvais caractère: vous aussi l'auriez un peu mauvaise si le fruit du labeur millénaire de vos ancêtres et vous-même était soudain réquisitionné sans vergogne par un dragon se sentant des envies de compte bancaire), se débarrasse de ses occupants et va tranquillement toucher le jackpot. Généralement, cette méthode est très prisée par les jeunes dragons sans scrupules qui obtiennent du même coup un repaire, un capital de départ considérable et une source de revenus et de distraction stable (sous la forme de groupes d'aventuriers bardés d'objets rares venant « occire la bête et piller restituer le trésor à ses légitimes propriétaires »), ce qui prouve que même les dragons savent trouver des idées intéressantes pour aider les jeunes à démarrer dans la vie.
*la méthode « Princess Bride »: Le dragon s'en va kidnapper une donzelle raisonnablement jeune, visuellement attractive et si possible noble ou suffisamment unique pour avoir une quelconque valeur, l'emmène dans un lieu défendable ou se contente de trucider toute chose vivante aux alentours et annonce haut et fort qu'il ne la rendra que contre une coquette somme ou un artefact rare. De même, la flopée de chevaliers errants et autres héros en quête d'une gentille petite rente de prince consort fournira au dragon amusement et victuailles régulières.
*la méthode « Overlord »: Le dragon s'établit non loin d'une bourgade à laquelle il va faire une petite visite de courtoisie à base de bâtiments détruits, de milice réduite en assiette de charcuterie et de bambins criant « mamaaaaaaaan » dans les décombres. Une fois les présentations effectuées, le dragon expliquera plaisamment à ses nouveaux voisins qu'il estime qu'un tribut payé régulièrement serait un bon moyen d'entretenir de saines relations de bon voisinage, et pourquoi pas la livraison d'une ou deux appétissantes jeunes vierges quelques fois par mois. Ce système est relativement pépère et sans danger pour le dragon, du moins tant qu'il s'assure qu'aucun villageois terrorisé ne va se lancer dans un périple solitaire pour se rendre jusqu'à la prochaine ville afin d'y recruter des mercenaires qui jureraient affreusement avec le cadre bucolique du coin.
*la méthode « Employeur »: pour changer, une méthode relativement « Bonne », ou tout du moins neutre. Le dragon -sous sa vraie forme ou non- confie à un groupe d'aventurier une quête X ou Y afin de récupérer au péril de leur vie et pour une somme modique un objet qui accroîtra sa fortune. Comme n'importe quel Employeur d'aventuriers niveau 1, en fait.

Un dragon vieillissant commencera à se tourner vers d'autres occupations que la simple recherche de richesses, que ce soit pour continuer d'accroître ses pouvoirs magiques, son influence sur un territoire ou pour soutenir telle ou telle cause. Certains dragons atypiques semblent également trouver la vie « humaine » (ou elfe, orque, etc...) plus excitante et se mêlent à la population anonymement, pouvant tisser des liens à long termes avec certaines créatures: les demi-dragons sont le fruit de l'union d'un dragon métamorphosé et d'un(e) humain(e), par exemple. Ce fait a donné la naissance à la théorie du sang draconique donnant leurs pouvoirs aux ensorceleurs. Les vieux dragons peuvent devenir connus, et être recherché par les mortels en quête de soutien dans leurs campagnes sacrées ou impies, de pouvoirs extraordinaires, d'alliés sortant du commun ou plus bêtement d'XP en pagaille.


Je ne vais pas entrer aujourd'hui dans la description des deux types majeurs de dragons (Chromatiques et Métalliques), ni dans le mode de vie des diverses espèces, ce sera pour la prochaine fois. J'espère en tout cas que ce cours vous aura fait toucher du doigt quelles formes de vie uniques et majestueuses sont les dragons, et à quel point tout mage digne de ce nom doit aborder cette espèce avec tout le respect de rigueur.

Même si le respect n'est pas incompatible avec un sort de « Glaive d'Eclair Pourfendeur » +57 contre les créatures Grosbills, c'est moi qui vous le dit.

Galdwyn Darkyl, Fan de Dragonforce.

_________________
Looking for something I've never seen...
avatar
Galdwyn Darkyl
Intelligence Pénétrante

Masculin Nombre de messages : 669
Age : 29
Localisation : si tu as de la chance, entre tes mains
Archétype : Artefact Intelligent
Job/Hobbies : la Connaissance, la Magie, les pierres à aiguiser de qualité
Date d'inscription : 16/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum