La Taverne Chez Elvis

Page 8 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La Taverne Chez Elvis

Message par Galdwyn Darkyl le Mer 2 Fév - 21:37

Pendant que l'on remédiait à la "green attitude" du maire...

Klaus: mais dites-moi, Aljashus, vous n'êtes pas au courant des détails à propos de l'Université? vous y étiez, non?

Aljashus: Eh bien comme je l'avais prédit dans mes courriers adressés au Conservateur de la Bibliothèque Simili-Occulte, l'utilisation incontrôlée des flux de mana a...

GM: Oui, oui, ça vous nous l'avez déjà expliqué. J'avais déjà rien compris à l'époque, y'a peu de chances pour que ça change. Ce que je veux savoir, c'est QUI est le criminel qui s'est permis de détourner à son profit les flux de mana de MA ville?

Klaus: Ben... Galdwyn Darkyl, le conservateur.

GM: Comment OSE-t-il... Quelle loutre qui danse! :raleur:

Klaus: euuuh... Sauf votre respect, m'sieur le Grand Maire, c'est un peu vous qui lui avez collé entre les pattes l'accès privilégié...

Aljashus: Je n'étais pas conscient lors de l'évènement en lui même, mais je sais de source sûre que M. Ninjigen Sygmato et la jeune Guu se sont présentés aux portes de la Bibliothèque moins d'une demi-heure avant les faits. Ils avaient l'air d'être impatients de voir M. Darkyl...

Klaus: Peut-être qu'il y a eu du gaz entre ces trois phénomènes de foire et que ça a tourné au vinaigre...

GM: Qu'on les convoque immédiatement! Ils répondront de leurs crimes et seront condamnés à m'enduire les doigts de pied de barbe à papa!

Klaus: Ils sont introuvables, M. le Grand Maire. Nous avons fouillé les lieux, aucune trace de Galdwyn Darkyl. Quand à Ninjigen, il se trouve peut-être dans son usine, mais personne n'a osé y aller pour vérifier...

Garde: Faudrait voir à pas prendre les gens pour des suicidaires, non plus! pale

GM: Bah. Ils ne perdent rien pour attendre. En attendant, je veux voir dès que possible le héros qui a nettoyé la Bibliothèque pour nous! Il fera un autre pion euh esclave euh employé, c'est ça, des plus appréciables!

Garde: On a envoyé un piquet de gardes le chercher pendant qu'on désensorcellait le bâtiment, reste à voir s'il avait assez récupéré...

_________________
Looking for something I've never seen...
avatar
Galdwyn Darkyl
Intelligence Pénétrante

Masculin Nombre de messages : 669
Age : 29
Localisation : si tu as de la chance, entre tes mains
Archétype : Artefact Intelligent
Job/Hobbies : la Connaissance, la Magie, les pierres à aiguiser de qualité
Date d'inscription : 16/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Taverne Chez Elvis

Message par nécroX le Lun 7 Fév - 23:35

A cet instant arrivèrent un mage du SMFO et deux gardes couverts de boue portant un corps inanimé, ligoté et baîllonné.

Mage : Regardez ce que nous venons de découvrir !

Les deux gardes jetèrent le corps brûlé et boueux d’Eldir (avec des lunettes dessinées à la hâte sur la figure grâce à un bout de charbon) aux pieds du Maire.

GM : Ha-ha ! Mon vieil ennemi !
Klaus : Vieux de quatre jours …
GM : Et tu m’as dit qu’il était à la Bibliothèque, Klaus ? Voilà qui coïncide plutôt bien … Je crois que nous tenons un suspect ! Jetez-moi ça en prison !
Alj : Prenez quelques mesures prophylactiques, messieurs. Il apparaît évident que cet homme a été intimement exposé à l’épicentre de la dénaturation ondulatoire de réalité, et qu’il en conserve des radiations résiduelles …
Gardes : scratch
Mage : Rolling Eyes Regardez vos mains.

Les mains des gardes, qui avaient touché Eldir, avaient pris l’apparence de petites marionnettes de Guignol qui chantaient Carmelldansen.

Gardes : affraid
GM : Qu’on décore ces hommes pour la capture de ce renégat ! Et qu’on les redécore pour cette manifestation de patriotisme et d’amour de notre hymne national !
Klaus : La Tour d’Isolation est vide, et plusieurs cellules antimagiques doivent encore être fonctionnelles. Ca le maintiendra en captivité et ça laissera à son jus de chaos le temps de se dissiper. Suivez-moi, on va le mettre là.
Alj : Jus de chaos ? Ce terme peut prêter à confusion ! Savez-vous qu’il n’y a pas moins de 14 substances dans ce plan qui pourraient être appelées ainsi avec plus d’exactitude et de rigueur scientifique, sans compter que … Hé ! Attendez ! Je viens avec vous ! La matrice de réalité de cet homme se diagonalise à vue d’œil, il faut au moins le stabiliser ! Sinon, suivant le second principe de la thermodynamique et le principe d’inertie du continuum, avant une demi-période de révolution terrestre il ne restera de lui qu’une petite discontinuité lévogyre. Si, bien sûr, ses blessures ne le tuent pas avant.
GM : Très bien. Retapez-le juste le strict nécessaire, et mettez-le dans une geôle à pourrir ! … Avec un pilori. J’aime les piloris.

Et Eldir fut emporté (précautionneusement) par les gardes, son visage rythmiquement frappé par la batte de Guignol.

Et ça, tu vois, Kevin, c’est le début des conséquences d’un 1 naturel en Sagesse.
Waah, c’est vicieux ça Boss !
Loué soit Haimji.

_________________
Join the dark side, we have cookies.
avatar
nécroX
La Mort en Marche

Masculin Nombre de messages : 1096
Age : 29
Localisation : Si tu poses la question, la réponse n'a déjà plus d'importance.
Archétype : nécromancien en quête du pouvoir absolu
Job/Hobbies : complots arcaniques (pour les deux)
Date d'inscription : 25/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Taverne Chez Elvis

Message par Galdwyn Darkyl le Dim 6 Mar - 9:59

Après s'être assuré que le Mage Blanc avait bien été emmené sous bonne garde à la Tour d'Isolation, l'auto-proclamé Grand Maire de D-City retourna à l'Hôtel de Ville pour resserrer un peu plus son emprise sur la ville insouciante...

_________________
Looking for something I've never seen...
avatar
Galdwyn Darkyl
Intelligence Pénétrante

Masculin Nombre de messages : 669
Age : 29
Localisation : si tu as de la chance, entre tes mains
Archétype : Artefact Intelligent
Job/Hobbies : la Connaissance, la Magie, les pierres à aiguiser de qualité
Date d'inscription : 16/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Taverne Chez Elvis

Message par adrieny le barbare le Ven 25 Mar - 16:53

Plusieurs jours plus tard ...

Après s'être enfuis de l’hôtel de ville, Adrieny entra dans la taverne, et, comme la dernière fois se servit tout seul, quand tout à coup...

_________________
***********************************************
Le ranger: Nous arrivons à une intersection et 3 choix
s'offrent à nous.
Il faut décider d'une direction à prendre...

L'elfe: A droite!

Le nain: Tout droit!

La magicienne: A gauche!

Le voleur: En arrière!
avatar
adrieny le barbare
Meillleeuur *hic* aami *snif*

Masculin Nombre de messages : 28
Age : 22
Date d'inscription : 25/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Taverne Chez Elvis

Message par FarFade le Ven 25 Mar - 19:16

... un homme avec un sac à dos plus que plein, des chaussures pleines de boues et un chapeau poussiéreux sur la tête pénétra dans le taverne en criant...

Homme : Salut Elvis !! Une bonne tisane s'il te plait !!

Ôtant son chapeau, il s'aperçut que la taverne était presque vide, à part un barbare sirotant dans un coin et un tonneau qui grommelait comme d'habitudes des choses dans son coin...

Homme : Ba alors y'a plus personne ? Moi qui pensais que la ville était vide parce que justement tout le monde était venu à la Taverne... Mais si même Elvis n'est pas là c'est qu'y'a un problème... Enchanté seigneur barbare !!

Dit-il en se dirigeant vers Adrieny tout en tirant une chaise avec lui..

Homme : Je m'appelle Lagourdass'h...

Il s'avérait que ce fût un elfe, en effet de sa chevelure blonde dépassait deux oreilles pointues...

Lagourdass'h : ... Je viens habituellement tous les deux mois avec pleins d'objets récoltés par delà les frontières pour les revendre aux clients d'Elvis et à Elvis même ! En effet je suis un chercheur botaniste ! Et Elvis raffole des plantes inconnues que je ramène et qu'il utilise pour de nouvelles créations ou pour refaire ses stocks !

Il s'avérait aussi que cet elfe était bavard...

Lag : Et voyez-vous je rentre d'orient avec de précieux piments mais aussi des farandoles de surprises !! Mais je me questionne plutôt sur la raison du vide de cette ville et de cette Taverne, mais aussi de la cause de trou dans pas mal de maison, d'un cratère à la place de feu la bibliothèque et d'êtres bizarres errant dans les rues. Pourriez-vous éclaircir tout cela ?
Adrieny : Sleep
Lag : Hum... Laughing Monsieur le barbare ?

Tout en s'asseyant à côté de Adrieny, l'elfe tapota doucement le haut du crâne du barbare endormi par tant de paroles...

_________________
... quand les poulpes auront des dents.
avatar
FarFade
Asylum Imperator

Masculin Nombre de messages : 881
Age : 26
Localisation : Dans les méandres d'un cerveau torturé, et poulpeux.
Archétype : Poulpe.
Job/Hobbies : Tenter de conquérir le monde. Et manger des sardines.
Date d'inscription : 04/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Taverne Chez Elvis

Message par adrieny le barbare le Mar 12 Avr - 14:07

Le pauvre elfe ne pouvait ce douter que les barbares savent se réveillez aussi vite qu'ils s'endorment, surtout si une personne les confonds avec un toutou...
-Alb: BASTON!
-Lag: AAAAAAAAh!
PAF
Lagourdass'h se ramassa alors un énorme coup de poing (Vous vous en doutiez hein? Very Happy ) et tomba de sa chaise juste a temps pour ne pas recevoir un coup de pommeau dans la tronche.
-Alb: Tarlouze!
-Lag: Aïïïïe, mon pauvre nez! Pourquoi m'avez vous frappé? Il est complètement défigurés! Je risque de ne plus pouvoir humer les délicieux plats que ma mère me préparait déjà...
-Alb: LA FERME!
-Lag: D'accord, d'accord...
-Alb: Qu'est-ce que tu viens faire ici toi!?
-Lag: Mais je vous l'ai dit, je vends des objets aux clients d'Elvis ainsi qu'a Elvis.
-Alb: C'est naze!
-Lag: Je ne vous permets pas! Retirez ce que vous avez dit sinon...
-Alb: Sinon quoi?!
-Lag je me ferai dans l'obligation de vous donnez une bonne leçon!
-Alb: OK, viens te battre!

A ces mots il dégaina ses 2 épées et attendit l'elfe qui hésitait vraiment à ce battre car il croyait que le barbare allait être effrayé.

-Alb: Tu viens te battre bouffeur d'herbes :batte:

_________________
***********************************************
Le ranger: Nous arrivons à une intersection et 3 choix
s'offrent à nous.
Il faut décider d'une direction à prendre...

L'elfe: A droite!

Le nain: Tout droit!

La magicienne: A gauche!

Le voleur: En arrière!
avatar
adrieny le barbare
Meillleeuur *hic* aami *snif*

Masculin Nombre de messages : 28
Age : 22
Date d'inscription : 25/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Taverne Chez Elvis

Message par FarFade le Mar 12 Avr - 19:55

Lag : Écoutez tres cher ami... pale Je crois qu'il y a eu malentendu... Ahem... J'avais en fait voulu dire "Je me verrais dans l'obligation de vous vendre du cresson"... Hum voyez-vous ?

Tout en disant cela, Lagourdass'h reculait pas à pas, tremblotant, le visage pâle; en réponse Adrieny avançait lentement aussi, mais chacun de ses pas faisait vibrer le sol et les tables et chaises des alentours. Le barbare fit soudainement s'entrechoquer ses deux lames faisant jaillir une étincelle.

Criant, l'elfe se retourna pour partir en courant mais se prit un mur en pleine face, il paniqua encore plus et prit ses jambes à son coup avant de marcher sur un tonneau ronflant qui fut projeté à la figure du barbare lui ôtant presque son casque et qui atterrit derrière le comptoir.


VoixDuTonneau : Mmh... Sleep Oui un lait fraise... ZzzZZZ... Touchez mon pelage soyeux... ZzzZZ Sleep
Adrieny, se frottant le visage : AAAAAAH !! BASTON !!

L'elfe étant tombé, le barbare se rua sur lui mais un des lustres du plafond tomba soudainement entre les deux personnages.

Adri : QU'EST C'QUE ??

Lagourdass'h toujours aussi pâle ouvrit grand les yeux et déboutonnant rapidement le haut de sa chemise put révéler une amulette rouge et blanche marqué d'un M blanc.

Lag : Mais oui ! J'avais oublié !! J'ai avec moi l'amulette de Mankdebol !!! Qui me protège des attaques en faisant apparaitre la malchance chez mon adversaire !! Jusqu'ici personne ne m'avait attaquer mais elle prend tout son sens ici ! Voyez vous ma vie est plutôt tranquil_
Adrieny : LA FERME !!

Le barbare prit le lustre d'une main, après avoir ranger une des ses épées courtes, et le lança en direction de l'elfe; mais SOUDAINEMENT un pigeon traversa la fenêtre ouverte et vola juste devant Lagourdass'h pour finalement se prendre le projectile, le faisant dévier de sa trajectoire et le tout s'enfonça dans le mur juste à côté de la tête du "mangeur d'herbe".

Adrieny, pensant ? : /JE DOIS TROUVER UN MOYEN DE LUI PRENDRE SON AMULETTE SANS L'ATTAQUER/
Lag : Et bien voilà qui nous permettra d'avoir une discussion sans que vous ayez à vous énervez, du moins si tel est le cas je n'aurais pas à esquiver quoique ce soit et à simplement continuer à parler. Rassurez vous si vous avez la moindre question j'y répondrais avec grande joie ! Je me demandais juste qu'elle était cette histoire de maire qui allait se faire baptiser, ou bien introniser ou quelque chose comme ça par un certain prêtre très imposant de par sa carru_

_________________
... quand les poulpes auront des dents.
avatar
FarFade
Asylum Imperator

Masculin Nombre de messages : 881
Age : 26
Localisation : Dans les méandres d'un cerveau torturé, et poulpeux.
Archétype : Poulpe.
Job/Hobbies : Tenter de conquérir le monde. Et manger des sardines.
Date d'inscription : 04/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Taverne Chez Elvis

Message par FarFade le Jeu 29 Déc - 10:47

Soudain, l'esprit du barbare s'éveilla. Tous les éléments actuels venaient de se mélanger dans sa tête et une conclusion arriva très rapidement, pour échapper à l'horreur des paroles de cet elfe il n'y avait qu'une solution : se bourrer la gueule.

Adri : Bon finalement ça m'intéresse... C'est super... Je vais boire un peu pour mieux vous écouter.
Lag : Ah tant mieux ! Si vous saviez tout ce que j'ai à raconter ! D'habitude personne n'écoute mes histoires qu'ils trouvent barbantes mais ils ne savent pas qu'il faut en fait entendre TOUTES mes histoires pour tout comprendre et donc s'intéresser pleinement aux péripéties qui me sont tombées dessus comme lorsque je me trimballait dans la forêt de Pulanshak et que je chantais_
Adri : pale

Le barbare se dirigea en courant vers le bar, en sortit trois tonneaux d'hydromel qu'il porta sur ses épaules et revint s'asseoir face à l'elfe. Les mots "chanter", "poésie" et "petits oiseaux qui chantent de la poésie" entrainèrent la descente d'un tonneau en moins de cinq minutes.
Finalement le barbare ne devra pas se bourrer la gueule, mais se bourrer la gueule copieusement.

Puis Lagourdass'h continua ses histoires et décida de commencer par sa naissance, grâce à un pouvoir de souvenirs, il se rappelle très bien de certaines choses, au plus grand dégout de Adrieny qui oublia son verre et commença à boire au tonneau.


Lag : _et donc dans ces cris incessant je devais sortir de cette grotte que j'avais marqué à la torche sur les parois pour me souvenir de la sortie et_
Adri : Shocked ON PARLE TOUJOURS DE VOTRE NAISSANCE LA ?
Lag : Mais non enfin c'était il y a trente minutes ça ! Là je vous parle du moment de mes dix-huits ans où j'étais allé dans le bois pour cueillir des champignons et des fleurs que je voulais offrir à ma bien-aimée afin d'obtenir sa main par son père et cette grotte avait attisé ma curiosité et_
Adri : beer

Adrieny se rendit compte qu'à force de boire comme un sac-sans-fond, il s'endormait par période de trente minutes sans que Lagourdass'h s'en aperçoive; il en conclut qu'il avait trouvé le meilleur moyen pour éviter ce malheur et peut être se faire une connaissance dans cette ville de fous.
Il se disait qu'une fois son histoire finit, ou plutôt ses histoires, l'elfe le laissera tranquille et étant donné qu'il sera son premier vrai auditeur il lui accordera tout.

Cette beuverie/écoute durera 28 jours. Adrieny gagna 2 points d'intelligence, une énorme gueule de bois, ruina la Taverne en Hydromel et Nourriture et Lagourdass'h put tenir grâce à un don rare : Corde Vocale Tressées, qui lui permettait de discutailler pendant 50 jours d'affilé.


Lag : _et voilà. Ma parole d'elfe ! Vous êtes le premier à avoir écouté toutes mes histoires ! Je n'avais pas parlé ainsi depuis la fête de la poésie ou j'avais parlé 33 jours d'affilé sur ce poème de 152 parchemins que j'avais moi-même écris ! Mais dites moi vous en avez bu un sacré paquet et manger presque toutes les réserves ! Je paierai Elvis mon cher ! Ne vous inquiétez pas !
Adri : soiffard

Soudain, alors qu'on était en pleine journée, le ciel s'assombrit et un énorme fracas se fit entendre dehors. Lagourdass'h accourut vers la porte et sortit suivit d'un barbare titubant qui après avoir percuter le mur parvint à s'extraire de la Taverne.

Sur la maison vide située juste devant la Taverne s'était écraser un dirigeable rouge, le toit de la maison s'était effondré et des flammes venaient lécher le ballon rouge qui dépassait de l'appareil. La porte de la maison, toujours intacte s'ouvrit et une large silhouette en sortit, le soleil était orienté de telle façon qu'on ne voyait qu'une ombre et le suspens était donc intense.

Après avoir fais deux tours sur elle-même, la silhouette s'arrêta face à Lagourdass'h et Adrieny, qui luttait pour tenir debout, et se dirigea en trottinant vers eux.

Cette personne était apparemment un homme, portant un haut de forme violet dont le haut était décollé, un marcel blanc crasseux épousant le mieux possible ce ventre gras et épongeant les aisselles crasseuses du propriétaire, son pantalon violet était orné de tâches et il était chaussé de santiags trouées et sales. Son visage et ses cheveux étaient aussi gras que le reste de son corps, avec un nez rouge au milieu. Il s'appuya de sa main gauche sur sa canne et sortit une cigarette tordue de sa main droite qu'il mit à sa bouche.


Lag : Vous allez bien ?
?? : Ma foi je crois que c'est le première fois depuis la fin de l'aventure que j'ai été chanceux ! Aucune égratignure ! Y'a pas à dire, voyager seul améliore largement les capacités de ma FFM !!
Lag : Aventure vous dites ? Racontez moi ça !
Adri : pale
Lag : Et vous êtes ?
?? : FarFade !
Lag : J'ai entendu des tas d'histoire sur vous ! Mais... Aucune ne vous décrivait de telle façon...
FF : C'est vrai que depuis la fin de l'aventure et le problème de personnalité que j'ai eu j'me suis un peu laissé allé... J'ai pris l'habitude de boire un peu trop de JackDarkham, de manger tout et n'importe quoi et de fumer un peu plus... Je déprime que voulez-vous, je suis perdu.

A ces mots il claqua une dizaine de fois des doigts et une mini flamme finit par sortir de son pouce qui lui permit d'allumer la cigarette qu'il avait en bouche.

FF : Bon si on rentrait à l'intérieur ! Un bon verre de JackDarkham avant que la SGI ne me tombe dessus et me pose des questions sur cette maison délabrée !

Il rentrèrent donc à l'intérieur de la Taverne alors que quelques petites explosions émanait des restes du dirigeable.

FarFade se dirigea aussi sec dans un coin du bar pour en sortir une bouteille de son nouvel alcool favori, il sortit sa poche de son pantalon pour, avec dépit, poser ces dernières pièces d'or sur le bar.


FF : Avec Elvis, mieux vaut pas la jouer voleur...

Il s'apprêta à prendre une chaise lorsqu'il vit le tonneau couché dans un coin de la Taverne. Il approcha sa tête grasse d'une des deux ouvertures. Un miaulement d'horreur s'ensuivit et le tonneau roula vers un autre coin. FarFade traina une chaise solide jusqu'à la table de l'elfe et du barbare qui se réveillait doucement grâce à sa bonne constitution de barbare et assit son gros postérieur sur cette chaise.

FF : Bon commencez par me dire ce qu'il s'est passé depuis mon absence.

Et Lagourdass'h put résumer à FarFade les évènements qu'il savait, laissant le temps à Adrieny de sortir du coltar et à toi très cher lecteur de lire la nouvelle feuille de personnage édité de FarFade.

_________________
... quand les poulpes auront des dents.
avatar
FarFade
Asylum Imperator

Masculin Nombre de messages : 881
Age : 26
Localisation : Dans les méandres d'un cerveau torturé, et poulpeux.
Archétype : Poulpe.
Job/Hobbies : Tenter de conquérir le monde. Et manger des sardines.
Date d'inscription : 04/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Taverne Chez Elvis

Message par nécroX le Ven 30 Déc - 17:05

Tandis que FarFade descendait une bouteille de JackDarkham (le h est là pour des raisons de copyright), et s’informait auprès des habitués des derniers changements, les trois Gretas déblayaient la dernière pile d’écuelles et de chopes vidées par Adrieny au cours de la semaine passée.

Lagourdass’h : Je réglerai toutes ces consommations, comme je l’ai dit.
Greta la Brune : Ouais, en tout cas comptez pas sur nous pour nettoyer ça. Vous avez intérêt à le faire vous-même !

Ca, c’étaient les corps mutilés des deux gardes qui étaient venus quelques jours auparavant prier poliment mais fermement Adrieny et Lagourdass’h de venir à la cérémonie de l’Elu, présence obligatoire. Le barbare avait sauté sur l’occasion de soulager ses nerfs.

Un poivrot : Z’avez qu’à les jeter dans les toilettes. Ils sont conçus pour être utilisés par des trolls, alors ils ont un système de traitement des déchets plutôt costaud. La fosse septique est remplie de gelées ocres. Et depuis qu’Elvis est parti, et comme les Gretas refusent de s’en occuper, elles prolifèrent. Vos bouts de gardes seront digérés sans problème.
Lag : Merci, l’ami !
Poivrot : Pas de problème. Par contre, si vous devez vraiment utiliser les toilettes, je vous conseille de faire ça ailleurs. Demandez à Tommy-Cul-de-jatte …

Pendant ce temps …

FF : Et donc maintenant la ville est dirigée par un lutin Maire envoyé par les dieux ? Comme c’est ironique … J’ai longtemps été le roi des lutins, tu sais. En tout cas, une version de moi l’a été. Parce que je suis plusieurs personnes, tu comprends.
VdT : Euh, FarFade, tu es sûr que c’est toi ? L’absence de sens commun dans ton discours parle en ta faveur, mais …
FF : Je sais, mon légendaire Chic m’a un peu abandonné. C’est depuis que j’ai troqué ma redingote contre un ragoût dans ce tripot à Boldorf.

Il se gratta la panse et lâcha un rot.

VdT : Oui, c’est la redingote, aucun doute. Ca vous pose un homme … Rolling Eyes
FF : En tout cas ça fait du bien d’être de retour. Après toutes ces aventures, j’apprécie de me poser tranquillement et retrouver ma vie d’avant. Même si en fait ma vie n’est plus du tout la même.
VdT : Oooh, c’est mauvais ça … Quand tu as dit « tranquillement » mon poil s’est hérissé. Mauvais présage.
FF : Allons, tu te stresses pour rien.
VdT : Je suis l’Oracle du Tonneau ! Tu devrais prendre mes intuitions au sérieux ! Et d’ailleurs, tu me dois un lait-fraise pour la prédiction.
FF : Ha ! A part le fait que j’aie commandé un gros Sangliburger dégoulinant de graisse, et que je ne suis pas sûr d’avoir assez pour payer le supplément frites, je ne vois pas de signe d’un désastre imminent.
??? : Peste ! Ravages ! Calamités ! La mort bleue est sur nous ! C’était écrit dans les codex des hommes-lémures ! Bientôt, très bientôôôôôôt !
VdT : … Non, lui c’est Tebbeth, le prophète alcoolique officiel de la ville. Il délire complètement. Il lit la fin du monde dans le marc de BAN environ toutes les lunes. Lui, on le paie pour qu’il la ferme. Mais si mes poils sentent du danger, alors là c’est du sérieux.
FF : Ouh, j’en ai les cheveux qui se hérissent, moi aussi …

Les mèches verdâtres de FarFade auraient été bien en peine de se hérisser, vu la couche de gras qui les collait à son front. Mais la Voix du Tonneau (et, plus accidentellement, Tebbeth) n’avaient pas tort …

Dans la vaste cave de la Taverne, en lieu et place du plafond, un vortex de grande taille distordait horizontalement le Plan Matériel. Il n’aspirait rien ; au contraire, il vomissait, depuis quelque point du multivers aux coordonnées aberrantes, un bric-à-brac de choses étranges. Des cristaux de glace qui se vaporisaient ; des fragments de mur et de sol dallé ; et enfin un amas informe de chair bleue pas naturelle, de lutins zombies et de chewing-gum périmé.

Le vortex se referma, et le calme et l’obscurité revinrent dans la cave. Seule la masse informe pulsait. A son sommet jaillit enfin un torse humain nu. Son bras droit semblait fusionné avec un bâton à l’aspect noir et tordu. Il aurait été difficile de reconnaître Maurice, tant il avait changé. Ses cheveux lui tombaient sur les épaules, et ses yeux étaient d’un noir d’encre. Par-dessus le marché, il avait le torse couvert de marques noires à l’aspect maléfique, afin de rendre évident à l’observateur le plus obtus qu’il n’était pas lui-même (en effet, quiconque avait bien connu Maurice savait qu’il avait toujours prêché qu’un bon PNJ d’arrière-plan doit savoir rester à sa place et ne pas arborer de marques distinctives comme des tatouages, qui créeraient l’illusion qu’il a une importance dans l’histoire. Il était même défavorable au port de noms, et préférait qu’on l’appelle « figurant ouvrier #13 »).


Maurice (caressant le bâton) : Présssssieeeeuuuuux … Il est à nous …

Des étincelles d’énergie négative crépitèrent à l’extrémité du bâton. En réponse, les lutins zombies se détachèrent de la masse de chair bleue en grognant. Leurs petits corps délabrés semblaient à présent être en partie constitués de chewing-gum et de viande bleue mutante.

Maurice : Nous sommes un maintenant. Vous êtes des extensions de moi … Nos esprits ont fusionné et nous servons la volonté du Précieux …
Lutins : Christmasbusters …
Maurice : Quoi ? Non ! Le Précieux ! Le Précieux commande …
Lutins : Christmasbusters …
Maurice : Le Précieux … commande … pale
Lutins : CHRISTMASBUSTERS !!!
Maurice : Le Précieux commande … de traquer le traîneau du bonhomme rouge … Christmasbusters … de retour ! Twisted Evil En avant !

Encore plus de lutins émergèrent du corps monstrueux de Maurice, et la horde de lutins se dispersa en piaillant, fonçant vers la trappe d’accès qui donnait derrière le comptoir. Maurice, lui, forma un tentacule bleu et griffu qui arracha une plaque d’égout dans un coin de la cave. La moitié inférieure de Maurice se déforma pour qu’il puisse s’y glisser. Il visait un objectif stratégique essentiel pour la mission des Christmasbusters …

_________________
Join the dark side, we have cookies.
avatar
nécroX
La Mort en Marche

Masculin Nombre de messages : 1096
Age : 29
Localisation : Si tu poses la question, la réponse n'a déjà plus d'importance.
Archétype : nécromancien en quête du pouvoir absolu
Job/Hobbies : complots arcaniques (pour les deux)
Date d'inscription : 25/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Taverne Chez Elvis

Message par FarFade le Mar 10 Jan - 16:12

Une petite troupe de soldats, ayant entendu le fracas qu'avait fait FF en s'écrasant sur une maison, menée par les colonels Hix et Higrek venait d'arriver.
Ils avaient enfilés leurs gants en cuir et farfouillait dans les décombres de la maison, la feu s'était apaiser et seules de petites flammes émanait du centre de la maison, où des bouts de bois brulaient.
Hix retournait toutes les pierres et s'arrêta un instant.


Hix : J'ai un cadavre ici.
Higrek : Soldats ! Périmètre de sécurité !

Certains soldats se mirent autour de la maison et tendirent les bras en essayant de former une ronde, incomplète vu la taille de la maison.

Higrek, se penchant au dessus du corps : Une femelle... Tête écrasée par un bloc de pierre et donc la partie inférieure du corps a brulé. Elfe ou humaine.
Hix : Elle possédait 6 Pièces d'Or dans les poches.
Higrek, prenant les 3 pièces d'or tendues par son ami : Néanmoins ces pièces ont disparus.
Soldat, au loin : Colonels !

Les colonels Hix et Higrek levèrent la tête pour voir quatre gobelins arriver en scrutant les alentours, ils passèrent la ronde des soldats assez aisément étant donné que 7 mètres séparait chaque soldats et se dirigèrent vers les colonels.

Gobelin1, ouvrant son gilet et montrant une plaque doré accrochée avec les signes SGI : SGI. Que faites vous sur les lieux d'un meurtre ?
Hix : Nous sommes colonels pour son altesse le Maire, Élu de Drehk.
Gobelin2 : Réponds à la question malotru !
Higrek : On passait par là et... C'était de notre devoir de protecteur que de s'intéresser à ce qu'il s'est passé ici.
Gobelin3, déjà en train de fouiller les alentours et s'apercevant de la femme morte : Ah ! Un cadavre !
Gobelin4, s'approchant des colonels : Vous êtes en état d'arrestation, tout ce que vous direz pourra être retenu par division euclidienne... Euh... Et si vous parlez... Voilà.
Higrek : Mais enfin c'est pas nous.
Gobelin4, rangeant ses menottes dans sa poche : Ah ? Autant pour moi...
Gobelin3 : La victime n'a pas d'argent sur elle.
Gobelin2 : Et la maison n'a plus rien de valeur qui n'ait pas été brulé ou écrasé...
Gobelin1 : Suspect Bon... C'est donc un suicide. On s'en va.

Les gobelins partirent aussi vite qu'ils étaient arrivés, sans se soucier du haussement de sourcils de Higrek.

Hix : Bon... Comme ça nous pourrons finir cette enquête tranquillement et nous vanter devant le maire, peut être qu'il sera de bonne humeur et comprendra...
Higrek, qui était vite revenu à l'enquête : Regardez ce morceau de bois, il y a marqué "FFM", et ce tissu est celui d'un dirigeable !
Hix : Comment tu sais ça ?
Higrek : Rappelle toi quand on dormait cette nuit d'hiver il y a quelques temps et que j'avais ramené une étoffe pareille à celle ci pour nous couvrir.
Hix : Ah oui... Très confortable et chaude !
Higrek : Et bien je l'avais coupée d'un dirigeable ! Comme quoi, être clochard peut nous apporter de bonnes expériences !
Hix : Regarde ! Une trainée de... Pellicules ?! Mène à la Taverne.
Higrek : Pas de doute, vu d'où elles proviennent c'est notre conducteur qui a eu la vie sauve !
Hix : Soldats ! Gardez le périmètre de sécurité. L'un de vous va derrière la Taverne et ne laisse personne sortir, et personne ne sort par devant excepté s'il on est avec eux.

Les colonels Hix et Higrek passèrent le pas de la porte de la Taverne pour voir ses occupants encore un peu surpris de ce qui venait de se passer.

Hix : Brigade de on altesse le Maire et Élu.
FF : Ah ! Et bien dès qu'il y a un évènement étrange les soldats arrivent rapidement ici !
VdT : Tu as toujours vécu là pourquoi es-tu surpris ?
FF : Et bien voyez vous on a vu des lutins bizarre s'échapper de cette trappe et les Gretas n'ont pas pu_
Higrek : On vient pour un parcage illégal et mortel, on cherche quelqu'un qui a des pellicules. On vous demandera de ne pas bouger.
FF : pale

Les Gretas ne suivirent pas l'ordre et continuèrent à balayer les traces de pas des lutins mais Higrek put constater qu'aucune pellicule ne tombait lorsqu'elle bougeait la tête.
Ils passèrent devant Tebbeth qui leur prédiqua leur fin proche, passèrent à Adrieny qui décuvait encore en silence, Lagourdass'h dont la chevelure était parfaite et arrivèrent devant une créature étrange.


Hix : C'est étrange, je ne connaissais pas de créature avec des têtes de tonneau et des corps d'homme.
FF, dont le tonneau couvrait la tête et les épaules dit d'une voix résonnante : Oui oui ça existe. Mon père était un fermier de Krondeulsat et il s'est accouplé avec un chêne. Je suis tombé de l'arbre comme un fruit 9 mois après.
Higrek, à Hix : J'ai toujours entendu des histoires saugrenues comme quoi les Krondeulsatiens étaient un peu fous... C'est largement possible.

Toutefois des miaulements se firent entendre et le tonneau sur la tête de FarFade bougea fortement, il fût déséquilibré et tomba alors que le tonneau roula dans un coin.
La tête griffée, FarFade tenta de se relever alors que des pellicules tombait de son crâne.


Higrek : C'EST LUI !
FF : affraid

Il se releva le plus rapidement possible, retomba à cause de son pantalon trop petit qui peinait à contenir le postérieur de FF. Hix courra vers lui mais FarFade lui tapa dans les jambes avec sa canne et le fit tomber. Le clown-gras se releva et releva le derrière de son pantalon puis se mit à courir dans la Taverne tout en tenant son chapeau d'une main et sa canne d'une autre. Higrek se mit à sa poursuite.

FF : C'est pas ma faute ! On m'a grillé la priorité et j'ai eu un accident !
Higrek : Impossible ! Il est même interdit de voler au dessus de la ville sans que le Maire ne soit d'accord !

Au bout d'une minute de course poursuite intense, FarFade se tenait le côté gauche et respirait bizarrement. Il s'arrêta de courir en toussant tous ses poumons et voyant les deux colonels arriver, il reparti en trottinant et en criant.

FF : AAAAAAHHHHHHHH !! MES POUMONS BRÛLENT !! J'AI MAL AUX JAMBES ! ARRÊTEZ C'EST PAS MOI !

_________________
... quand les poulpes auront des dents.
avatar
FarFade
Asylum Imperator

Masculin Nombre de messages : 881
Age : 26
Localisation : Dans les méandres d'un cerveau torturé, et poulpeux.
Archétype : Poulpe.
Job/Hobbies : Tenter de conquérir le monde. Et manger des sardines.
Date d'inscription : 04/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Taverne Chez Elvis

Message par nécroX le Sam 4 Fév - 18:27

Hix : Plains-toi, bourgeois ! Ce ne sont pas tes poumons qui ont traversé trois pneumonies à force de passer l'hiver sur les docks !
Higrek : Fini de courir. Vous êtes en état d'arrestation pour survol illégal, meurtre par arme massivement contondante, destruction de biens d'autrui, et abandons de déchets sur la voie publique. Mais pour le dernier, on est prêts à fermer les yeux. On sait ce que c'est.
Hix : Un homme ne devrait pas avoir à souffrir de la déchéance de son cuir chevelu.
Higrek : Et vice versa.
AlB : Qui c'est ceux-là ? Ils cherchent la bagarre à courir partout comme des poulets sans tête. Je vais les décapiter pour faire plus vrai !
Lag : Que nenni, ce sont des gardes municipaux ! Ils représentent la loi ! Le criminel supposé est l'autre homme. Non que je veuille tomber dans des clichés racistes, mais ça ne m’étonne pas : force est de constater que son hygiène capillaire est déplorable …

Tandis qu’Adrieny essayait péniblement de comprendre comment ces deux types pouvaient bien représenter une quelconque forme d’autorité alors qu’à eux deux ils avaient clairement moins de muscles qu’un de ses jarrets, il sursauta lorsqu’une grosse tapette à mouches (qui aurait eu sa place dans un tournoi de tennis gobelours) s’abattit sur le comptoir. Les Gretas grommelèrent en essuyant les restes d’un petit être putride, gluant et bleu pastel.

Greta la Blonde : Ils ne sont pas tous sortis, les petits myosotis ! Bon je sais pas qui a ramené ces saletés dans MA Taverne, mais ça commence à bien faire ! Eh tous, vous n’allez pas laisser une dame faire tout le travail ?

La clientèle leva le nez de ses chopes, écuelles, jeux de cartes, tableaux de MAP, trafics louches et autres rixes.

Greta la Rousse : Allez les fainéants, on se bouge le bide à bière et on aide à chasser les morpions bleus !
Greta la Brune : Si vous en écrasez une rangée de trois alignés, vous gagnez une consommation (*grmmff*) gratuite !

Elles désignaient les quelques Christmasbusters qui n’avaient pas gagné la sortie et zigzaguaient depuis sous les tables et dans les allées, à l’affût, en laissant des traînées gluantes derrière eux.

Poivrot1 : Gnnh ? Elles sont réelles ? Je pensais que ce nouveau tonnelet de BAN avait juste particulièrement bien mûri …
Poivrot2 : Je croyais être le seul à les voir, alors j’ai rien dit.
Poivrot1 : En même temps, on boit la même chose, ce serait normal qu’on ait la même hallucination.
Poivrot3 : Moi aussi je les vois! Mais comme personne n’a bougé, j’ai pensé que ça venait du mélange hydromel-BAN-huile de castor-lait de jument fermenté-tabasco.
Poivrot4 : Nom d’un champignon Brouzerta ! Je ne pensais pas qu’on pouvait vraiment boire ça d’une traite. Respect, tu gagnes le pari.
Poivrot3 : Quel pari ? Qui êtes-vous ? Qui suis-je ? Yee-hah ! *tombe au sol, raide comme une planche, dans un geyser de vomi*
Higrek : Colonel Higrek, milice de la ville. La Municipalité va confisquer le montant de ce pari jusqu’à plus ample informé et le remettra en temps voulu au gagnant légitime. Par ici la monnaie … merci ! A vot’bon cœur monsieur.
Hix : Je t’ai déjà dit de ne plus dire ça !
Gretas : Personne n’est donc sobre ici ???
Lag : Moi, je le suis, mais j’ai cru que ces petits êtres bleus étaient un spectacle. Je leur ai même jeté quelques pièces qu’ils ont ramassées.
Hix : Que tu crois.
Higrek : Il faudra être plus rapide la prochaine fois, petites créatures bleues. Very Happy
Gretas : Ca suffit ! Virez-moi ces petites saletés qui geignent « Christmasssbusteeeers » !
VdT : Christmasbusters ? C’est encore ces trucs qui traquent le Père Nowel ?
FF : Ces êtres ont jadis été des lutins … Tout comme moi ... Et regardez comme la vie les a changés. Je crois qu’il y a la matière à méditer sur mes angoisses métaphysiques. Laissez-moi prendre une pose de poète mélancolique et torturé.

Il prit une chaise, posa ses pieds sur la table, retira ses chaussures et chaussettes et commença à se curer les ongles de pied d’un air songeur, les sourcils froncés. Il avait davantage l’air constipé que ténébreux et troublé.

AlB : Il faut juste buter ces petits trucs ? Facile !
VdT : Méfie-toi, jeune barbare, les Christmasbusters sont vicieux et imprévisibles …
Tebbeth : Ils apportent la MORT !
VdT : Mais oui. Rassieds-toi, Tebbeth. Quelqu’un peut lui donner ses pilules ?

Entretemps, alléchés par la promesse des consommations gratuites, les clients avaient dégainé leurs armes ou saisi un élément de mobilier contondant.

Lag : Mais je ne saisis pas bien la situation. Nowel est passé, que cherchent ces créatures ?
VdT : Justement, je crois qu’elles sont désorientées. Mais ne vous laissez pas abuser par leur aspect d’inoffensive horde de zombies mâtinés d’aberrations, car en-dessous ce sont de vicieux petits lutins qui n’ont qu’un objectif en tête. Au moins, tout devrait bien se passer tant que rien ne leur rappelle Nowel.
Lag : Personne ici n’est vêtu de rouge, ni n’a de barbe blanche … J’ai des branches de houx et de sapin parmi mes échantillons d’herbes mais mes récipients sont garantis hermétiques.
AlB : Alors on les trucide tranquillement !

Tout le monde (sauf Lagourdass’h) se mit en devoir de réduire en purée les Christmasbusters en profitant de leur temps de réaction (trop occupés à chercher le père Nowel, ils ne se rendaient compte qu’au dernier moment qu’attention ça allait sprotcher chérie). Soudain, les quelques lutins restants se figèrent et tournèrent la tête dans la même direction en sifflant de façon sinistre et édentée leur thème musical.

VdT (roulant prudemment vers un coin sombre): Oh oh … Quelque chose a attiré leur attention !
Klaus (faisant son entrée, l’habit couvert de taches rouges, précédé de sa barbe blanche, et portant une lourde hotte) : Salut la compagnie … Greta, comme d’habitude, une double BAN bien tassée et une bandoulière de potions de Kawa à emporter. Dure journée … Je suis censé remplir cette hotte d’or extorqué à des familles n’ayant pas payé leurs impôts, sans montrer aucune pitié. Et je dois le faire moi-même, pour montrer aux gens que la Mairie prend leur sort à cœur. Ca m’a valu plus d’une bordée de tomates, et- qu’est-ce qui se passe, ici ?
VdT : Christmasbusteeeers !
Klaus : Quoi ? NON ! Non, pas encore ! affraid

Il voulut s’enfuir, mais glissa sur une des chaussettes de FarFade et s’étala. Hix et Higrek se précipitèrent au secours du citoyen en détresse et de sa hotte pleine de pièces jaunes. Les Christmasbusters bondirent vers leur proie en hurlant « WhoyougonnaBRAINS ! »

Klaus : Aaaah ! Non ! Pitié, je … Je suis indemne ?
FF : Tu n’es pas leur cible, nain.

En effet les lutins s’étaient jetés sur un gros chien qui se débattait, tandis que le rôdeur qui lui servait de maître tentait de l’aider à coups de botte. Cela tourna vite à la mêlée générale, les autres clients soupçonnant le rôdeur d’avoir triché pour garantir sa victoire et la consommation offerte avec.

Higrek : Euh … Pourquoi le chien ?
FF : C’est pourtant évident. C’est un husky ! Un chien de traîneau. Comme le traîneau du Père Nowel. Ces Christmasbusters procèdent avec logique.
Higrek : En ignorant le sosie de père Nowel qui venait d’entrer ??? Tu parles d’une logiq- Hix ! Arrête de lécher les tomates écrasées sur le MACAC ! Rappelle-toi qu’on a des repas chauds maintenant !
FF : Il faut avoir été lutin pour comprendre … Mais ai-je bien été lutin ?
VdT : OOOOH OUI. N’importe qui dans cette ville te le certifiera.
FF : J’aimerais avoir cette confiance … Il me faut une autre bouteille de JackDarkham ici !

Le tourbillon de morsures, jurons, griffures et pinçons vicieux prit fin avec le sprotchage du dernier Christmasbuster grâce aux efforts enthousiastes des clients, et le chien-loup fut dégagé (un peu commotionné) de sous leurs bouts écrasés.

Poivrot2 : C’étaient les derniers !
Poivrot1 : Alors, qui gagne, Greta ?
Greta la Brune (poussant du pied une dizaine de lutins zombies monstres écrasés derrière le comptoir) : Je crois bien que c’est moi.
LRDG : On aurait dû s’en douter … Greta, offrir quelque chose ? Aucune chance !
Greta la Blonde : Allez les filles, c’est l’heure des cocktails bien gagnés ! Trois Bloody Marids avec des petites ombrelles, presto !
Klaus : Ils sont de retour … pale
AlB (essuyant ses épées sur le nain traumatisé) : Ces adversaires sont faibles. Ca n’avait rien d’une vraie baston.
Un poivrot : Mais ils mordent et griffent comme des diables. Saletés …
AlB : Tu as déjà combattu un diable ? Tu dois être fort. On se bat ?
Poivrot : Wowowoh ! Hey ! C’était juste une façon de parler, mon gars !
AlB :
Lag : Ca veut dire non, mon ami.
AlB : Lâche.
Klaus : Je dois filer ! Vite, avant qu’il y en ait d’autres ! Il y en a TOUJOURS d’autres !

Et il déguerpit à une vitesse telle que les partisans de la théorie « Klaus possède les fameuses bottes de vitesse de Friss l’Incontinent, activées par la Peur (TM) » se sentirent confortés dans leur position.

VdT : Avec sa chance, il tombera sur ceux qui s’étaient échappés de la Taverne …
Higrek : Bah ! Ce sont des adversaires à la hauteur du SGI.
Hix : Je crois qu’on va leur laisser cette enquête-là.
Rôdeur (examinant son chien frémissant et grognant) : C’est fini … Là … Tu es encore tout agité, dis donc. Qu’est-ce que tu as, Croc-de-Lune ? Tu essaies de me dire quelque chose ? … Quoi ? Le petit Frodon est tombé dans un puits ?

Le chien husky arracha l’oreille attentive de son maître d’un coup de canine et bondit par-dessus la table.

Poivrot : Je crois que ce sont ses points de Santé Mentale qui sont tombés dans un puits !
Chien : Grrr … Nowouf ! Nowouf !
Rôdeur : Aaaaïïïeeeuh … Il n’est pas lui-même ! C’est cette morsure !

Il désignait les traces des petites dents déchaussées des Christmasbusters dans le pelage du chien ; elles avaient pris une vilaine teinte bleue.

FF : Un Chienstmasbuster … Intéressant. C’est la première fois que je vois ça, alors pourquoi ai-je inventé le mot il y a des années ?
Lag : Il me fixe !
FF : Normal, vous sentez les épices. Qui dit épices dit pain d’épice. Pain d’épice, pissenlit, lit en fer, faire la paire, père Nowel. Il faut vraiment tout expliquer ici.
VdT : Parce que « pain d’épice » => « Nowel » n’est juste pas assez absurde.
Rôdeur : Il faut le retenir !
Chien : Nowoouf ! Bustgrrrr !

Et sautant de table en table, il bondit pour arracher le visage du malheureux elfe paralysé par la peur. L’amulette de ce dernier brilla un court instant ; le chien glissa sur l’autre chaussette de FarFade, ce qui fit dévier sa trajectoire vers Adrieny. Le barbare ne se démonta pas : il cueillit le chien au vol d’un uppercut à mains jointes qui le lança au plafond, et l’intercepta d’une double embrochade à la retombée. Il conclut en plantant sa troisième épée dans le corps pantelant, juste pour pouvoir s’appuyer dessus virilement en finissant sa chope.

Rôdeur : NON ! Croc-de-Lune ! Tournesol ! C’était mon compagnon animal ! On aurait pu le soigner ! Grosse brute sans cervelle, dégage que je récupère son corps !

Adrieny décloua le chien du sol et le lança au visage du fâcheux, en négligeant d’ôter d’abord les lames qui en dépassaient. La mort du rôdeur fut accueillie dans une indifférence mêlée de saisie de sa bourse par Greta. La justice qui suivait son cours dut se contenter d’une belle boucle de ceinturon et d’une flasque de vin de mûre entamée.

Hix : La situation est peut-être plus grave que nous ne le pensions. Si ces créatures peuvent vraiment convertir les gens par une simple morsure, c’est peut-être le début d’une épidémie !
Higrek : Et on sait quoi faire pour contenir une épidémie.
Hix : Oui, mais seulement quand on est supérieurs en nombre par rapport aux malades potentiels et que le fleuve est à proximité, rappelle-toi !
Higrek : Damned !
VdT : Du calme ! Vous voyez bien que pratiquement tous les clients de la Taverne ont été mordus ! Pourtant ils ne développent aucun symptôme. Ca ne doit pouvoir affecter que les esprits suffisamment faibles, comme eux. En d’autres termes, il faut avoir une intelligence animale pour que ça marche.
Lag : Ouf ! Voilà qui est plutôt rassurant.

Le reste de la Taverne fit trois pas en arrière en jaugeant du regard les petites marques de dents bleuâtres qui constellaient les avants-bras d’Adrieny. Mais après quelques instants où aucun symptôme ne se manifesta …

Poivrot : Il a dû passer des niveaux. « Je peux faire des phrases plus longues », ce genre de truc.
Adrieny : Je comprends pas. Tu veux te battre ?


Dernière édition par nécroX le Lun 5 Mar - 23:24, édité 1 fois

_________________
Join the dark side, we have cookies.
avatar
nécroX
La Mort en Marche

Masculin Nombre de messages : 1096
Age : 29
Localisation : Si tu poses la question, la réponse n'a déjà plus d'importance.
Archétype : nécromancien en quête du pouvoir absolu
Job/Hobbies : complots arcaniques (pour les deux)
Date d'inscription : 25/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Taverne Chez Elvis

Message par FarFade le Jeu 9 Fév - 17:28

Le barbare tenait fermement ses épées pointées vers le bas, les yeux fixés sur le poivrot, ses narines gonflaient et sa respiration était très forte.

Personne ne le regardait, ni même le poivrot qui était revenu à ses anciennes occupations, c'est à dire jouer aux dés s'il doit boire sa pinte en une ou deux gorgées: les autres pansaient leurs blessures en les stérilisant à la BAN et le calme était revenu à la taverne, après tout on est à DC, c'est pas une paire de lutins qui vont faire la loi...


VdT : Euh... Tu as oublié le Maire ? C'est un lutin et_
Adri, se retournant brusquement vers le tonneau : A qui parles- tu ? Et comment un tonneau peut-il parler ?

FarFade se leva brusquement, aussi brusquement qu'une vache est extraite d'un marécage par son paysan, il positionna sa grasse carrure entre Adrieny et le Tonneau Sacré et tendit sa main noire aux ongles trop grand devant lui à la hauteur de la tête du barbare.

FF : Je pense qu'assez de sang a coulé ces temps-ci. Les événements actuels nous perturbent tous jeune barbare, mais tu dois contrôler ta colère et tes émotions.
Hix : Bien dit.
FF : Et en plus t'as déjà tué la femme d'en face en écrasant ton dirigeable sur sa maison.
Higrek : Je le savais !

Les colonels qui étaient positionnés de chaque côtés de Adrieny se jetèrent sur ce dernier les bras en avant; le barbare les prit au vol par le col et fit rencontrer leur crâne. Les colonels s'étalèrent à ses pieds dans un bruit sourd.

Poivrot : Je comprends pas on a abandonné l'histoire des pellicules ?
Hix & Higrek : C'est vrai ça !
FF : DAMENIO SALE TRAITRE !

FarFade avait profité de la diversion non consentie du barbare pour filer en courant vers la porte principale qui était à trois mètres de lui, néanmoins ses capacités athlétiques ne lui permirent que de parcourir la moitié du chemin et son souffle s'était épuisé et, les mains sur les genoux, il haletait.
Toutefois, lorsque le poivrot parla il plongea sa main dans le haut troué de son chapeau toujours situé sur sa tête et en sortit une carte à jouer de la taille de deux mains.


Poivrot : Comment tu connais mon nom ? Shocked Puis s'apercevant de l'aspect tranchant de la carte affraid Mais arrête t'es fou d_

La carte habilement lancée par FarFade avait déjà tranché la tête du poivrot et elle finit sa course dans un mur juste au dessus du Tonneau A La Voix D'Or. Le bras du corps sans tête tenant une pinte eut un dernier réflexe de flexion et s'écroula par terre.

FF : JE NE SUIS PAS FOU !

Rapidement Hix et Higrek s'étaient remis sur le pied et avait sorti leur épée, ils se dirigeaient vers FarFade qui semblait paniquer et qui tremblait.

Hix : Arrêtez de faire la tulipe monsieur. Tout se passera bien...
Higrek, tendant la main qui ne tenait pas l'épée en direction de FF : Allez calmez vous...
FF : N'approchez pas Hix et Higrek !
Hix&Higrek : Shocked Comment connais-tu nos noms ?
FF : Après tout ce temps... Vous... Vous ne me reconnaissez pas ?
Hix : Je...
Higrek : Mais...
FF : Je suis... C'est moi... Gérard Zaide.
Hix&Higrek : Shocked C'est... Impossible !
FF : Rien n'est impossible !

Une larme marron coula le long de la joue de FarFade qui tendait les bras vers les deux colonels, il semblait être à la limite de pleurer et un affreux sourire se dessinait sur son visage.

Hix : Zaide !

Hix jeta son épée et serra de mieux qu'il le puisse FarFade dans ses bras; Higrek resta bouche bée et ses doigts peinaient à garder l'épée en main.
Et brusquement FarFade retourna Hix, le tint fermement de sa main gauche et mis une scie passe-partout qu'il tenait de son autre main sous la gorge du colonel. Toute la taverne, qui observait depuis le début, lâcha un cri de surprise et d'effroi.


Higrek, qui repris son épée en main : Que !...
FF : Personne ne bouge ! Ou j'lui tranche la jambe !
Higrek, furieux : Comment peux-tu utiliser le nom d'un défunt comme ça ! Et comment connais-tu son nom ?!
FF : De qui ?
Higrek : Zaide !! Gérard !! C'était notre ami ! Tu es ignoble !
FF, fronçant les sourcils : C'est qui ce Gérard ?
Higrek : Je... Enfin ! C'est toi qui l'a dis... Tu...
FF dont les yeux s'écarquillaient et la main droite tremblait, rapprochant dangereusement les dents de la scie de la gorge de Hix : Tu crois pouvoir m'embrouiller avec tes histoires de nom Amiral Michel ?
Higrek : Michel ? Suspect Amiral ?
Hix : Yaaaaaah !!

Ni une ni deux, FarFade était maintenant face contre terre, menotté par Hix.

Hix à Higrek : Allez on l'emmène voir le Maire ! Il est trop louche ! Ca sent bon la grosse récompense !
Higrek, toujours un peu perturbé : Je... Oui.
Hix : Ressaisis toi ! Gérard avait une propreté capillaire excellente ! Ce gros lourdeau nous a berné !
Higrek, encore plus furieux tout en prenant un bras de FF : Twisted Evil Direction l'Hotel de Ville !
FF, trainé en dehors de la Taverne : Où m'emmenez vous ? Lâchez moi ! Je connais le Maire !

Et sur ces paroles d'une rare vérité, le corps gras et pelliculeux disparut de la Taverne.

_________________
... quand les poulpes auront des dents.
avatar
FarFade
Asylum Imperator

Masculin Nombre de messages : 881
Age : 26
Localisation : Dans les méandres d'un cerveau torturé, et poulpeux.
Archétype : Poulpe.
Job/Hobbies : Tenter de conquérir le monde. Et manger des sardines.
Date d'inscription : 04/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Taverne Chez Elvis

Message par nécroX le Dim 12 Aoû - 4:19

Le lendemain de la défaite des Christmasbusters, le soir venu, tous les protagonistes de l’affaire se retrouvaient à la Taverne pleine à craquer. Presque tous étaient encore sérieusement blessés et s’étaient vu prescrire du repos par les prêtres ; mais comme ceux-ci étaient de la fête, aucune réflexion ne fut faite. Après tout, le Grand Maire avait promis, par la bouche de son MACAC, un nombre non précisé de tournées générales, et rien ne saurait tenir longtemps un Darkamien éloigné de la Taverne.

Un grand feu avait été allumé sur la place, tant pour rassurer Gorack sur l’orthodoxie de ces célébrations nocturnes (pendant le tour de Strike !) que parce que la Taverne était pleine à craquer. Vu la population réduite de la ville, dire que tout le monde était là à une heure ou une autre de la nuit ne serait guère exagéré. En l’absence des serveuses habituelles, les trois Gretas avaient été contraintes par l’affluence d’engager, la mort dans l’âme, des extras. Malgré leurs blessures reçues en service, les colonels Hix et Higrek avaient été les premiers à signer pour une opportunité de se faire un peu de mitraille et de chaparder un peu de nourriture en amont des poubelles. Portant de petits tabliers par-dessus leurs uniformes, ils menaient le ballet de la circulation des chopes et des plats parmi les convives, et exhibaient leurs bandages pour inspirer la pitié aux potentiels donneurs de pourboire.

Ceux des convives qui retrouvaient la ville après des mois d’absence prirent la mesure des changements survenus, le culte de Drehk, l’incident Darkyl, la nouvelle direction politique, etc. En retour, ils furent invités à narrer en détail leurs lointaines aventures, voire à en rejouer les morceaux les plus spectaculaires. Le programme d’animation musical de la soirée fut ainsi enrichi par une démonstration de valse de Matthias, un kazatchok traditionnel de Boris, un résumé mimé du combat contre Bomby (qui manqua mal tourner quand Adrieny, ivre, monta sur scène épée au poing pour participer à la baston) … et d’autres performances qui, elles, n’avaient pas été réclamées : Ratapoil insista pour refaire un prêche enflammé à la gloire de Razorback, mais sembla changer d’avis en repérant Elecia Magrettite dans un coin de la salle, d’étranges énergies crépitant autour d’elle. Gorack obligea tout le monde à chanter un chant à Drehk, pendant qu’à ses côtés l’Elu, bourré à la limonade, singeait ses mouvements pour la plus grande hilarité de la salle. FarFade escalada la scène, assomma le joueur de banjo du groupe qui passait à ce moment, lui prit son instrument et se lança dans un remix de sa « Danse du Chic ». Ce « drunken remix » (il était trop ivre pour se souvenir des paroles, et marchait sur ses lacets défaits au moment des claquettes) fut accueilli par des lancers de chopes vides, de cuisses de poulet et autres vieilles godasses : il contribua donc fortement à la bonne ambiance, et il y eut même de nombreux rappels (auxquels FarFade, ayant pris un tabouret en pleine tête, ne répondit pas).

De nombreux toasts furent portés et repris, au Grand Maire, à Drehk, à Darkam, au retour des koalifiés, à Drehk, à chacun des aventuriers ayant pris la parole, à Drehk, à la BAN, à ce camélia de FarFade, à Drehk, à Keira qui m’a embrassé, à Drehk, à la petite furie qui a incinéré son voisin de table, à Drehk, à ta mère, au grand taré qui veut que tous les toasts soient pour Drehk …
Voici, en vrac, des extraits de conversation tenues autour du comptoir ou assis autour de tables bien garnies, à divers moments de cette nuit qui resta dans la mémoire des habitués comme une des plus animées qu’ait connues la Taverne :


Elecia (l’air pincé, serrant ses jupes contre elle, un petit verre de vin en main) : Rappelez-moi pourquoi nous sommes ici ?
Fonkin Perlenpoudre : Pour voir ce que c’est que Darkam-City. Au-delà du campus et de la Bibliothèque, Darkam-City, c’est ça.
Elecia : On m’avait prévenue, mais je ne voulais pas y croire …
Alj : Bien des philosophes se sont étendus sur l’impérative nécessité, pour qui vise la maîtrise des royaumes éthérés de l’intellect, de conserver une emprise minimale et une empathie contrôlée avec les sphères plus sociologiques et éthologiques de l’existence. Bien qu’il puisse être argumenté que cela ait joué un rôle dans la spirale d’événements psychologiques et socio-politiques ayant entraîné sa mise hors fonction dans les circonstances que nous savons, l’ex-Conservateur Darkyl faisait montre d’une compréhension et d’une participation dans la vie interactive et aventureuse à caractère non universitaire, qui lui donnaient des atouts indiscutables dans la gestion du relationnel entre l’Université d’une part, et ses étudiants, clients et intervenants d’autre part.
Fonkin : Une seconde, je me fais la traduction … Oui, on pourrait même dire que c’est une des choses qui donnent à notre Université sa singularité.
Elecia : Le but de cette sortie de terrain est donc de me faire au mieux à mon rôle de Conservatrice … Ce souci est louable, mais je ne peux m’empêcher de noter que le personnel de mon Université est resté fort passif hier, malgré la diffusion d’un appel à l’aide concernant le Temple de Drehk … où vous saviez que je m’étais rendue ! Une semaine plus tôt ! Sans donner de nouvelles depuis !
Alj : Nous avons certes eu connaissance d’événements à caractère exceptionnel dans le périmètre susmentionné. Mais les effectifs du personnel sont squelettiques, comme vous n’êtes pas sans le savoir ; et le remplissage des formulaires requis par les statuts pour ignorer l’obligation de taux minimal de présence et autoriser une mission de nature potentiellement « sauvetage », hors des limites géographiques du campus et sans rapport direct avec les activités universitaires, en ajoutant le visa du SMFO pour l’emploi dérégulé de divers arts occultes dans l’exécution de ladite mission …
Fonkin : Et puis franchement, un Conservateur qui ne peut pas gérer ce genre de chose doit reconsidérer ses choix de carrière. Smile
Zath : Oh, bonsoir ! Mais c’est les mages qui respectent les règlements, sont-ils mignons.
Alj : Zathkas, voici Dame Elecia Magrettite, Grande Thaumaturge et Conservatrice de la Bibliothèque Simili-Occulte et Directrice de l’Université de la Nouvelle Darkam-City. Madame, je vous présente Zathkas, un mage qui refuse régulièrement, à mon grand regret, de nous rejoindre au SMFO pour organiser et coordonner la pratique des arts occultes et la protection de ses usagers.
Zath : Je suis issu d’une race de psychopathes et de persécutés, je n’ai pas besoin d’adhérer à un club pour me protéger. Donc c’est vous la nouvelle mage en chef … Je me demande comment Yrkkel va prendre ça …
Elecia : Quand il voudra bien reprendre ses fonctions, je suis sûre que le professeur intérimaire Dawarsen saura travailler avec moi, une fois que nous aurons bien défini le cadre de son action.
Zath : Vous verrez qu’il a une définition assez bien établie du « cadre de son action ». Ah, tant que j’y pense ! Puisque Darkyl est parti jouer les lucioles sous d’autres cieux, à ce que j’ai entendu, j’imagine que c’est dans vos attributions maintenant : on vous a ramené votre bibliothécaire adjointe, ou ce qu’il en reste. Vous trouverez la carcasse derrière le comptoir à l’entrée de la Bibliothèque, dans le casier des objets trouvés.
Elecia : Charmante attention …
Alj : Si ses fonctions motrices et computatoires peuvent être restaurées, mademoiselle R4728S246L9 sera à nouveau d’une grande aide dans la gestion et maintenance de l’Université. Veuillez accepter, Zathkas, l’expression de nos sentiments les meilleurs. Vous restez boire quelque chose ?
Zath : Non, je prends quelques fûts de BAN et je repars. Le REVENS fait une soirée très privée sur le thème « Restaurons le QG tout en désamorçant les pièges laissés par Kradoc ».
Alj : Ca a l’air divertissant !
Zath : Tu parles, on est partis pour être debout jusqu’à l’aube, baby … D’ailleurs je ferais bien de prendre aussi quelques packs de potions de Kawa. Bon, je me dépêche, Goliath est garé en double file. Bonne soirée, et bienvenue en ville, Madame la Conservatrice. Le REVENS vous enverra votre questionnaire-test sous huitaine.

________________________________________


MA : Par tous les revers de fortune, moi qui espérais pouvoir me détendre dans un luxe de bon goût en regagnant mes foyers … Mon hôtel particulier paraît certes indemne, mais les auras du lieu me chantent une autre chanson. Des murs entiers démolis, des meubles broyés, et tout cela réparé au prix d'une fluorescence chaotique dissipée à la va-vite … Rétablir le feng shui ne se fera pas en une nuit. Qu’a donc fait Eldir ???
ArchN : Et moi, que devrais-je dire ? Le Siège de Paix Verte n’est plus qu’une ruine. Mais haut les cœurs, Matthias ! L’heure est à la reconstruction dans toute la ville.
MA : J’envie votre bel optimisme …
ArchN : Optimisme justifié ! Il semble que tous ici soient fort désireux que je reprenne mes activités de distribution de remède contre la gueule de bois. L’humeur festive et la BAN aidant, beaucoup m’ont fait des dons en espèces pour que je rouvre boutique au plus vite ! Et comme désormais, ce n’est plus qu’une question de temps avant que tous nos amis soient libérés de leurs sakoalas, tout sera bientôt rentré dans l’ordre.
MA : Possible … Ce « Grand Maire » a tenu parole et relâché Eldir, mais je l’ai à peine reconnu. Il s’est enfermé dans les cuisines et médite à haute voix sur le meilleur moyen d’attirer des « ombres », des échos d’énergie négative d’entre les réalités, dans ce plan pour dévorer toute la ville.
ArchN : Voilà qui paraît alarmant !
MA : A qui le dites-vous … Quiconque ayant une once de compréhension de la physique des degrés de réalité pourrait dire qu’il y a des moyens bien plus efficaces d’arriver à ce genre de résultat. Je pense que son séjour en prison a affecté ses facultés …

________________________________________

Rena : Je … Je peux m’asseoir ici ?
Keira :
Rena : Alors, euh … Savez-vous ce que vous comptez faire maintenant que l’aventure est finie ?
Keira : Non.
Rena : Ah. … Moi non plus, je dois dire. Je suis totalement libre. *très vite* affraid NON ! Je ne voulais pas dire ça comme pour proposer … inviter … Mais pas du tout ! C’était juste ...
Keira : *silence, regard polaire*
Rena : Misère ... Bon, écoutez, ça n’a pas besoin de se passer comme ça. J’ai déjà embrassé des tas de femmes-
Keira :
Rena : Raah mais c’est pas le moment de bluffer ! Ce que je veux dire c’est qu’il n’y a aucune raison que nous ne puissions pas interagir normalement, comme avant. Rien ne nous oblige à jouer à ça !
Higrek : Excusez-nous, cadeau de la maison !
Greta la Rousse : Cadeau mon œil !

Hix et Higrek disposèrent promptement une nappe, un petit vase avec quelques pâquerettes, deux bougies, une bouteille de vin et deux verres, ainsi qu’un plat de spaghetti, vidèrent quelques verres pour « vérifier la qualité du vin », et repartirent en sifflant « Bella notte » avec moult clins d’oeil.

Rena : affraid Mais ! Mais c’est pas vrai ! Mais qui leur a dit de … Comment ils ont su ?!?

Keira tourna la tête et aperçut par l’encadrement de la porte Lagourdass’h, cet intarissable péroreur, en grande conversation avec tout le monde autour du feu sur la place. Elle se leva, une lueur sinistre dans le regard.

Keira : J’ai un truc à faire. Bon appétit avec les nouilles.
Ariek : /Chouette ! Toute cette guimauve, ça me donnait envie de casser des vertèbres. Autant que ce ne soit pas celles du beau gosse !/

Rena resta seul, pétrifié. Puis il lorgna la bouteille de vin, soupira et commença à la vider au goulot.

__________________________________

ArchN : Vous n’avez pas l’air à la fête, cher ami …
??? : J’avoue que je ne sais plus trop où j’en suis. J’ai quitté le monastère où j’avais suivi ma formation pour descendre dans les plaines chercher l’aventure et l’accomplissement, et je suis arrivé dans cette ville à l’instant précis où la population en était kidnappée. J’ai manqué cette occasion de mettre mes talents à bon usage, et depuis je végète sans but. C’est comme si une force supérieure avait décidé de me faire venir ici, mais pour ensuite se désintéresser de moi, m’abandonner et m’oublier complètement …
ArchN : Hmm hmm, tout ceci est très intéressant, mais je ne peux m’empêcher de remarquer que vous avez quatre bras ?
??? : Oui, je suis un Qua-Vel. Mon nom est Mardos, je suis honoré de vous rencontrer.
ArchN : Tagazok ! Ecoutez, ça tombe bien, parce que je préside une association de quartier qui organise, entre autres, des cours de gym basés sur un art martial exotique, le Câling-fu. La bénévole qui se chargeait de ça – une femme formidable – risque d’être indisponible pour un certain temps, pour cause de non-fonctionnement du cerveau. C’est bien triste quand ce genre de choses arrive (sans que ce soit le résultat voulu lors de la consommation de substances récréatives, bien sûr) … Mais vous me dites que vous avez une formation sportive, et que vous êtes sans emploi, alors je me disais que peut-être vous pourriez prendre les cours en charge quelque temps ? D’autant que votre nombre de bras vous prédispose à la pratique du Câling-fu, je vous le garantis …
Mardos : Apprendre un nouvel art martial et propager l’harmonie du corps et de l’esprit ? C’est une activité que ma formation ne renie pas. J’accepte votre offre. Tout vaut mieux que de laisser végéter mes capacités …
ArchN : Magnifique ! Vous ne le regretterez pas. Dès que possible, je vous présenterai votre assistant, il s’appelle Rdo, il va vous a-do-rer …

_______________________________________

MA : Ainsi donc c’est une amulette du dieu Mankdebol … Voilà qui explique bien des choses.
Lag : Oui, elle est bien pratique dans ma profession de botaniste, qui m’amène à beaucoup voyager et à faire des rencontres pas toujours de bon aloi. Mais j’apprécie ces rencontres, je les goûte, je dis oui à la vie …
MA : Je vois …
Lag : Plus d’une anecdote me revient à l’esprit, justement, en parlant de mon amulette ! Tenez, j’ai découvert son pouvoir par hasard, il y a de cela … voyons, je vendais des chameaux, et il y avait ce Krondeulsatien hilarant, un vrai boute-en-train … et alors là je lui dis … Ah mais je devrais sans doute commencer par la façon dont je l’ai acquise, pour poser le décor. Voilà qui nous fait remonter encore trois ans en arrière, trois ans et deux mois pour être précis. Il faut vous imaginer qu’à l’époque, j’avais les cheveux tressés et une boucle d’oreille ! Mes dieux, mais il faut bien que jeunesse se passe. Or, un jour, dans une écurie de Milesia je tombe sur un cousin à moi qui me dit-
MA : Je suis désolé de vous interrompre, le suspense me tue, mais j’avais une question …
Lag : Tout à fait, c’était tout mon cousin, ça, toujours une question. Il se trouve que je lui devais vingt pièces d’argent, et bien sûr …
MA : Avant d’aller plus loin, il faut que je vous demande …
Lag : Mon cousin ? C’était un demi-elfe, il s’appelait Vildred. Il s’appelle encore, d’ailleurs ! Je crois qu’il a fini par épouser une fille des plaines du Nord et se faire maréchal-ferrant. Mais à l’époque …
MA : COMMENT VOTRE AMULETTE EQUILIBRE-T-ELLE LA CHANCE ET LA MALCHANCE ?
Lag : Ne gâchez pas la fin de l’histoire ! Ca, je n’étais pas fier la première fois, quand j’ai compris que l’amulette se chargeait peu à peu et devait périodiquement libérer la malchance accumulée. C’est là que mon cousin y a renoncé, justement. Et qu’est-ce que ça lui a rapporté ? Une mégère du Nord ! Si ce n’est pas de la malchance, ça, pas vrai ? Hahaha ! Mais maintenant que j’y pense, cela fait un bout de temps que ce n’est pas arrivé. Et avec les événements d’hier, l’amulette ne doit pas être loin de sa capacité critique … Il se peut qu’à la moindre-

Keira débarqua derrière lui au pas de charge, une expression effrayante sur le visage, le fit pivoter, et lui mit un coup de boule avant de le projeter par-dessus son épaule avec une force qu’on n’aurait pas attendu d’elle. Matthias, qui avait fait un prudent pas de côté, suivit la courbe de Lagourdass’h d’un œil intéressé, une main en visière, et remarqua que son amulette brillait d’un puissant éclat violet. Le malheureux marchand s’écrasa sur le pavé ; en tentant de se relever, il marcha (du pied droit) dans une bouse de troll. Il glissa sur la peau de banane miraculeusement non digérée qu’elle contenait, perdit l’équilibre, tituba, et alla s’écraser au milieu d’un tas de chats noirs. Ceux-ci lui firent sa fête et l’envoyèrent glisser comme un palet de curling, le faisant passer sous une série d’échelles qu’il fit basculer. Les échelles en s’abattant brisèrent des miroirs qui n’avaient rien à faire là (pas plus que les échelles, d’ailleurs). Lagourdass’h finit sa course contre le pupitre d’un écrivain public qui s’apprêtait à remballer ses affaires pour la nuit. Le choc renversa l’encrier sur une feuille de parchemin ; l’encre répandue forma, par une coïncidence invraisemblable, le texte d’un faux acte notarié antidaté d’un mois et signé de son nom, attestant de sa forte participation financière à l’expédition du Rebut de Port-Selay, frégate de commerce en partance pour l’Orient. Par un curieux hasard, une brise nocturne souffla soudain, emportant le document vers qui de droit pour le faire enregistrer, et le remplaça par un numéro sale du Bulletin des Trésors dans la figure de Lagourdass’h. En retirant le journal, il put poser ses yeux sur un article mentionnant le naufrage corps et bien du Rebut la semaine passée, la ruine de tous les commanditaires et les menaces de poursuite pour escroquerie à l’assurance qui pesaient sur eux. Le clochard qui se mouchait dans le journal avant que le vent s’en empare le récupéra et frappa Lagourdass’h à l’estomac, le faisant tituber et bousculer un demi-ogre qui sortait de la Taverne en finissant sa chope. Celui-ci la lui enfonça sur la tête avant de le suspendre à l’enseigne par sa tunique. Les chats noirs se précipitèrent en-dessous de lui, et à force de bonds, réduisirent vite son pantalon en lambeaux. Le sort voulut qu’à cet instant précis l’âme sœur de Lagourdass’h tourne le coin de la rue adjacente ; au lieu de bousculer le marchand elfe par accident, de s’excuser et d’engager la conversation, ce qui se serait normalement produit, elle passa en hâtant le pas, ignorant soigneusement le type en slip, une chope sur la tête, suspendu à l’enseigne de la Taverne pendant qu’un groupe de lutins le frappait avec des hochets en hurlant « Piñata, piñata, mais c’est quoi une piñata ?!? ». La tunique de l’elfe finit par craquer, et il chut dans le grand baquet de vomi d’ivrogne que les Gretas sortaient à cet instant pour le vider.

Lag (se relevant après avoir été versé dans le caniveau) : … Mais parfois je me dis que Vildred n’avait pas absolument tort.
MA : Son point de vue semble raisonnable en ce moment.
Lag : En plus, j’ai la sensation que j’ai encore manqué de peu mon âme sœur. Ne me demandez pas comment, mais j’ai la certitude que c’est bien la dixième fois que notre rencontre fortuite est gâchée par les caprices de l’amulette.
MA : Ce n’est … pas de chance.
Lag : Berk … Cette chope est coincée sur ma tête, et je ne sais pas dans quoi je suis tombé mais ça s’infiltre. Pourriez-vous m’aider ?
MA : … Non. J’aimerais, mais … non.

Et il s’éloigna en pressant un mouchoir sur son nez. A quelques pas, Keira darda un regard furibond sur Lagourdass’h, mais la vue du pauvre elfe en slip, la tête emprisonnée, couvert de griffures et de vomi en train de sécher, sembla la faire changer d’avis. Elle haussa les épaules et tourna les talons.
Ariek claqua des doigts derrière leur dos, faisant s’enflammer la chope.


Tebbeth (prophète alcoolique officiel, et présentement fin saoul) : DOOM ! Je vois *hips* sur toi l’heure du malombre … l’ombre du malheur ! Ta ch-*hic* ta chance va bientôt tourner. Beaucoup de malchance, bientôt ! BIENTÔÔÔôôô*ronfl*

__________________________________________


Boris : Frrrosti, petit tovarrritch fou dans tête de toi ! RRREVENS finalement se joindrrre à fête ?
Frosti : Nan. Kradoc a réussi va savoir comment à faire rentrer un basilic dans le QG, alors ils m’ont envoyé chercher de la viande saignante SAIGNANTE ! HINHINHIN ! pour l’appâter et le faire sortir de sous le sofa.
ArchN : Et comment va Damazor ? Je parlais d’elle tout à l’heure justement. Vous vous occupez toujours d’elle ?
Frosti : On l’a filée à Kradoc. Paraît que c’est un bon cas d’étude de ce qui se passe quand quelqu’un se fait retirer son Onneprononcepassonnomdevantfrosti. Chais pas ce que c’est, mais ils en parlent souvent.
ArchN : Je ne suis pas sûr de comprendre. Votre dette d’honneur naine vous oblige à vous occuper de Damazor, donc vous l’avez confiée à un docteur, c’est ça ?
Frosti :Pas vraiment, non. Mais Kradoc la gardera en vie pour pouvoir l’étudier. C’est tout ce que je dois à cette peau-violette. D’tout’façon, même s’il essaie de la disséquer DECOUPER ! EVENTRER !, il y arrivera pas. Comme dit Zathkas, si c’était possible, NécroX s’en serait chargé depuis longtemps.
Boris : Da, rrreptilienne babouchka êtrrre plus rrrésistante que foie de Rrrusse ! Elle pouvoirrr tout encaisser sans rrrien d’autrrre que migrrraine capillairrre le lendemain et rrrevigorrrant grrrand verrrrrre d’huile de cachalot avec glaçons !
ArchN : Me voici rassuré … Je crois.
Greta la Rousse (hélant les serveurs depuis le comptoir) : Ho les tire-au-flancs, il nous faut quelqu’un en cuisine pour préparer les tourtes au poulet !
Frosti : Tourtereaux ?!? *charge en cuisine* RAAAAH PLUMER DESOSSER HACHER EMINCER DEPIAUTER …
Greta la Brune : Il est doué !
Greta la Blonde : M’en fiche, s’il espère être payé il a intérêt à arrêter de baver dans le plat.

___________________________________


AlB : J’aime quand on mange et qu’on boit, mais je préfère quand on se bat. C’était une chouette aventure hier, mais on m’a dit que c’était déjà fini, et qu’il fallait que j’arrête de taper sur les gens. Je veux une aventure plus longue !
VdT : Paie-moi un lait-fraise, aventurier, et je t’indiquerai une quête périlleuse à souhait, pour m’escorter vers le mystérieux royaume des ch-
AlB : UNE BAGARRE DE TAVERNE ! OUAIS ! *chargeant* AAAADRIEEEENY !
VdT : *soupir* Est-ce que quelqu’un va finir par s’occuper de moi …


Dernière édition par nécroX le Dim 2 Juin - 23:11, édité 1 fois

_________________
Join the dark side, we have cookies.
avatar
nécroX
La Mort en Marche

Masculin Nombre de messages : 1096
Age : 29
Localisation : Si tu poses la question, la réponse n'a déjà plus d'importance.
Archétype : nécromancien en quête du pouvoir absolu
Job/Hobbies : complots arcaniques (pour les deux)
Date d'inscription : 25/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Taverne Chez Elvis

Message par nécroX le Jeu 13 Sep - 20:45

Trois jours après la fin des dékoalifications, la Taverne avait retrouvé son animation traditionnelle. Et même plus encore, car nombre de citoyens, un peu désorientés par l’annonce qu’ils s’étaient fait voler plusieurs mois de leur vie, venaient chercher un réconfort au fond d’une ou plusieurs chopes. Elvis, en tavernier accompli, les écoutait mieux que n’importe quelle cellule psychologique (bien qu’il fût tout aussi largué). D’autres préféraient se tourner vers la sagesse de l’Oracle du Tonneau. Celui-ci, assiégé et à bout de patience, avait fini par se cacher, laissant ses ouailles désemparées. Les plus désespérés faisaient même appel à Tebbeth.
Pour marquer ce retour à la normalité, la porte s’ouvrit sur la nuit dans un grincement sinistre et inquiétant, comme il était de tradition quand un client depuis longtemps absent faisait une entrée remarquée.


TLM : Hé ! Mais c’est L9 !
Elvis : L9 ! Ca faisait un bail ! Tu prends quelque chose ?
L9 : Effet secondaire de la koalification : aucun souvenir de la période concernée. Comment peux-tu évaluer le nombre d’unités de temps écoulées depuis ma dernière itération de présence ?
Elvis : J’avoue, j’en sais rien. Mais je connais ma Taverne et sa porte, et je sais distinguer un grincement « retour après longue absence » d’un crissement « pochetron faisant partie des meubles » ou d’un fracas « c’est l’heure de ranger la vaisselle fragile ». Alors, tu consommes ?
L9 : Occupation précédente : première journée de travail. Inventaire et décontamination de grimoires non encore triés par la Bibliothèque Simili-Occulte. Les limites de réparation de mes nanomachines commencent comme prévu à se faire sentir. Les contraintes mécaniques ont entraîné une friction au niveau de l’articulation 2B. Effet négligeable sur le plan de la manoeuvrabilité, mais engendrant une sollicitation excessive de l’émulateur émotionnel. Un apport de lubrifiant est recommandé pour supprimer la source du problème avant que le buffer de patience artificielle atteigne saturation.
Elvis : … Tu me la refais en clair ?
L9 : Mon épaule droite fait *couic* quand je la bouge. Une option de mes paramètres émotionnels fait que j’en conçois de l’agacement.
Elvis : Tu veux dire que tu es programmée pour être ennuyée par tes problèmes techniques ? C’est pas un peu bizarre pour un robot ?
L9 : L’agacement est une simple information.
Elvis : Je vois. Et un demi d’huile de golem dans une burette, un !

Il posa la burette sur le comptoir, y ajouta un petit parasol et la fit glisser vers la gynoïde.

Un humain affalé sur le comptoir devant une chope plusieurs fois vidée, un pansement autour du crâne : Tu t’rends compte, Elvis … J’ai l’impression qu’il s’est rien passé. Un jour je suis là pépère, la belle vie, j’ai un sac à dos tendance et plein de copains avec qui descendre des VANs et accomplir la volonté du Maître – bon quand j’y repense, c’est vrai que j’agissais un peu bizarrement. Mais d’un coup, black-out total, et quand je me réveille je ne suis pas à la Taverne, mais au Coliseum, avec une vilaine blessure à la tête, des engelures, et un peu en trip aussi. Au début j’ai cru que l’Archange nain m’avait refilé un de ses mélanges spéciaux à la place de son remontant spécial. C’aurait pas été la première fois.
Elvis (rembruni à la mention de la VAN) : Ouais … dur.
L’humain : Mais là on me dit que ces « sales koalas » ont intensifié le contrôle et ont emmené tout le monde en Russie ! Pour y faire un plan foireux d’un koala génie du mal mais pas très malin non plus … Bref que ça fait plus de quatre mois et demi, dont deux et demi passés dans la glace ! Les dieux savent ce qu’on nous a fait subir … Et là je me dis que je suis pas sûr de pouvoir vivre dans un monde qui a tourné sans moi tout ce temps … sans parler d’un monde où on laisse un honnête citoyen congelé sans rien faire pour l’aider ! Tu me suis ?
Elvis : Oui bon déjà honnête citoyen, on sait tous les deux que tu bosses à mi-temps pour la guilde des assassins. Ensuite pour ce qui t’est arrivé, vu l’empreinte de matricule 275 gravée dans ton crâne, je dirais que t’as eu la bêtise de te mettre entre Boris et ce Bomby dont tout le monde parle, et que tu as récolté un bon coup de crosse dans la margoulette pour t’apprendre. Et pour finir, t’es pas le seul à avoir des problèmes pour te réajuster, mon pote. Greta et ses sœurs ont tout déplacé dans le bar et les cuisines, je m’y retrouve plus du tout, et je peux rien leur demander sinon c’est reparti pour le concerto à trois voix en harpie bémol sur le thème ...
Greta la Rousse : EEEEELVIIIIIIIS ! Tu râles encore ?
Greta la Brune : C’est qu’il se plaindrait de son sort, le goujat, après nous avoir plantées là sans prévenir pendant tout ce temps !
Greta la Blonde : Moi et mes sœurs on s’est décarcassées pour maintenir ton boui-boui à flot pendant ta fugue, et à ton retour tu trouves moyen de critiquer le rangement ? Je t’en ficherai de l’ingratitude !
Elvis : Qu’est-ce que je disais … Donc l’ami, mets tes angoisses en veilleuse. Comme ça. *remplit sa chope* La BAN, ça n’a peut-être pas son pareil pour te faire tomber à la renverse physiquement, mais au niveau moral ça te remet sur pied. Crois-moi, avant peu tout le monde aura repris ses marques.

L’assassin à temps partiel hésita, souleva sa chope et la vida cul-sec, avant de basculer de son tabouret. Il se roula en boule sur le parquet familier et se mit à ronfler avec un vague sourire baveux.

Elvis : Là, qu’est-ce que je disais ? Comme si tu n’étais jamais parti. *A L9, avec un soupir* J’en ai comme ça sans interruption depuis la semaine dernière. Le Maire avait prévu le coup, j’ai été dans les premiers à être dékoalifiés, pour éviter un mouvement de panique. Je veux bien être utile à la ville, surtout que c’est plus que bon pour les affaires, mais à force ça lasse.
L9 : Faut-il en conclure que le moment n’est pas optimal pour un échange verbal portant sur nos interactions pendant ta phase de soumission à la cause koalesque ?
Elvis : Embarassed Ah oui, on m’a raconté … Paraît que je t’ai servi un Black-Out on the rocks, comme on dit dans le métier. Je … Je suis désolé, c’était pas cool de ma part. Et pas professionnel non plus. Je sais, j’étais contrôlé, mais quand même … Ecoute, on n’a qu’à dire que le drink est pour moi.
L9 : L’huile ?
Elvis : Non, le Black-Out ! N’exagère pas non plus. C’est déjà pas souvent que je distribue gratuitement des cocktails demandant un niveau 18 de barman. Mais je suis content de te revoir sur pied. Et si je peux me rattraper par un service n’impliquant pas de consos gratuites, n’hésite pas.
L9 : Conserver un a priori hostile envers toi ne serait pas logique. Ma programmation fait la distinction entre tes actions quand la variable koala vaut 1 et celles quand elle vaut 0.
Elvis : Content qu’il n’y ait pas de malentendu.
L9 : L’épisode t’a cependant valu une mise à jour dans ma galerie de menaces potentielles.
Elvis : Ha ha ha ! Les clients ont régulièrement besoin qu’on leur rappelle qui est le patron.
Greta la Blonde : ELVIS ! T’as pas fini de roucouler avec cette chipie métallisée ? Au boulot !
Elvis : Oui Bobonne …

L9 se concentra sur sa consommation, mais bientôt un tumulte se déclencha dans un coin de la salle commune, au cœur duquel ses filtres audio isolèrent les mots « Ninjas Rdains ». Se levant de son siège, elle s’approcha de la scène.
Les colonels Hix et Higrek, leurs uniformes complétés par de vastes imperméables, s’en prenaient à un vieux halfelin replet et débonnaire. Hix le maintenait au sol avec sa propre canne tandis que Higrek lui attachait les mains dans le dos avec les cordes de son imperméable.


Higrek : Je savais que ce plan d’enquête à la Taverne finirait par payer !
Hix : Euh en fait ça nous a coûté pas mal d’or …
Higrek : Mais non, je veux dire que ça a marché ! Et pour l’or, t’as qu’à faire comme je t’ai montré. Sors ta plaque !

Hix farfouilla dans son imperméable et en sortit un écusson de métal visiblement taillé dans un couvercle de boîte de conserve. On y avait gravé au canif « J’ai faim Colonel enquêteur de la Mairie ».

Hix : Pas de panique citoyens, ceci est une opération de police ! Nous sommes sur la piste de criminels, votre collaboration sera appréciée. Monsieur, dans l’intérêt de l’enquête je vais devoir réquisitionner votre bourse.

Les clients attroupés refluèrent dans un bel ensemble.

Higrek : Mais ? Mais ils n’ont aucune conscience civique !
Hix : Je t’avais dit que ça marcherait pas ! J’aurais dû dire que sa bourse était une pièce à conviction.
Higrek : Ah ouais ! En plus t’aurais pu faire un jeu de mots avec pièces d’or et pièces à conviction ...
Halfelin : Messieurs, je vous en prie, voulez-vous bien me lâcher ???
Hix (lui mettant un coup de canne) : Silence toi ! On te tient, sale Ninja Rdain ! Tu vas nous mener à tes complices !
Half : Pardon ? Je ne comprends pas !
Higrek : Pas la peine de faire ton malin, on t’a démasqué ! Tu crois que je t’ai pas vu mettre ta bouteille vide à la consigne, au lieu de la laisser rouler au sol comme un bon citoyen ? Toi et tes camarades recycleurs fous êtes finis !
Hix : Ouais ! On va t’apprendre à violenter des agents du SGI ! Terroriste !
Half : Messieurs, je n’ai aucune idée de ce dont vous parlez. Je n’appartiens à aucun mouvement terroriste ! Je n’ai même jamais tenu une arme de ma vie !
Hix : Haha ! Monsieur est un moine, en plus ? Ton compte est bon ! Maintenant plus un mot, tout ce que tu diras sera retenu !
Higrek : Même si on doit prendre des notes pour ça ! Allez en route, gredin !

L9 regarda les deux officiers escorter leur prisonnier hors de la Taverne. Elle enregistra les événements et les soumit à une analyse dans le for intérieur de ses circuits, puis arriva à une conclusion et retourna vers le comptoir. Le petit homme en robes grises avachi devant un verre de quelque chose de vert et de fumant releva la tête à son approche.

Dew : *rooonfl*Gné ? Tiens, L9 ! Paraît que t’étais morte ?
L9 : Maître Nightwitch. Interprétation possible de mon statut existentiel passé. L’information est en tout cas expirée.
Dew : C’est le cas de le dire, hin hin hin … Bof tu connais ma position, c’est après la mort qu’on commence à vivre, y a qu’à voir Tonton … Et tous mes joueurs d’ailleurs, les plus belles heures de leur carrière ont commencé par une belle mort … Enfin façon de parler.
Tohm&Jerhy (qui rattrapaient vaillamment leur retard en pinte à une table non loin) : Maître Nightwitch ! Ohé ! Alors vous êtes bien de retour du Championnat des Steppes Inférieures ? On se disait, vu qu’il y avait une interview de vous dans le New Dark Times d’hier
Dew : Hein ? Ah oui, des questions idiotes sur une histoire de poulpes … Qu’est-ce que je ferais d’un poulpe ? Je fais du Blood Bawl, moi, pas du water-polo. Oui, morveux, on est revenus hier. Tonton finit de ranger les trophées des équipes éliminées, héhé …
Jerhy : A propos Maître Nightwitch ! Enfin, et le résultat du Championnat? La plupart de la ville est passée à côté à cause des koalifications, mais quand même, le reste est intéressé ! Pourquoi le journal n’a pas donné les résultats ???
Tohm : Mais t’as trop bu toi ou quoi ? Faut jamais lui demander les résultats d’un match en face ! Si l’équipe adverse a gagné, il peut te donner la différence de score en nombre de niveaux drainés !
Dew : Evil or Very Mad On est arrivés en finale face aux Tirailleurs Teigneux de Lutingrad. Le problème c’est qu’à cinq secondes du coup de sifflet final, alors qu’on était à égalité, cette fouine en jetpack de Tirla Schandelrommen a passé notre défense et marqué un pétunia d’essai, mille maudits murlocks ! Bon, comme le jetpack a mis le feu à l’arbitre pendant sa manœuvre, on a déposé une réclamation devant la fédération pour faire annuler le coup. On est en attente du verdict, vu qu’ils veulent l’avis de l’arbitre et qu’il n’y avait pas de prêtre ayant le niveau pour Parler avec les Morts dans le coin.
Jerhy : Alors on a encore une chance de gagner ! Pfouh on s’en tire bien …
Dew : Moui. M’enfin bon, c’est pas le tout. Puisqu’y paraît que les koalifiés sont revenus, on va pouvoir faire des sélections pour la saison suivante. Et rappelez-vous qu’on se voit bientôt en cours de sport à l’Université … Hmmm …

Les deux étudiants pâlirent en voyant le regard de l’entraîneur détailler leur anatomie en marmonnant. Ils balbutièrent quelque chose et tournèrent les talons.

Elvis : Ho les jeunes ! Ca croit partir sans payer ? C’est 5 po, ou 5 bourre-pif ! Non mais !
Greta la Rousse : ELVIIIIIS ! Les deux jeunes maigrichons partent sans régler leur consommation !!!!
Elvis : Je sais Greta je viens de leur d-
Les 3 Gretas : DE QUOI ????
Elvis : Rien …
Dew : Hinhinhin … C’était quand même un chouette championnat. Skullmuncher s’est surpassé. On a bien cru qu’il ne nous laisserait rien à empailler pour la salle des trophées. Et Krondeulsat est plutôt pas mal comme ville. Les gens ont la réputation d’être bizarres là-bas, mais moi tant qu’ils ont peur de mes petits gars, ça me va comme public. A propos, j’ai croisé machin, là, Dawarsen. NécroX, quoi.
L9 : Des informations sur la situation de l’entité à statut vital toujours plus douteux NécroX ?
Dew : Il est passé au début du Championnat. Nous a aidés à tout mettre en place, il a même filé un coup de main de son cru.
L9 : Contribution créative aux effectifs de l’équipe ?
Dew : Non, il a déjà proposé plusieurs fois, mais Tonton et moi on n’aime pas que quelqu’un d’autre touche à nos jouets. Du coup, il a animé un corps de pom-pom goules. Avec les minijupes vertes et noires, les pompons et tout. Il a dit que c’était intéressant de bricoler autre chose que des machines à tuer pour une fois.
L9 : Veuillez insérer une expression faciale trahissant la surprise incrédule.
Dew : Bien sûr, je blague. Il leur a fait exécuter une choré qui dessinait les lettres « B », « C », « B », « F », « Symbole de Douleur ». Travail d’artiste. Le public a été très impressionné. Bon public, ces Krondeulsatiens.
L9 : Des données sur sa situation actuelle ?
Dew : Non, il est vite reparti. Apparemment son lézard arrivait en ville et il tentait de lui échapper. Ah, tant que j’y pense … Il m’a donné ça.

Il sortit un épais rouleau de parchemin de sa manche et le remit à L9.

Dew : Des cours pour l’Université, apparemment. Z’avez de la chance. Initialement le rouleau faisait deux fois c’te taille, et la moitié était remplie de malédictions pour Darkyl. Z’auriez dû voir sa tête quand je lui ai raconté … Bon, je vais y aller. Elvis ! Tu me remets une mandragore pour la route ?
Elvis : Ellana ! Une mandragore pour Dewey !
Ellana : Ca marche !
Greta la Blonde : ENCORE A FLIRTER AVEC TES SERVEUSES HEIN ? Tu crois que je t’ai pardonné ton escapade en leur galante compagnie ???
Elvis : Pas depuis les dix dernières minutes, non …
Greta la Blonde : J’en connais un qui ferait mieux de s’habituer à dormir sur le canapé pour les prochaines lunes ! Au moins cette horreur que tu as dénichée va servir !
Elvis : Hein ? Mais … Mais c’est toi qui l’as installé, le canapé !
Greta la Rousse : Tu nous prends pour qui ? On a deux yeux chacune nous, on n’aurait jamais acheté cette horreur poilue !

Elvis, sa femme et ses deux belles-sœurs tournèrent leurs sept yeux perplexes vers un énorme sofa gris, à l’écart, coincé dans un recoin sombre derrière le Distribugik. Rena Darklight s’y blotissait, loin de la foule, seul face à un verre de punch flambé dont il regardait la flamme danser d’un air mélancolique.

Elvis : Mais on n’a jamais eu de canapé ici … C’est quoi ce truc ?
L9 : Scanning … L’objet étudié n’est pas un meuble, mais un squelette d’anatomie reptilienne de taille TG, couvert de cadavres marsupiaux. Le scan olfactif révèle de fortes doses de substances adhésives chimiques.
Elvis : Grhatrisshnivatron ! C’est donc là qu’il était passé !
Dew : Il doit être en pseudo-hibernation, les vieux morts-vivants font ça des fois quand ils perdent un peu la notion du temps.
Elvis : Attends ! Je me rappelle, sur la fin … avant que les koalas augmentent leur emprise sur nous et qu’on ne se souvienne plus de rien ! On essayait de filer des sacs à dos à tout le monde, mais ceux de Grhatrisshnivatron se noyaient dans la colle, alors on persévérait, on persévérait … On a dû finir par le recouvrir complètement.
L9 : Informations supplémentaires du scan … Présence d’une forme de vie animale à l’intérieur de la table à trois heures. Correction : ce n’est pas une table, mais un tonneau recouvert d’un couvercle de planches.
VdT (par un interstice entre le bord du tonneau et les planches) : La ferme, pauvre boîte de Sheba vide ! Tu va me faire repé-
Un client : Le Tonneau ! Il est là !!!
Un tas de clients : Ô sage Oracle ! Apporte-nous des répooooooonses …
VdT : affraid

Les clients vidèrent des pichets entiers de lait-fraise dans le tonneau magique, sans obtenir d’autre réponse que des quintes de toux étranglées. Les servomoteurs des épaulières de L9 effectuèrent un léger mouvement de hausse tandis qu’elle se retournait vers le cyclope.

L9 : Elvis, je souhaite faire usage du service que tu m’as proposé lors de notre précédent échange.
Elvis : Je t’écoute.
L9 : J’ai reçu comme mission d’identifier ces Ninjas Rdains dont l’apparition est récurrente dans les faits divers derniers. J’ai observé une arrestation en lien avec cette affaire.
Elvis : M’étonnerait fort que ce soit le bon gars. Il a passé les trois dernières nuits ici. Il ne peut même pas sortir seul la nuit, l’humidité réveille ses rhumatismes.
L9 : Analyse conforme à la mienne. J’ai passé une partie de l’après-midi à compiler des procédures policières extraites d’ouvrages de la Bibliothèque. Selon les recoupements de mes moteurs de recherche, les forces de police officielle n’arrêtent statistiquement jamais le bon coupable.
Elvis : Pas celles de cette ville en tout cas …
L9 : Mon analyse a défini un protocole d’action devant mener à des résultats maximisant le ratio efforts/temps. Task list : interroger les patrons de débits de boisson ; vérifier les alibis ; recueillir les témoignages de vieilles femmes inoffensives mais toujours à l’affût ; prêter une attention particulière aux cendres de cigarettes ; trouver qui a un amant ; soupçonner les majordomes ; recruter un assistant observateur mais peu perspicace dont les réflexions stimuleront inconsciemment l’analyse des faits par mon programme SmallGreyCells.
Elvis : Euh … Alors, en tant que patron de débit de boisson, et le meilleur que je connaisse, je vais commencer par te dire que je me pose des questions sur les ouvrages que tu as consultés.

Quelques secondes de conversation suffirent à montrer que L9 avait constitué ses programmes et databases de détective amateur en se basant sur le stock de romans policiers de la Bibliothèque.

Elvis : Si tu veux mon aide, commence par suivre ce conseil. Oublie tous ces trucs. Il te faut quelqu’un qui sache comment on mène une enquête.
L9 : Voulez-vous vraiment annuler l’instruction d’achat d’une loupe et d’une casquette à carreaux ? Y/N
Elvis : Je te conseille un de mes vieux habitués. Il est bizarre, mais il a un don pour savoir les choses.
Tebbeth : Car je vous le d-*hic* JE VOUS LE DIS ! Bieeeentôôôôt viendra l’émissaaaaire … l’émissaire noir du POSTMODERN*HIPS* !!! Kesta toi tu veux ma photo ? Malheur sur tooooiiii …
Elvis : ... Mais non pas lui ! Va voir le demi-orque à la table du fond, derrière. Celui avec le chapeau. Son vrai nom c’est Ûmfrebog, mais du temps où il était dans le SGI, on le surnommait Artemis, ou Art, tellement il était bon. Certains l’appellent aussi Spade, à cause de sa cravate. Il a démissionné suite à une sombre histoire, et maintenant il est détective privé à temps partiel, et alcoolique à temps plein, mais il reste très bon. Ne te laisse pas déstabiliser par les monologues.

La gynoïde évalua les paramètres de la nouvelle situation, observant la table où un demi-orque maigre au visage triste, avec un imperméable crasseux et un chapeau déformé, parlait tout seul devant une bouteille de JackDarkham. Sa cravate, aux motifs d’as de pique, trempait dans son verre. L9 se décida à s’approcher.

Spade : C’était un soir comme tous les autres. Le bar ne désemplissait pas depuis le retour des koalifiés, mais ça ne faisait aucune différence pour moi. Ils venaient chercher de l’alcool pour oublier leurs soucis ; une vieille habitude pour moi. Les koalas m’avaient pris aussi, mais c’était déjà du passé. Quand tous les jours se ressemblent, peu importe qu’il manque un mois ou deux au compteur. Un soir comme les autres, dit comme ça, ça paraît tranquille, et la tranquillité était tout ce que je cherchais. Mais un soir comme les autres, à D-City, ça veut aussi dire que tout peut basculer à chaque seconde.
L9 : Êtes-vous l’entité organique orque nommée Ûmfrebog « Art »?
Spade : C’est alors que la fille s’est approchée de moi, l’air déterminé. J’ai tout de suite senti que c’était le genre de femme avec qui je n’avais aucune chance. Principalement parce qu’elle était entièrement métallique.
L9 : Je répète : êtes-vous l’entité organique orque nommée Ûmfrebog « Art » ?
Spade : Elle connaissait mon nom. Ca n’aurait pas dû me surprendre ; je l’avais vue discuter avec Elvis, le patron de l’établissement. Elvis pouvait être presque aimable les rares fois où j’avais de quoi le payer comptant ; il lui arrivait, comme ce soir, de m’adresser des clients à problèmes – que je le veuille ou non.
L9 : Dernière sommation. Êtes-vous l’entité organique …
Spade : La fille se faisait plus insistante. Une petite lueur dans son capteur optique (et dans le canon de son arme) me souffla que je ferais mieux de sortir de mon mutisme et de mon whisky. Je relevai le bord de mon chapeau et répondis sans faire de manières : c’est bien moi, ma petite dame. Elle parut se détendre ; en tout cas, elle rengaina son pétard.
L9 : Je sollicite votre assistance pour une tâche à caractère investigatoire.
Spade : Dit-elle en s’asseyant dans un léger grincement. Elle ne trahissait aucune nervosité, mais on sentait que c’était la première fois qu’elle faisait ce genre de choses. Et une petite voix qui s’évertuait à parler plus fort que le JackDarkham dans mes veines me soufflait qu’il y avait toutes les chances pour que cette fille m’amène un paquet d’ennuis.


Dernière édition par nécroX le Lun 3 Juin - 14:54, édité 3 fois

_________________
Join the dark side, we have cookies.
avatar
nécroX
La Mort en Marche

Masculin Nombre de messages : 1096
Age : 29
Localisation : Si tu poses la question, la réponse n'a déjà plus d'importance.
Archétype : nécromancien en quête du pouvoir absolu
Job/Hobbies : complots arcaniques (pour les deux)
Date d'inscription : 25/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Taverne Chez Elvis

Message par Galdwyn Darkyl le Ven 14 Sep - 10:10

Spade: ça faisait bientôt 6 mois depuis que Grenda m'avait plaqué, et ma déveine ne faiblissait pas. Aussi avais-je décidé de faire profil bas quelque temps, histoire d'attendre que les choses se tassent... Mais quelqu'un, quelque part, en avait décidé autrement.

L9: :ahlala

Spade: Je ne sais pas ce qui me poussait à prendre cette affaire. L'ennui? Les courbes du plastron de la demoiselle? Peut-être était-ce tout simplement le regard entendu d'Elvis alors qu'il faisait mine de refaire le total de mon ardoise... je me redressai un peu dans ma chaise grinçante et lui sortit mon air attentif, celui qui pousse les clients à tout me déballer, persuadés que leurs mésaventures ont quelque chose d'unique... Je lui fis un sourire encourageant et lui dis: Allez mon coeur, racontez moi ce qui amène une fille comme vous dans ce bouge.

L9: Information préalable: la dénomination "mon Coeur" est à proscrire.

Spade: Heh. Même pas un sourire. Encore une fois, dans le genre femme fatale, j'avais tiré le gros lot.

L9: ... Quant aux raisons de ma géolocalisation dans l'établissement possédé par Labrute -Elvis-, je suis actuellement en train de mener une investigation sur le groupe se faisant appeler "Ninja Rdains". Je sollicite votre expérience et vos contacts pour faire avancer mon enquête.

Spade: Voilà qui était nouveau. J'en avais vu des Dames défiler de l'autre côté de mon verre. Des femmes infidèles, des jeunes filles cherchant un chevalier blanc, des mères inquiêtes, l'une ou l'autre égérie d'un grand malfaiteur et même quelques reporters sans scrupules. Mais jamais encore je n'avais eu une... "consoeur", à défaut d'une collègue. Je la fixai un moment, cherchant dans ses capteurs optiques un élément de réponse, puis lâchai: Pourquoi chercher mon aide? Vous êtes nouvelle dans le métier, ou vous avez atteint une impasse?

L9: Dans les faits, je poursuis la profession d'enquêteur depuis moins de 24h standard.

Spade: Une débutante. Et pourtant, je la sentais infiniment plus dangereuse et déterminée que bon nombre des femmes qui avaient essayé de me faire passer l'arbalète à gauche -et il y en avait eu un sacré paquet-. Qu'est-ce qui avait bien pu amener un beau brin de fille comme ça à se plonger dans le linge sale de la société? Un drame familial, un chagrin d'amour, peut-être?

L9: Si l'hypothèse d'une collaboration doit un jour devenir un fait avéré, établissement d'un protocole relationnel souhaité: les appellations "jeune fille" "mon coeur" et par extrapolation "poupée" "beau p'tit lot" "ma belle" et autres "mon petit chou" sont à proscrire DEFINITIVEMENT en ce qui me concerne. Tout contrevenant sera sanctionné par un tir de semonce dans la rotule droite. Ou gauche, suivant l'état des articulations (et éventuel mot de dispense du médecin).

Spade: Je sentais dans son regard -et dans la manière dont sa main se déplaçait imperceptiblement vers la crosse de son flingue- que mon examen la mettait mal à l'aise, aussi lampai-je une bonne rasade de mon verre pour me donner une contenance. Je n'avais jamais entendu parler de ces Ninja Rdains, mais si leur existence dans ce bas monde était la raison pour laquelle cette fille se traînait dans la même boue que moi, poser 2-3 questions sur eux me paraissait une bonne façon de dissiper ma gueule de bois. Et puis prendre une affaire forcerait Elvis à me lâcher un peu les endosses. C'est bon, ma p'tite dame; lui dis-je; je m'en occupe. Y'a quelque chose que je devrais savoir en particulier?

L9: Rien qui ne puisse faire l'objet d'un debriefing pendant notre trajet jusqu'à vos sources.

Spade: Je manquais de recracher mon JackDarkham sur son exo-armure luisante. Elle comptait m'accompagner? Soit cette fille avait un grain, soit -et ce serait bien ma veine- elle avait une raison personnelle de participer à cette affaire.

L9: Ma participation à l'enquête augmentera nos chances de succès de 98% selon mes prévisions, 176% si ma présence vous dissuade de remplacer l'eau dans votre organisme par de l'ethanol. En tout état de cause, ma présence est non négociable car déjà convenue avec la partie ayant initié l'investigation.

Spade: Pour éviter de répondre, elle joua la carte du professionalisme. J'aurais dù me fier à mon intuition et la rediriger vers le SGI. Mais il était trop tard maintenant, et je me retrouvais avec ma cliente dans les pattes.

L9: Il va de soi que la rémunération sera partagée équitablement, au pro-rata du succès de l'enquête.

Spade: Son argument me fit sourire, et je lâchai en me levant: Ma p'tite dame, si c'était l'argent qui m'intéressait, je ne serai pas devenu Fouineur Professionnel. Vous le découvrirez assez vite, mais c'est un métier où on ne vit jamais assez vieux pour profiter de sa retraite.

L9: scratch

Spade: Son air interloqué me fit maudire cette manie que j'ai de toujours faire le mariole devant un joli minois. Je réajustais mon pardessus et me dirigeai vers la porte, la donzelle sur les talons. Clairement, ma déveine était la seule femme qui me resterait à jamais fidèle...

_________________
Looking for something I've never seen...
avatar
Galdwyn Darkyl
Intelligence Pénétrante

Masculin Nombre de messages : 669
Age : 29
Localisation : si tu as de la chance, entre tes mains
Archétype : Artefact Intelligent
Job/Hobbies : la Connaissance, la Magie, les pierres à aiguiser de qualité
Date d'inscription : 16/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Taverne Chez Elvis

Message par Derich le Ven 28 Sep - 9:41

Le surlendemain ...

Derich se trouvait dans un endroit complètement sombre et poussiéreux. Des éclats de voix et des raclements de chaise se faisaient entendre au dessus de l'endroit où il se trouvait, même si ces derniers étaient presque complètement assourdis. Clignant des yeux plusieurs fois, il se rendit compte qu'il n'arrivait toujours pas à s'habituer à l'obscurité, et entreprit de commencer à tâter l'environnement... sans rencontrer quoi que ce soit. Prudemment, il avança d'un pas et renouvela l'expérience. Ce coup-ci, ses doigts butèrent contre une paroi. En tâtonnant, Derich identifia une paroi en bois (pleine d'écharde... aie!) et circulaire. Il commença à la suivre sur la droite petit à petit.

Après avoir passé 5 minutes à suivre la parois de gauche et à tourner dans tous les sens, Derich posa son sac et chercha sa boîte d'allumettes. Il en craqua une et dévoila une cave remplie de fûts marqués en lettres capitales rouges "BAN". Un escalier montait au fond de la pièce, mais une solide trappe chaînée en verrouillait l'accès. Il commença à se diriger vers cette direction, trébuchant à moitié sur les seaux éparpillés un peu partout sur le sol.


D: Tuliiiipe! J'ai fait trop de fautes d'orthographe dans leur foutu formulaire ou quoi?
???: (Petite voix derrière lui) Dit? Tu as des bonbons?

Réussissant de justesse son jet de volonté pour ne pas hurler (voire s'effondrer en cas de coup critique) (Kévin... ramène une poupée vaudou supplémentaire pour la prochaine fois), Derich étouffa un hurlement et se retourna pour voir une bande de lutins armés de bougies d'anniversaires sortir d'un trou dans un des murs de la cave.

Lutin 4: (les mains en porte-voix) Opération "Nougat dans mon rocher" réussi!
Reste des Lutins: Hourra! À nous les bonbons!

Au total, une dizaine de lutins sortirent de la fissure, le dernier tenant une gigantesque barre de confiserie luisante [1] . Cette dernière semblait avoir caramélisé les parois, ouvrant un passage dans la roche. Les lutins se dispersèrent à toute vitesse dans tous les coins de la cave, soulevant des caisses et ouvrant des robinets au hasard. Derich, complètement paumé (pour ne pas changer) alla voir le lutin le plus proche.

D: Cet endroit me semble pas l'idéal pour chercher des bonbons.
Lutin 7: Nan, mais ça c'est parce que tu es stupide! On a des preuves intesco...intoncest...incontestable que Elvis planque des bonbons dans sa cave.
D: Euh... ah bon? Et c'est qui Elv...
Lutin 7: Bah ouais! Il y a eu un trou de 3 mois inexpliqué dans les livraisons de bonbons de la ville, du coup un lutin plus malin et courageux que les autres a décidé d'enquêter sur tout ça (et devenir grand maire à la place du grand maire).
D: (ayant un peu de mal avec ce qu'on vient de lui sortir) ... d'accoooord?
Lutin 7: Oui, donc ce lutin a eu un coup de génie, comme il y en a pas eu depuis des siècles, et a décidé d'aller voir l'oracle.
D: L'oracle?
Lutin 7: L'oracle du tonneau à l'odeur lait-fraise! Mais tu es complètement idiot? Bref, l'oracle était parti. Du coup, pour se reposer, il a but un verre. Et là, il l'a vu...
D: ...
Lutin 7: ...
D: ...
Lutin 5: psss... là tu es sensé lui demander "Quoi?"
D: Ah pardon... Qu-
Lutin 7: Ne m'interrompt pas quand je parle! :batte:
D: Désolé... marche triste
Lutin 7: (Je disais donc...) Et c'est là qu'il l'a vu... Cet être légendaire qui n'apparaît qu'une fois tous les millénaires. À la fois invisible pour le commun des mortels, et rose à chacune de ses apparitions. Sa grâce naturelle n'avait d'égal que le respect que son nom impos-
Lutin 5: Bref, c'était l'éléphant tagada!
Lutin 7: ... Raaah. Arrête de spoiler mon histoire!
D: (Clignant des yeux plusieurs fois) Euh... et alors?
Lutin 7: Je me suis précipité pour le manger, mais Elvis m'a saisit par la couche culotte et m'a jeté dehors.
D: Ah, c'était vous?
Lutin 7: ... Un détail sans importance.
D: (Fronçant des sourcils en tentant d'ingérer les informations qui viennent de lui être balancé) Donc, en résumé... vous êtes une bande de lutins en train de chercher un éléphant (goût fraise) dans la cave d'un certain Elvis qui, à en juger par le nombre de fûts dont il dispose, semble être assez porté sur la boisson.
Lutin 7: Ah non... Elvis est le-
Lutin 3: (qui fouillait dans le sac de Derich depuis tout à l'heure) Tiens, quand j'ai mélangé ces fioles, ça a commencé à faire des bulles... drunken
Reste des lutins: Ohhh... fait voir?
D: Shocked Shocked (agrippe son sac et se jette derrière la rangée de fûts la plus proche, entraînant 2 lutins au passage)

sunny sunny sunny BOOOOOM! sunny sunny sunny

Achievement reçu: Explosion provoquée dans les 5 minutes suivant une arrivée dans une dimension.
Hum... bref. Deux fûts de BAN étaient complètement éventrés et leur contenu tapissait tous les murs de la cave. Les lutins, projetés aux quatre coins de la pièce, se relevèrent sans trop de mal, un poil désorienté et aveuglé par la vive lumière de l'explosion.

Tout à coup, un bruit de cadenas se fit entendre, et la trappe de l'escalier s'ouvrit. Un cyclope imposant en descendit, en balançant des objets contondants (qui ressemblait étrangement à des choppes de bière)


Elvis: Encore des voleurs de BAN? Ça fait déjà seconde fois cette année!

Suivant le mouvement de foule, Derich se précipita vers la fissure et se glissa à quatre pattes à l'intérieur, évitant de justesse l'un des projectiles qui lui passa à 3 centimètres au dessus de sa tête. Poussé par les lutins qui le suivait, Derich avança entre les parois collantes vers une destination inconnue.

Elvis: (ne passant pas dans la fissure) Aaahh! Mes fûts! OU QUE VOUS ALLEZ JE VOUS RETROUVERAIS! ET JE VOUS FERAIS PAYER!

Après quelques minutes assez inconfortables (et sinueuses), le groupe déboucha dans un couloir circulaire en pierre, au milieu duquel coulait un liquide noir (mais éclairant étrangement les environs).

Lutin 2: Ah en fait,ça pue par ici, du coup j'ai mis des boules puantes dans ton nez pour bloquer l'odeur. Heureusement que je suis là, hein?


[1] On pouvait lire sur le papier qui l'enveloppait à moitié "Super Caramb-" et, en plus petit "(attaque encore plus l-".


Dernière édition par Derich le Ven 28 Sep - 12:28, édité 3 fois
avatar
Derich
Une dernière pour la route

Masculin Nombre de messages : 43
Age : 28
Localisation : Paumé entre les dimensions
Archétype : Scientifique fou option catastrophe
Job/Hobbies : Les bricolages tordus et expériences explosives
Date d'inscription : 29/08/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Taverne Chez Elvis

Message par Dwalin le Ven 28 Sep - 10:20

Peu après, à l'étage :
L'équipe municipale menée par Dwalin entre dans l'établissement et s'installe au comptoir.


Dwalin : Bonjour Elvis ! (Comptant ses collègues 1 2 3 4 ...) Douze BAN s'il-te-plait !

Elvis : ça marche !

Fonctionnaire Nain : Une petite pause bien méritée.

Elvis pose la première tournée devant les fonctionnaires.

Fonctionnaire Humain : Nous dressons l'état des lieux des édifices et rues nécessitant des travaux. Est-ce que tout va bien par ici ?

Elvis : J'ai pas de souci particulier à vous signaler, si ce n'est peut-être d'aller faire un tour dans les égouts et les souterrains, il y a des bestioles qui remontent, elles m'ont bousillé deux fûts de BAN.

Grand silence dans toute la salle .............

Fonctionnaire Nain : Nous ne pouvons laisser passer cela.

Dwalin : Je vous promets que nous allons tirer cela au clair au plus vite.

Toute l'équipe finit ses bières tranquillement en devisant de choses et d'autres, mais l'ombre des saboteurs de tonneaux plane encore sur la conversation.

_________________
Le nainplacable Nain d'Acier, qui se bat aux côtés du Bien dans la perpétuelle lutte contre le Pas-Si-Bien-Que-Ça. Oh et puis tulipe !

Retrouvez-moi sur Facebook.
avatar
Dwalin
SuperNain

Masculin Nombre de messages : 4561
Age : 35
Localisation : Mine de St-Etienne
Archétype : Guerrier Nain
Job/Hobbies : Creuse le jour, Boit la nuit
Date d'inscription : 21/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Taverne Chez Elvis

Message par FarFade le Sam 29 Sep - 16:56

Au même moment, assis à une table quelconque, deux nains discutaient de ce qu'il venait de se passer...

N1 : C'est bizarre quand même je trouve que Elvis est très calme alors qu'il vient de perdre deux tonneaux de notre chère BAN.
HommeHabilléEnMarin, dirigeant sa choppe en direction des nains : Cher, c'est le mot.
N2, qui avait l'homme dans son dos se retournant : Y'a un problème avec la boisson de nos confrères ?
HHEM : Et ba ouais mon p'tit, j'pense pas que ce soit extrêmement difficile de pondre une boisson pareille alors j'me demande pourquoi c'est aussi cher !

L'homme vacillait légèrement sur son tabouret et secouait sa chope à chacun de ses mots. Le nain le plus loin, qui comme tous les nains était très enclin à converser gentiment sur le prix de la BAN, se leva d'un bond, prit un pied de son tabouret et l'envoya directement sur la marin qui le reçut en pleine tête. Il tomba à la renverse en perdant son bonnet rouge et ses lunettes brisées mais se releva aussi sec.

HHEM : BAC A FLEUR DE NAIN !

Il renversa sa table en direction des deux nains mais celui encore assis la dévia avec les bras.

Elvis, lui, essuyait tranquillement une chope avec un tissu plus ou moins propre, tout en observant le début de bagarre.


N1 : Retourne dans ton eau sale péquenot de pétunia à pétale !

Cette fois ci le nain mit la main à sa ceinture, détacha une hachette de lancer et arma son bras, le marin poussa un hobbit assit juste à côté et lui prit son tabouret pour dévier de justesse la hachette. Cependant le deuxième nain s'était levé juste devant l'homme et envoya son poing droit dans le ventre de ce dernier, l'homme se courba et reçut un coup de genou en pleine tête qui le fit valser en arrière, s'étalant sur la table de trois marins en imperméable jaune qui somnolaient.

Elvis, lui, remettait les chopes sur les étagères derrière le bar avec un sourire niais.

Du sang coulait du nez du marin et goutait sur sa chemise en jean; mais il était toujours assez conscient pour faire un roulé-boulé arrière sur la table pour esquiver la hache d'un nain qui fendit le bois.


Ivrogne : Il est cousteau ce marin
N2 : On en peut plus de vos insultes et de vos poissons pas frais !
Ivrogne2 : Cousteau ? Costaud plutôt ?
MarinEnImperméableJaune : Pas frais nos poissons ? Va piocher ta soeur dans vos montagnes déguelasses !

Il baissa sa capuche jaune puis, étant assis et proche du nain à la hache, se jeta les bras en avant et le plaqua par terre. Les autres marins en imperméable se levèrent et frappèrent le nain à terre.
Une hachette vola et atteignit l'un d'eux en pleine tête.
Le marin au bonnet rouge revenait à la charge après avoir pris un semblant de couteau sur une table.

Elvis, lui, passait son chiffon sur le bar pour enlever les quelques tâches de liquide.


Ivrogne2 : Il est sacrément calme Elvis. *HIPS* D'abord les tonneaux, maintenant une bagarre générale et *HIPS* il dit rien..
Ivrogne : Il est dans un outre monde.
I2 : Autre monde plutôt ?

Pendant cette conversation, la bagarre avait viré en bain de sang, un nain avait deux couteaux plantés dans le corps, un dans la jambe et un autre dans le ventre mais il avait apparemment réussi à couper la main d'un des deux marins en imper restant. Ce dernier criait par terre en se tenant le poignet. L'autre était aux prises avec le nain aux hachettes, ils s'étaient agrippés l'un à l'autre et tentaient de s'assener des coups, de poings, de genoux, de coudes... Le marin au bonnet rouge était quand à lui la tête dans un accoudoir du nouveau canapé, inconscient.

I2 : J'crois que c'est parc'que les Gretas ont pas gueulés depuis un moment. Ca doit lui faire bizarre et l'changer. Ou bien la perte des tonneaux l'a trop choqué.
I : J'ai cru voir le canapé bouger tout seul.

Quand on parle du cerbère, descendant de l'escalier menant à l'étage, les Gretas en peignoir, des sacs plastiques sur les cheveux des trois têtes, avec une brosse dans une main et un savon dans l'autre apparurent aux yeux des clients. Les trois quarts, devant cette vision d'horreur, s'évanouirent.

GretaLaBlonde : EVLIS C'EST QUOI CETTE JACHÈRE !
GLBrune : ON PEUT PAS PRENDRE SA DOUCHE TRANQUILLEMENT !
GLRousse : ET C'EST QUOI CETTE BAGARRE !

Elvis : Mais mimine... Mimine... Mes tonneaux... Une bagarre...

Reprenant ses esprits, le cyclope cligna de nombreuses fois son oeil et, saisissant une batte de sous son bar, sauta par dessus et tenta de mettre de l'ordre à grand moulinets.

Elvis, tout en tapant et gauche et à droite : AAAAAAAAAAAHHH ! MES TONNEAUX !! MA TAVERNE !!!!

_________________
... quand les poulpes auront des dents.
avatar
FarFade
Asylum Imperator

Masculin Nombre de messages : 881
Age : 26
Localisation : Dans les méandres d'un cerveau torturé, et poulpeux.
Archétype : Poulpe.
Job/Hobbies : Tenter de conquérir le monde. Et manger des sardines.
Date d'inscription : 04/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Taverne Chez Elvis

Message par Galdwyn Darkyl le Mar 2 Oct - 16:04

Pendant ce temps, si on regardait bien dans le recoin le plus miteux de la Taverne (vous pouvez pas vous tromper: c'est juste entre le coin-à-réunion-de-conspirateurs et entre l'alcôve-réservée-aux-individus-louches-qui-reluquent-les-petits-garçons-en-tirant-sur-leur-pipe), on pouvait repérer une silhouette qui depuis près de 24h s'appliquait à s'imbiber de diverses substances détergentes et/ou alcoolisées tout en soliloquant tel un disque rayé, alternant les phases de coma éthylique et de monologue désabusé...

Spade: Il n'y a rien de tel qu'une bonne murge pour finir une sale journée. C'est un peu comme les applaudissements à la fin d'un spectacle, ou le traditionnel quartet de roteurs quand les nains commandent une tournée de BANs: c'est la conséquence logique et la consécration de tout ce qu'il s'est passé avant. Et vu que ma journée d'hier avait fait dans l'exceptionnel niveau mésaventure, j'avais décidé que la gueule de bois devrait être également phénoménale. Oh bien sûr, ce n'était pas la première fois que je me faisais larguer par un client. Ou par une clientE. Ou par un individu de sexe féminin engoncé dans une protection métallique. Ok, le fait que la personne concernée avait une orbe d'énergie pulsante à la place du coeur était une nouveauté, généralement mes aventures passées se contentaient d'un bloc de glace à cet endroit précis. Mais je ne sais pas pourquoi, la façon dont toute cette histoire avait fini me fichait un coup. J'avais beau engloutir assez de JackDarkham pour me mettre sur la liste rouge d'Elvis, mon Blues ne faiblissait pas. Même aller jouer quelques mesures de saxo ne me disait rien, preuve d'un malaise... balèse.

Le demi-orque reluqua d'un air pensif son reflet dans le verre vide, n'osant y voir un élément de réponse à ses diverses questions métaphysiques.

Spade: Le ton désincarné de la voix-off me fit soudain réaliser ce qui me tracassait. Cette fille je veux dire, cette affaire avait réussi, je ne sais trop comment, à passer au travers de toutes mes défenses et réveiller le petit fond d'idéalisme héroïque que je cherchais à euthanasier depuis des années. Pendant l'espace de quelques heures, j'avais eu l'impression d'avoir enfin retrouvé ma place sur le devant de la scène, peut-être pas comme héros mais comme protagoniste. Le fait que même ma future cuite vaille le commentaire d'un narrateur ne faisait que me conforter dans cette impression, et rendait tout d'un coup ma journée encore plus misérable.

Le demi-orque se redressa de sa table où il était à demi couché, et s'affala en sens inverse sur le dossier, où... Roh et puis zut, je suis pas payé à rendre vaguement intéressant les désillusions d'un alcoolique chronique, moi. Il fut un temps où on me confiait du travail respectable, oui Môssieur! Des vrais récits épiques, pas du soit disant polar de bas étage, où je dois narrer la une tentative surprenante de s'auto-confire dans la liqueur... :raleur:

Spade: Et voilà. Voilà ce qui me foutait en l'air ce soir. J'essayais de jeter un coup d'oeil philosophe vers la voix-off qui pliait bagage, mais mes efforts alcooliques semblaient tout d'un coup décidé à me rattraper, rendant mon expression un brin pâteuse. J'avais eu mon quart d'heure de rêve et tout d'un coup, la réalité me claquait la porte au nez. Mais pourquoi, bon sang! On faisait une bonne équipe, non? Pourquoi fallait-il *glups* soiffard qu'elle me mette sur la touche *glups* soiffard comme ça... Et, et le pire dans toute ssssecette affaire *glups* soiffard me dIs-je aLOrs que le pLaNcher de la tAVErne seMBlait faire un chpr.. Un spl... Un sprint veRs moN vISage; c'eSt que je ssssaVAIS que si elle se rePOintait, je la SUivrrrrai à nouvEau sans hésITAtions... cestaboireaboireaboi *SCHBLAM*
avatar
Galdwyn Darkyl
Intelligence Pénétrante

Masculin Nombre de messages : 669
Age : 29
Localisation : si tu as de la chance, entre tes mains
Archétype : Artefact Intelligent
Job/Hobbies : la Connaissance, la Magie, les pierres à aiguiser de qualité
Date d'inscription : 16/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Taverne Chez Elvis

Message par FarFade le Lun 28 Jan - 21:02

Le lendemain ...

Alors que quelques individus déambulaient devant la Taverne, un bruit de roue sur la pavé leur fit tourner la tête.

Prenant un virage très large, deux hippopotames apparurent en sueur tirant derrière eux un tonneau sur deux roues. Driftant dans le virage, de l'eau s'échappa du tonneau et deux pinces s'agitèrent en l'air. La foule s'écarta pour laisser passer l'étrange char (à part un enfant gobelin qui restait à jouer avec ses billes et qui fût proprement écraser par les hippopotames), le char s'arrêta brusquement devant la Taverne.

Un porte dans le tonneau s'ouvrit, déversant de l'eau et un poulpe humanoïde sur la voie.

FarFade se leva en s'appuyant sur ses deux pinces, enleva la boue de son épaule en crachant de l'encre dessus et en regardant personne poussa la porte de la Taverne.


Elvis frottant un verre (Augmente son niveau de compétence "Frottage avec chiffon sale) : Par mon oeil. Je n'ai jamais vu une créature aussi...
Ivrogne levant son verre : Horrible ! Gnagnagangnagna !

Tout en rigolant il tenta de boire son tonneau de bière, précisons que c'était un ogre à la voix rauque. C'est alors que des tentacules s'échappèrent du même tonneau et les autres clients de la Taverne virent la tête de FarFade apparaitre et rentrer dans la bouche de l'ogre.
Ce dernier tenta de crier mais s'étouffait, il lâcha le tonneau, tenta de frapper le poulpe qui avait déjà entièrement disparu. Il se tint la gorge, yeux grand ouvert puis s'écroula en arrière.
Une épée rouillée lui transperça le ventre de l'intérieur et découpa une large entaille pour enfin que FarFade en sorte.


FF : C'qu'on doit pas faire pour se faire respecter.
Elvis : Vous avez du pot qu'il ait déjà payé son verre sinon ça aurait été sur la note. Qui commence par 5 pièces d'or pour le nettoyage.
FF : Je me rappelais pas que tu étais aussi pingre.

Le cyclope brisa le verre qu'il avait dans les mains et fronça son mono-sourcil.

Elvis : Soit on se connait vraiment soit tu appelles tout de suite un médecin.
FF : Mais enfin... FarFade.

Le tonneau sacré roula jusqu'au décapodnain qui était maintenant assis sur un tabouret.

TS : FarFade ? Mais qu'est ce que t'as fait pour avoir un corps pareil encore ?
Client 2, dans une queue de personnes ayant un lait fraise dans la main : Il connait le tonneau sacré !
Client 3 : C'est pas une raison pour retarder les lectures de nos futurs.
FF, se tournant vers le tonneau : Haha ! Toujours là toi. T'as du en prendre du poids quand je vois le nombre de lait-fraise qu'on t'apporte.
Client 2, levant un index : Qu'on sacrifie !
FF : Bref, j'ai t_
TS : Toujours était comme ça, je me doutais que tu allais dire ça.
FF : Bien sur, vu que c'est vrai ! Allez paye moi une bière qu'on parle de la vie !
TS : Les poulpes supportent les bières ?
FF : J'en sais rien. On va voir ça !

Elvis prit une chope et l'a remplie de BAN. Il la posa toute mousse dehors devant FarFade qui l'agrippa avec ses tentacules puis bascula la tête en arrière pour boire l'intégralité de la chope et la chope avec.
Il tourna ensuite la tête vers le tonneau, puis vers Elvis et percuta le bar avec son crâne. Ses tentacules frémirent et il vomit sardines, algues, sable et 9 pièces d'or rouillées et pleines de coraux qu'Elvis s'empressa de prendre.
Alors que le tonneau s'en alla vers son coussin, rouge et or situé sur le canapé respirant, en ricanant, FarFade tomba dans le monde des rêves.

_________________
... quand les poulpes auront des dents.
avatar
FarFade
Asylum Imperator

Masculin Nombre de messages : 881
Age : 26
Localisation : Dans les méandres d'un cerveau torturé, et poulpeux.
Archétype : Poulpe.
Job/Hobbies : Tenter de conquérir le monde. Et manger des sardines.
Date d'inscription : 04/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Taverne Chez Elvis

Message par nécroX le Sam 6 Avr - 16:45

Trois jours plus tard, le Maire Dwalin inaugurait le monument honorant les Darkamiens tués suite à l’invasion des koalas. L’emplacement choisi était celui de la maison de Germaine Tugdrol, face à la Taverne, de l’autre côté de la place. Suite à la destruction de la maison et au décès sans héritiers de la propriétaire, les débris de charpente et de dirigeable avaient été déblayés pour laisser la place à une statue de huit mètres de haut, pour l’instant voilée. Une estrade avait été érigée à côté, d’où le Supernain finissait son discours pendant que la population (du moins sa frange masculine) préférait se concentrer sur Ellana et Shiva qui passaient dans la foule en prenant gracieusement les commandes.

Dwal : … et c’est avec soulagement que je peux déclarer définitivement tournée cette page de notre Histoire. Je sais que nous tous, koalifiés, ne gardons aucun souvenir de ces heures sombres ; mais que ceci nous aide à ne pas oublier ceux de nos concitoyens qui y ont laissé la vie, et ceux grâce à qui nous avons été libérés. Le moment est venu de dévoiler le monument aux morts !

Le Supernain prit son envol, arrachant au passage le voile qui masquait le bloc de pierre, et ré-atterrit sur le podium pendant que la foule applaudissait. Au-dessus d’un piédestal massif, la sculpture représentait un empilement de koalas se tordant de douleur sous le poids d’un pied de Troll du Chaos. En effet, au moment de choisir l’identité de la figure triomphant des koalas, la commission municipale n’avait pu trancher entre les différents responsables de la défaite des marsupiaux ; ne voulant froisser personne (sans compter que tous ces héros potentiels étaient des individus controversés, voire des criminels avoués), ils avaient opté pour Darkam, figure plus consensuelle (bizarre de dire ça d’un Troll du Chaos, mais bon).

Dwal : Les prêtres des différentes Eglises établies à Darkam-City vont à présent bénir la statue. Comme c’est l’œuvre des tailleurs de pierre nains, la coutume veut que les prêtres nains soient les premiers à-

On entendit un grognement sauvage, accompagné d’un bruit de pavés fracassés.

Dwal : … à préparer le terrain pour le clergé de Drehk, dieu tutélaire de notre ville, qui exécutera ensuite la Cérémonie de l’Amitié de Drehk !

Baldrin et plusieurs nains en robes ecclésiastiques s’avancèrent. Ils invoquèrent les noms de Moradin et Grungni, ainsi que Granodiorith et plusieurs déités mineures, puis tournèrent autour de la statue en psalmodiant en khazalid, frappant à intervalles réguliers le piédestal de leur sceptre rituel/pioche rituelle/chope rituelle (pour le prêtre de Prozhik, dieu de la bière).

Puis Gorack s’avança, brandissant haut son marteau nimbé de flammes divines. La foule fit spontanément quelques pas en arrière. Eldir reprit quelques cachets.


Gorack : Salut, amis de Drehk ! Aujourd’hui encore Drehk bien lancer balle !
Foule (sur un ton monocorde) : Oh ben oui alors. Gloire à Drehk.
Gorack : Je pas trop savoir pourquoi gros bout de pierre en forme de pied devoir être déclaré ami de Drehk. Difficile être de dire pour qui bouts de pierre être. Strike souvent cacher balle derrière montagnes le soir, et montagnes être gros bouts de pierre. Mais ensuite autres montagnes rendre balle à Drehk le matin, donc pierre pas forcément amie de Strike être. Alors je faire simple test. Châtiment de Drehk !

L’énergie divine nimbant le marteau devint éblouissante; Gorack abattit son arme gigantesque sur la statue en hurlant. Eldir perdit connaissance, les lèvres débordantes d’écume mêlée de comprimés semi-dissous. Matthias le couvrit d’un kekkaï pour éviter que la foule, qui reculait encore, ne le piétine. Le marteau frappa la statue dans un fracas pareil à un gong colossal, et tout le monument fut enveloppé de flammes pendant quelques secondes. Quand celles-ci se dissipèrent, tous virent avec stupeur que le marbre n’avait pas une éraflure.

Gorack : Châtiment pas marcher. Statue être amie de Drehk ! Bravo pour elle !
Klaus : Je vous avais dit qu’il trouverait une raison de taper dessus. Heureusement que la protection a tenu.
Dwal : Vous avez bien fait d’insister pour que les prêtres nains passent en premier. Voilà un écueil d’évité.
Klaus : Deux, même. On dirait que nous avons échappé à la « tenue de cérémonie » dorée ultra-moulante de Gorack. J’ai la nausée rien qu’en y repensant …
Dwal : Nous devons cette faveur à l’Elu de Drehk. J’ai dû lui promettre quelques privilèges ecclésiastiques en échange de sa promesse d’être tranquille et vêtir Gorack décemment.

Klaus regarda dans la direction de l’Elu, qui siégeait au premier rang sur un siège bébé soutenu par des gardes du Temple, tandis que des fonctionnaires municipaux lui servaient des bonbons par paquets sans cesse renouvelés. Le lutin fit coucou à Klaus d’une main gluante de caramel.
Après que les prêtres des religions « classiques » de Terre de Fangh eurent officié, Ratapoil s’avança, drapé dans une aube brune à revers de fourrure.


Rata : Le culte de Razorback, bien que récent en cette ville, y est vigoureux. Il se dresse chaque jour plus fièrement, et sa taille augmente sans cesse. C’est pour représenter ces nouveaux fidèles de toutes races que j’ai été invité à participer à cette cérémonie indépendamment des cultes nains. Louons Razorback, mes frères et mes sœurs ! Louons Razorback qui m’a délivré de l’emprise koalesque pour que je puisse, libre de tout contrôle, lutter contre Bomby et apprécier en toute lucidité le physique des jeunes femmes russes !
Boris : Da ! Ah qu’êtrrre jolies les filles de mon pays!
Rata : Je vais à présent bénir ce monument, au nom de mon dieu. On m’a fermement signifié que la bénédiction solennelle de l’aspect porcin de Razorback n’était pas « tous publics » … J’invoquerai donc juste le Grand Sanglier.

S’ensuivit donc, au grand soulagement de beaucoup, une prière parlant surtout de violence physique bien virile – donc parfaitement adaptée aux publics sensibles. Seule fausse note, la fin quand Ratapoil sauta dans la foule en espérant faire du bodyslamming, et que tout le monde s’écarta.

Dwal : Et maintenant, je vais remettre à ceux d’entre nous qui ont bravé les périls immenses de la Russie et réussi à mettre fin à la menace koalesque, la plus haute distinction (la seule, créée pour l’occasion) : la médaille du Grand Pied Vert ! Vous qui avez enduré tous les périls à travers Mougueducques, Pryczlovowitz et les steppes slaves, veuillez avancer, je vous prie.

Un petit groupe d’individus s’approcha du Maire : Matthias Alvensen, Boris portant FarFade toujours inconscient, Rena Darklight, Keira Trent (qui l’ignorait de toutes ses forces, ce dont il était fort marri), Ratapoil remis de sa chute, l’Archange Nain (accompagné d’Arguyle Jawbreaker, qui gardait une poigne solide et vigilante sur son épaule), et enfin Zathkas, Frosti et le Dernier Maître de l’Air, l’air peu habitué à être ainsi au centre de l’attention (mais les cris de haine indignée des spectateurs elfes firent beaucoup pour les mettre à l’aise). Un par un, ils défilèrent devant Dwalin, qui prit dans un coffret que lui tendait Klaus des médailles qu’il leur épingla à la poitrine.

Dwal : Boris, pour votre aide irremplaçable et votre persévérance héroïco-suicidaire dans la lutte contre Bomby, je vous remets la médaille du Grand Pied Vert, première classe.
Boris : Je êtrrre ému ! C’êtrrre prrremièrrre médaille que je obtenirrr sans auto-attrrribuer elle à moi-même ou rrrécupérrrer surrr cadavrrre ancien détenteurrr.
Dwal : Matthias Alvensen, pour vos actions avisées tout au long de cette aventure, jusqu’à la neutralisation de votre frère, je vous remets la médaille du Grand Pied Vert, première classe.
MA : Je suis honoré, Monsieur le Maire. Attention à ma jaquette … Laissez, je vais l’épingler moi-même. *regardant la médaille* Un pied vert ? C’est du cuivre vert-de-grisé, n’est-ce pas ? Suspect Hmm … Je suppose que la valeur est symbolique …
Dwal : FarFade, pour votre contribution si … particulière à l’expédition, et notamment votre lutte contre l’infâme Dimitrivov, je vous remets la médaille du Grand Pied Vert, première classe.

Boris tendit FarFade, toujours inconscient. Des bulles de morve jaillissaient des trous sur les côtés de sa tête. Dwalin hésita un instant puis colla la médaille dans le fouillis de tentacules. En réponse, le décapodnain laissa échapper un ronflement et un jet d’encre dans la barbe du Supernain.

Dwal : Keira Trent, vous avez été prise dans un conflit qui n’était pas le vôtre, et avez néanmoins apporté une aide précieuse, jusqu’à être considérée comme darkamienne à part entière. Pour cela, je vous remets la médaille du Grand Pied Vert, première classe. Vous êtes désormais chez vous parmi nous.
Keira : Je vais supposer que c’est une bonne nouvelle.
Dwal : Rena Darklight, vous aussi avez payé de votre personne pour sauver une ville que vous ne connaissiez pas. A vous aussi, je décerne la médaille du Grand Pied Vert, première classe.
Rena : Je l’ai déjà. En double.
Dwal : Ratapoil, Archange Nain, vous avez tous deux échappé à votre sakoala à Pryczlovowitz et avez rejoint l’expédition de Russie. Pour l’aide inestimable que vous avez fournie, recevez vous aussi la médaille du Grand Pied Vert, première classe.
ArchN : Voilà donc la gloire et les honneurs dont bénéficient les aventuriers en fin de campagne ! C’est plutôt sympa.
AJ : Fais pas ton malin, criminel.
Rata : C’est un bien petit bout de métal pour de si importantes prouesses … Mais je m’en fiche, je n’ai rien à compenser.
Ariek : Ouais, bien sûr. C’est pour ça que tu te bats avec un énooooooorme bout de métal.
Dwal : Ahem ! La ville est également reconnaissante à ceux qui ont apporté leur aide et leur soutien à nos héros au cours du voyage. Je remets donc la médaille du Grand Pied Vert, seconde classe, à Arguyle Jawbreaker, Zathkas, Frosti de Kellog, le Ranger du Risque, Yrkkel Dawarsen et R4728S246L9.
AJ : J’en veux pas de cette breloque. J’ai laissé la boule de poils reprendre le contrôle comme une limace de niveau 1. Pas de quoi être fier.
Dwal : Mais vous avez résisté pendant toute la première partie de l’aventure, c’est déjà admirable …
Frosti : Eh ! Pourquoi on est deuxième classe seulement, nous ?
Zath : C’est parce qu’on n’est pas allés jusqu’en Russie ? Vous croyez que c’était facile, la vie dans les catacombes ?
Klaus : Il nous fallait un critère objectif pour trancher ; les distinctions ont été attribuées en proportion du nombre de PX gagnés pendant l’aventure.
Ranger du Risque : Et pourquoi pas le FP des adversaires combattus ? A ma connaissance, ce n’est pas le groupe de Russie qui a neutralisé le Supernain koalifié …
MA : Inutile de nous disputer. Première ou seconde classe, ce n’est après tout qu’un morceau de bien peu noble métal même pas clinquant. Si cela a de la valeur, c’est à titre historique, comme premières éditions limitées de cette décoration ... Mmmh … Sans transition, puisque NécroX et Mademoiselle L9 ne sont pas là, je me porte volontaire pour accepter ces médailles en leur nom Very Happy Et les leur transmettre, bien sûr.
Dwal : Entendu. Prenez aussi celle-ci, alors. Première classe, pour Luke.
MA : Luke ? Pourquoi diantre ?
Frosti : Le lézard ??? Le lézard débile a une première classe ???
Zath : Vous n’allez pas me faire croire qu’il a gagné de l’expérience ! Il n’est pas assez malin !
Dwal : Il a fait partie du groupe tout le long de l’aventure, de Darkam-City à Saint-Moskoutskgrad.
MA : … Ah oui, c’est vrai.
Keira : Je crois qu’on préférerait tous l’oublier.
Dwal : Bon, vous arrêtez de vous plaindre ? Sachez que ces décorations s’accompagnent d’avantages fiscaux et d’une amnistie de tous les crimes et délits commis avant la dékoalification. J’espère que c’est assez substantiel pour vous.

Dwalin haussa la voix pour couvrir les hurlements des elfes, et les grincements de dents de Jawbreaker (à qui Boris tirait la langue en chantant « Nanananèrrre, deux évasions, zérrro sanction »).

Dwal : Après avoir honoré les héros vivants, je voudrais que nous ayons une pensée pour les Darkamiens morts dans cette guerre qui n’était pas la leur, loin de leur patrie, que peut-être certains d’entre eux aimaient, allez savoir. Une minute de silence pour toutes ces victimes. Une minute. Maintenant. Alors LA FERME !!!

Le brouhaha s’éteignit sous la puissance des super-cordes vocales ; tous, suivant le geste du Maire, tournèrent le regard vers le piédestal, sur lequel était gravée une liste de noms : les Darkamiens tués au cours de l’invasion des peluches tueuses. On y voyait, entre autres, le nom de Barbichette, immortalisé à jamais sous ce surnom ridicule.

Frosti : Mais, dites, vous êtes au courant qu’un bon paquet de ces types, c’est nous qui les avons butés ?
Boris : Da, nous ou hérrroïque et trrrès enthousiaste Arrrmée Rrrouge !
Dwal : Chut ! Bien sûr que je le sais. Mais c’est mieux pour tout le monde si les gens se concentrent sur la culpabilité des koalas. Ca s’appelle de la réconciliation nationale.
Ranger du Risque : Ou des boucs émissaires.
Boris : Quoi toi dirrre koalas êtrrre boucs ? Dimitrrrivov aussi crrréé koalchèvrrres avoirrr ?
Keira : Chut !
Rata : C’est bientôt fini ce silence ? J’ai des gaz à libérer, et je vous préviens que ça va s’entendre …
Keira : Mais même en mode Sanglier il est dégoûtant ce nain !
Rena : Eloigne-toi de Keira, misérable !
Keira : Toi, recommence pas ton numéro de chevalier servant !
Dwal&Klaus : Chut !!!
ArchN : Hé, mais il y a le nom de mademoiselle L9 sur cette liste!
Boris : Stalina êtrrre morrrte avec hérrroïsme ! Elle mérrriter honneurrrs.
Klaus : Même les victimes ressuscitées ont leur nom sur le monument aux morts. Les familles ont insisté, à cause du préjudice moral et financier d’une résurrection.
Dwal : Chut !
MA : Monsieur le Maire, cette amnistie que vous évoquiez, elle couvre tous les délits antérieurs à sa date d’application, ou seulement les délits déjà connus de vous au moment de sa promulgation ?
Dwal&ArchN : Chut !!!
Elu : *snif* Ah, Barbichette, vieux complice, tu es mort comme tu as vécu : très, très bêtement …
LRDG : CHUT !!!
Dwal : Ahem ! Merci pour cette minute de … silence. Pour conclure cette cérémonie, j’ai quelques déclarations à faire. Tout d’abord, pour son inestimable travail de fourmi ces derniers mois, sans lequel la ville aurait sûrement sombré (encore plus) dans le chaos, je voudrais remercier-
Elu : Allons, je n’ai fait que bien plus que mon devoir.
Dwal : … le Ministre Auxiliaire Chargé des Affaires Critiques, de retour d’une semaine de vacances ultra-relaxantes bien méritées, maître-
Elu : QUOI ??? ET MOI ALORS ???
Dwal : … qui semble préférer qu’on l’appelle Klaus. Une ovation pour Klaus, Darkamiennes et Darkamiens !
Klaus : Mais non ! Je préfère mon vrai nom ! Vous venez de le dire, c’est-

Les protestations du malheureux nain furent noyées dans les acclamations déjà teintées d’ébriété (malgré l’heure matinale) du public.

Dwal : Klaus est un des deux nouveaux membres du conseil municipal. L’autre, je vous l’annonce avec une émotion que j’ai du mal à décrire Rolling Eyes, est l’Elu de Drehk, qui nous éclairera de ses lumières.

Eldir, qui reprenait conscience, repartit dans les vapes. Plusieurs des cernes que Klaus avait perdus pendant ses vacances resurgirent spontanément. Le lutin salua la foule d’un air débonnaire et leur jeta les paquets de bonbons qu’il avait finis.

Elu : C’est bien normal ! Je suis légendaire ! Pendant des mois ma seule réputation a tenu les envahisseurs à distance ! Par la faveur divine de Dirhk, j’ai désintégré les Christmasbusters zombies et leur chef ! L’Hôtel de Ville ne sait plus comment tourner sans moi.
Klaus : Avec tout le respect que je vous dois, monsieur le Maire, c’est quoi ce camélia ??? Pourquoi vous faites ça ? Pourquoi vous ME faites ça ???
Dwal : Je vous ai dit que j’avais dû lui consentir certains privilèges. Qu’on le veuille ou non, il a joué un rôle unificateur en mon absence, et il a une influence avec laquelle il faut compter. Surtout son influence sur Gorack. Comme représentant de l’Eglise de Drehk, le lutin a au moins l’avantage de comprendre ce qu’on lui dit *moue sceptique de Klaus* et de pouvoir se tenir dans une pièce sans la démolir *bis*. Je préfère avoir son ambition galopante et sa vicieuse cervelle sous la main et sous mon contrôle, plutôt que livrées à elles-mêmes. Votre expérience me sera précieuse pour le gérer au quotidien.
Klaus : Je sers la Ville et c’est ma joie …
Dwal : L’Elu et le Grand Prêtre de Drehk ont par ailleurs demandé la clémence pour les prisonniers convertis en gardes municipaux et remis en prison, qui seraient des amis de Drehk. Eu égard aux services qu’ils ont rendus pour le maintien de l’ordre en l’absence des vrais membres de la milice, et notamment à leur bravoure face aux Christmasbusters zombies, il a été décidé, en accord avec le directeur Jawbreaker, qu’un programme de réforme par travaux d’intérêt général serait proposé au cas par cas.
AJ : Je ne marche dans l’affaire que pour que le prêtre cesse de venir défoncer mes murs, et parce que je vais avoir besoin de bras supplémentaires pour finir de réparer la Tour.
Dwal : Les éléments jugés suffisamment fiables pourront, une fois leur peine purgée, réintégrer la milice dans une unité spéciale sous le commandement des colonels Hix et Higrek, dont les méthodes particulières s’intègrent mal dans la structure hiérarchique existante.
Higrek : Ces vrais miliciens de formation n’en font qu’à leur tête ! Ils refusent d’apprendre à mendier, et ne voient pas l’intérêt de savoir se nourrir sur le terrain (les poubelles, quoi).
Hix : Et ça veut dire quoi d’abord « abus de pouvoir » ?
Higrek : On est des clochards ! On n’a aucun pouvoir !
Dwal : J’ai aussi quelques décisions à annoncer concernant des procédures de justice en suspens. Eldir ayant été reconnu innocent dans l’affaire de l’Incident Darkyl, l’ensemble des chefs d’accusation repose sur ce dernier. La Mairie offre donc une prime à qui ramènera Galdwyn Darkyl vivant, pour être interrogé et jugé concernant ses actions. Ninjigen Sygmato, dont le rôle n’est pas clair dans cette affaire, est aussi recherché pour interrogatoire ; ainsi que, par ailleurs, pour le pillage de centaines de domiciles abandonnés pendant le Jour du Savon Noir. Une prime est donc offerte pour lui aussi. Les familles cambriolées seront dédommagées sur les fonds saisis par mon prédécesseur. Quant à Pkmaster Holymetal Industries, étant donné son importance pour l’économie darkamienne, la compagnie est placée en redressement, sous le contrôle de la municipalité jusqu’à ce que l’entreprise redémarre. Nous allons embaucher de nouveaux ouvriers (selon des contrats plus avantageux d’où la clause « Meurtre arbitraire », notamment, sera supprimée). Nous recherchons également des candidats pour reprendre les rênes à titre provisoire. Bien sûr, remplacer le forgeron légendaire, qui a bâti le succès de son entreprise sur sa propre renommée, n’est pas une tâche facile ; mais nous comptons bien trouver un artisan de renom.
Rena : A qui dois-je remettre mon CV en trois volumes in-folio ?
Dwal : Enfin, à propos de politique étrangère, plusieurs bonnes nouvelles. La construction du BANoduc a repris comme prévu, un accord ayant été trouvé avec Mougueducques-les-Aiguilles. L’annonce de mon retour au pouvoir a eu un effet dissuasif sur les tribus barbares et les nations voisines (*ahem*Milesia*ahem*) qui auraient été tentées de guetter un instant de faiblesse pour marcher sur Darkam-City. Et à propos d’ennemis de partenaires étrangers, j’ai été informé que le nouvel ambassadeur de l’Empire de Jade est déjà en route. En fait, il était déjà en chemin de toute façon, pour faire exécuter son prédécesseur suite à un changement d’alliances politiques à la capitale : l’incident de sa mort est donc oublié. Merci de votre attention ! Je vous invite à présent à déguster les rafraîchissements de la Taverne, et à profiter de ce jour de fête. Vive Darkam-City !

La foule ne se le fit pas dire deux fois ; moins de trente secondes plus tard, un poivrot avait déjà vomi au pied du monument aux morts, ce qui, quelque part, était son véritable baptême darkamien.

Dwal : Alvensen, Boris, et messieurs du REVENS, un moment s’il vous plaît. J’ai encore quelque chose à vous dire.
Frosti : C’est à propos de notre seconde classe ?
Dwal : Non. C’est à propos de cette MAP que Mougueducques a lancée contre vous, L9 et Luke, suite à vos actes de vandalisme.
Boris : Actes de vandalisme hautement justifiés parrr supérrrieurrre nécessité !
Dwal : Ah bon ?
Boris: Bah, nous prrressés êtrrre, et palabrrres prrrendrrre plus de temps que prrressage de gâchette.
MA : Même en admettant que nous n’ayons pas observé le respect le plus optimal des lois en vigueur chez cette cité alliée de longue date, ces dommages collatéraux ne devraient-ils pas être expliqués par la poursuite d’un intérêt supérieur et englobés dans l’amnistie dont vous parliez tout à l’heure ?
Dwal : J’ai négocié en ce sens avec le conseil des anciens et le Thane. Mais ils ont posé leurs conditions, en échange de la reprise des travaux du BANoduc. Vous devez retourner à Mougueducques-les-Aiguilles et payer votre dette à la ville en menant à bien une tâche de leur choix. L’avis de recherche ne sera levé qu’après que vous vous serez présentés devant leur justice pour y accepter votre mission.
Zath : Et si d’aventure, comme ça, on n’en a rien à fiche ? Là d’où je viens, les avis de recherche sont un peu des titres de gloire.
Dwal : A vous de voir. Mais à présent que vous avez été décorés lors d’une cérémonie très publique, couverte par la presse locale et des représentants de nos voisins, j’imagine que ce n’est qu’une question de temps avant que vous receviez des visites fréquentes de chasseurs de primes.
Frosti : Moi j’aurais rien contre retourner là-bas, ça fait un bail que j’ai pas profité d’une bonne ambiance nanique. Et leur mission, c’est probablement des trucs à buter.
Boris: Je pouvoirrr en prrrofiter pourrr mener à bien prrrojet secrrret de moi ! Mougueducques êtrrre seulement petit détourrr surrr chemin de Lutingrrrad. Kamarrrade Mairrre avoirrr rrreçu demande de moi ?
Dwal : Oui. J'ai peur des conséquences, mais la ville vous doit bien ça, et la transmission de la procédure de dékoalification aux Russes est une cause qui en vaut la peine. Vous avez l'autorisation.
Boris: Jourrr de joie !
MA : Comment honorerons-nous cet accord en l’absence de certains des accusés ? L9 est en mission d’immersion profonde au cœur de la Bibliothèque Simili-Occulte, et n’a pas été vue depuis des jours. Luke, lui, pourrait être n’importe où dans le monde !
Boris : Même si je douter que Mougueduciens vrrraiment à prrrésence de lui tenirrr.
Dwal : J’ai déjà pris cela en compte, et négocié une alternative. Ils acceptent que certains des accusés se fassent remplacer, par des aventuriers pour qui ce serait alors une mission ordinaire. La Conservatrice m’a convaincu de l’importance de la mission de L9, celle-ci ne sera donc pas du voyage. Vous pouvez trouver deux aventuriers pour vous accompagner et faire office de remplacements pour elle et Luke; ils seront rémunérés par la municipalité selon les grilles de trésor de la Caisse des Donjons pour une mission de ce niveau.
MA : Je vois … Et puisqu’ils sont d’accord sur le principe du remplacement, cela ne poserait donc pas de problème si l’un de nous se faisait également remplacer ? N'importe qui, théoriquement, disons Frosti par exemple ?
Frosti : Mais je veux pas me faire remplacer ! Je veux aller boire et buter des trucs ! RAAAAAH !
Dwal : Si vous convainquez quelqu’un de prendre votre place, pas de problème. Mais la Mairie ne déboursera pas une pièce d’or pour vous y aider. Assurez-vous simplement que sept personnes fassent le voyage. Klaus vous accompagnera pour veiller au bon déroulement de la procédure. Et encore une fois, plus vous mettrez de temps à y aller, plus vous aurez de chances que des chasseurs de primes vous prennent pour cible.
Frosti : De la baston livrée à domicile ? Chouette ! Finalement j'veux pas y aller !
MA : Parlez pour vous, je viens de refaire le vestibule.
Maître nageur : Et nous de restaurer le QG. Il est plus raisonnable de solder cette histoire.
Boris : Da. Nous peut-êtrrre attendrrre deux-trrrois prrremièrrres attaques, pourrr plaisirrr gourrrmand ; mais ensuite y aller devoirrr.
Klaus : No Je dois vraiment les accompagner ? Je ne peux pas plutôt repartir en vacances ?
Dwal : Quelqu'un doit vérifier qu'ils honorent leur part du marché. Et veiller à ce que le projet de Boris ne cause pas de nouvelle catastrophe à Mougueducques.
Klaus : Je n'ai pas l'option de me faire remplacer, moi ?

_________________
Join the dark side, we have cookies.
avatar
nécroX
La Mort en Marche

Masculin Nombre de messages : 1096
Age : 29
Localisation : Si tu poses la question, la réponse n'a déjà plus d'importance.
Archétype : nécromancien en quête du pouvoir absolu
Job/Hobbies : complots arcaniques (pour les deux)
Date d'inscription : 25/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Taverne Chez Elvis

Message par nécroX le Jeu 6 Juin - 19:16

Le lendemain, en début de soirée, Aljashus Vungeklerren et Fonkin Perlenpoudre poussèrent la porte de la Taverne. C’était l’heure où les Darkamiens, après une journée de dur et parfois honnête labeur (ou avant une nuit d’aussi dur mais souvent moins honnête labeur), s’y retrouvaient pour apprécier une bonne chopine de BAN, le plat du jour des Gretas et l’ambiance de saine camaraderie (chacun de ces trois facteurs a été reconnu comme une cause de mortalité potentielle).

Alj : Comment procédons-nous maintenant ? Tentons-nous de collecter des curricula vitae et de requérir des lettres de motivation ?
Fonkin : Votre mode de pensée habituel n’est pas du tout adapté, Aljashus.
Alj : Les statistiques nationales d’illettrisme parmi la clientèle des débits de boisson tendraient à vous donner raison. C’est bien pourquoi je ne m’explique pas pourquoi il est si traditionnel de chercher les postulants pour un CDD « Aventure » dans ce genre de lieu. Comment sommes-nous censés évaluer les candidats ? Dois-je retourner à l’Université et nous faire polycopier quelques études de physiognomonie ? A moins que vous ne prévoyiez, au mépris des conventions syndicales en vigueur, de faire usage de divination et de mentalisme …
Fonkin : Non, je pense que ça doit être plus simple que ça. Après, ce n’est pas ma spécialité non plus ! Sachant qu’il faut éviter que l’affaire s’ébruite …
Ellana : Tiens, des messieurs de l’Université ! On a quelques étudiants ce soir, mais je ne crois pas qu’aucun se soit déjà cassé quelque chose, il est encore tôt et la soirée est plutôt calme …

Tout en parlant elle brisa d’un coup de plateau les phalanges baladeuses d’un client éméché, sans renverser une goutte des verres posés dessus.

Fonkin : Non, nous sommes ici à titre personnel.
Ellana : D’accord ! Vous êtes deux ? Je vous trouve une table ?
Fonkin : Euh …
Elvis : Laisse, Ellana, je m’occupe de ces messieurs. Suivez-moi, j’ai la table qu’il vous faut pour votre problème.
Fonkin : Notre problème ?
Elvis (les menant à une table vide) : Tenez. Visible de l’entrée et du bar, mais dans l’ombre pour qu’on ne discerne pas qui s’y assied. Personne ne passe trop à proximité, et on ne peut pas entendre vos conversations, mais elle n’est pas suffisamment à l’écart pour attirer l’attention.
Fonkin : Très bien … Mais pourquoi …
Elvis : C’est la première fois que vous recrutez pour une quête, hein ?
Fonkin : Eh bien … Mais comment …
Alj : Comment disposez-vous de ces informations à accès restreint ?
El : S’il vous plaît. J’ai l’œil. *désignant son gros œil unique* Je ne suis pas un débutant, avant même mon mariage j’étais barman et heureux.
Greta la Blonde : C’était quoi ça Elvis ?
Elvis : Rien mon Murlock en sucre ! Bref, quand je vois un client avec le capuchon relevé, une bourse bien garnie à la ceinture, et qui observe les autres consommateurs un par un, je sais à qui j’ai affaire.
Fonkin : Alors … Comment ça marche ? Les aventuriers nous repèrent et viennent s’asseoir, et on leur expose notre problème ?
Elvis : C’est comme ça que ça se passe dans les tavernes normales, et c’est bon pour le clampin moyen. Mais Chez Elvis, nous proposons en plus le service spécial « Donneur de Quête » : pour une somme forfaitaire de 75 po, vous louez pour la soirée une de nos tables spécialement situées.
Fonkin : Il y en a plusieurs ?
Elvis : Oui, la Taverne est remplie de cloisons internes pour créer plus de coins sombres.
Fonkin : Je croyais qu’elles étaient là pour que les clients puissent fracasser des choses à peu de frais lors des bagarres.
Elvis : Aussi. Nos tables spéciales « Donneur de quête » sont régulièrement bénies par un prêtre de Haimji pour augmenter les chances de recrutement. Le forfait inclut aussi l’offre d’une consommation de moyenne qualité à vos dix premiers interlocuteurs. Et pour ceux qui refusent votre proposition, si vous payez un supplément de 49 po par tête et faites signe à Shiva, elle leur rajoute en plus le shooter « Table rase », recette maison, le consommateur oublie les détails de votre conversation.

Fonkin et Aljashus payèrent la location de la table et attendirent. Sur les conseils d’Elvis, ils avaient gardé leur capuchon relevé, et Fonkin faisait rougeoyer sa pipe dans la pénombre. Effectivement, au fil de la soirée des individus isolés ou en petits groupes vinrent s’asseoir sans façon à leur table pour écouter leur proposition.
Le succès n’était cependant pas au rendez-vous. Quand ils apprenaient que la mission impliquait l’Université, la plupart refusaient net : des rumeurs de l’Incident Darkyl, amplifiées par la distance, leur étaient parvenues, et ils n’avaient pas l’air motivé pour se lancer dans ce qu’ils voyaient comme les Abysses Entartrées 2.0.
D’autres, sans donner dans ce genre d’exagération, préféraient néanmoins prudemment se cantonner aux donjons recensés par la Caisse, avec un niveau de difficulté connu et catalogué. Ceux qui auraient eu le cran de se lancer dans l’inconnu jugeaient quant à eux la prime trop mince.
Certains avaient à faire ailleurs ; d’autres encore, à l’énoncé de la mission, déclaraient vouloir soudain rentrer chez eux et réfléchir à leur avenir.
Adrieny, au départ motivé par l’idée d’une aventure, changea de couleur quand on mentionna la Bibliothèque et s’enfuit en hurlant « les petits signes qui font mal à la tête ! Nooon ! »

C’est ainsi que, tard dans la soirée, les choses paraissaient mal engagées pour Aljashus et Fonkin. Les clients encore présents n’étaient visiblement en quête de rien d’autre que d’un sixième pichet. De leur côté, les boissons absorbées avec leurs interlocuteurs pesaient lourd sur leurs faibles scores de Constitution. Elles formaient aussi, avec la location de la table, une addition salée qu’Aljashus hésitait à inscrire dans les comptes comme « notes de service » ou « frais de recherche » . Son soliloque interminable sur ce dilemme faisait contrepoint au crooner homme-bête sur la scène, qui persistait à bêler « Can’t take my claws off of you » ; tout cela conspirait pour aggraver la migraine naissante de Perlenpoudre, qui accueillit avec une surprise reconnaissante les deux tasses de verveine que Shiva déposa avec un sourire à leur table. Le gnome hésita à commander un « Table rase » pour Aljashus.


MA (s’asseyant à leur table et levant son verre de brandy en souriant) : Bonsoir messieurs. Permettez-moi de vous offrir ces breuvages apaisants, dont vous me paraissez avoir besoin, je vous l’avoue.
Alj : Mon cher Matthias ! Ce geste de votre part est très prévenant ; cependant je dois vous avertir que si vos offres de consommations à notre égard dépassent 12,5% du budget total de notre consommation du jour dans cet établissement, je devrai les répertorier à leur tour dans la colonne « mécénat ».

Et il griffonna de plus belle sur sa serviette en papier.

MA : Dure soirée ?
Fonkin : On peut dire ça, oui. *remarquant les traits tirés de Matthias* Vous-même avez l’air épuisé.
MA : Je ne vous le cache pas. Et j’ai bien peur que les deux faits soient plus liés que vous ne pensez.
Fonkin : Comment ça ?
MA : Je vous ai observés durant la soirée, suffisamment pour comprendre que vous cherchiez, sans succès, à recruter des aventuriers. J’ai le regret de vous avouer que je suis responsable de cet insuccès.
Fonkin : Expliquez-vous !
Alj (lui tendant une pile de serviettes en papier) : Et notez vos aveux en triple exemplaire, pour que nous puissions vous facturer une partie des dépenses encourues.
MA : Pendant notre expédition vers la Russie, certains incidents se sont produits à Mougueducques-les-Aiguilles, avec pour conséquence une mise à prix sur ma tête et celle de certains de mes compagnons. Le Maire nous ayant (intentionnellement, je le soupçonne) placés sous les feux de la rampe hier, tous les chasseurs de primes des environs ont pu nous identifier, et les nouvelles circulant vite, il en arrive d’autres en ville à chaque minute. Des mesures s’imposaient pour garantir ma tranquillité jusqu’à ce que ce malentendu soit dissipé. J’ai donc apporté certains ajustements au tableau des MAPs, à l’aide d’un kekkaï un peu spécial. Tous ceux qui le consultent reçoivent la suggestion qu’ils ont mieux à faire, et trouvent une bonne raison de ne pas se mêler de quêtes pour l’instant.
Alj : D’où leur désintérêt prononcé pour nos propos !
Fonkin : Surtout les vôtres, mais là je ne crois pas qu’on puisse accuser le kekkaï.
Alj : Une solution douteuse du point de vue légal, mais élégante sur le plan intellectuel. On peut s’attendre à ce que tout chasseur de primes potentiel se renseigne sur le montant de votre prime au préalable, ce qui l’expose à votre manipulation démotivante.
Fonkin : Hélas, tous les aventuriers entre deux quêtes consultent à tout hasard le tableau des MAPs. Nous sommes les victimes collatérales de votre tour de passe-passe !
MA : Sauf pour Adrieny, qui de toute façon ne sait pas lire. Mais pour le reste, je suis navré, croyez-le bien.
Alj : Mais qu’en est-il des aventuriers arrivant de l’extérieur du périmètre urbain, et déjà au fait de votre statut criminel ? Ils n’ont nul besoin de relire le tableau avant de vous soumettre à une procédure de traque/capture.
MA : Bonne question, mon cher Aljashus. Et à en croire cette aura, je vais pouvoir y répondre sur le champ …

En effet à cet instant un aventurier demi-elfe musclé et couturé de cicatrices bondit devant leur table, la hache d’armes au clair et une vilaine baguette pointée entre les deux yeux de Matthias.

Aventurier : Tu es mon prisonnier, Alvensen ! Pas de gestes suspects. Suis-moi sans faire d’histoires et tout devrait bien se passer … pour l’instant.
MA (levant les mains) : Je me rends ! Cependant, si vous venez pour la prime sur ma tête, vous devez savoir que la Mairie de la Nouvelle Darkam-City offre désormais le double de l’or promis par Mougueducques.
Aventurier : Qu’est-ce que tu racontes ? N’essaie pas de m’embobiner !
MA (indiquant le tableau des MAPs) : Vérifiez par vous-même.

Fronçant les sourcils avec méfiance, le demi-elfe recula lentement de quelques pas, sans que sa baguette ne dévie, jusqu’à pouvoir lire les affiches. Il eut un temps d’hésitation puis se retourna vers Alvensen.

Aventurier : Pfff ! Après tout, me taper tout le trajet jusqu’à Mougueducques pour 600 po rentabiliserait à peine mon investissement. Je vais plutôt essayer de me faire d’abord un peu d’or ici. Peut-être traquer ce Darkyl, ça c’est une vraie prime. Tu es tellement facile à capturer que je n’aurai aucun mal à te retrouver plus tard. Profite de ton sursis !

Rengainant ses armes, il se dirigea vers la porte. Matthias s’affaissa dans son siège.

Fonkin : J’avoue, c’est bien joué.
MA : Merci, mais je ne vais pas pouvoir maintenir longtemps ce petit jeu. Cela m’oblige à ne jamais m’éloigner longtemps du tableau des MAPs ; de plus, un kekkaï aussi puissant et complexe me demande beaucoup d’énergie à maintenir, et doit être fréquemment ajusté et renouvelé, d’où mon état de fatigue actuel. Sans parler des quelques-uns qui ont réussi leur jet de Volonté, et dont j’ai dû disposer par des moyens plus conventionnels …
FF (traînant son bras vers le comptoir) : Eh Elvis ! Bonne nouvelle, je viens de croiser deux types dans la fosse septique et ils avaient de l’or sur eux ! Envoie la BAN !
Elvis : ARRÊTE DE FICHE DE LA BOUE PART- De l’or, tu dis ? Very Happy
Fonkin : Je vois …
Alj : Je dois dire que personnellement, je ne vois pas. Des moyens plus conventionnels ? Une ordonnance restrictive ? Vous devez savoir, Matthias, que vous ne pouvez pas raisonnablement espérer en obtenir contre des dizaines d’inconnus qui sont, après tout, dans leur droit. Il doit exister une solution plus satisfaisante et définitive à votre épineuse situation.
MA : En effet ; moi et mes partenaires de crime devons accomplir une mission à Mougueducques pour nous racheter. Néanmoins cela pose certains problèmes … Mais je vous ai assez ennuyés avec mes soucis. Ne vous inquiétez pas pour moi ; parlez-moi donc plutôt de votre quête, peut-être pourrai-je vous apporter aide ou conseil en réparation de mon interférence.

Aljashus se lança dans un récit circonstancié de la situation à la Bibliothèque, pendant que Matthias lisait à la place le résumé de cinq lignes griffonné par Perlenpoudre sur une serviette en papier.

MA : Voilà qui est des plus curieux. Et vous voudriez régler cela discrètement et sans délai, c’est très compréhensible. Ecoutez, pourquoi ne participerais-je pas moi-même à cette tâche ? En tant que voyageur dimensionnel, je sais deux ou trois choses sur les portails.
Fonkin : Je croyais que vous deviez aller à Mougueducques pour régler cette histoire de mise à prix.
MA : Il est possible de se faire remplacer. Je me fais fort de trouver une bonne âme qui acceptera de partir à l’aventure chez les nains en mon lieu et place.
Fonkin : Et pourquoi préférer notre mission, qui ne vous rapporte pas grand-chose, à celle de Mougueducques, dont la réussite vous importe bien plus ? Suspect
MA : Pour racheter ma regrettable interférence ! Et parce que je crois que mes talents seront plus utiles et mieux mis à profit dans ce genre d’entreprise aux frontières du réel, que dans une mission probablement à la portée de l’aventurier lambda.
Fonkin : Suspect
MA : De plus, qui sait si je ne pourrais pas, dans cette descente aux tréfonds de la Bibliothèque, détecter des traces de l’aura de Galdwyn ? C’est un compagnon d’armes que j’aurais plaisir à revoir.
Fonkin : Suspect
MA : Et si quelqu’un doit toucher la prime promise pour le retrouver, autant que ce soit un camarade aux intentions strictement amicales. Very Happy
Fonkin : Je préfère ça. Présentez-vous demain midi à l’Université, alors. Soyez discret, ne passez pas par l’entrée actuelle. Le rendez-vous est dans le Hall de la Bibliothèque, désaffecté depuis l’Incident.
MA : Comptez sur moi.
Alj : Votre grave déplétion en mana, consécutive à vos manipulations de la réalité à effet mental répétées, ne risque-t-elle pas de vous nuire dans l’exercice de cette mission à venir ?
MA : Ne vous inquiétez pas, Aljashus. Je compte amener avec moi une source d’énergie. Smile

Et sur un sourire énigmatique et un regard en coin à FarFade, qui rattachait son bras avec des algues et des étoiles de mer, le gentleman se leva.

MA : Je ferais mieux de rentrer prendre quelques heures de sommeil. Un dernier renforcement du kekkaï par précaution, et …

A cet instant une forme humaine en cape bleue arriva sur eux et s’accroupit derrière les fauteuils des deux lanceurs de sorts, dans le coin le plus sombre de leur recoin sombre. Une fraction de seconde plus tard, deux nains tatoués, de gros bracelets aux poignets, de la suie plein la face et des trous fumants dans la barbe, firent irruption.

Nain1 : La fille !!! Où elle est, par Grungni ?
MA : Elle est partie dans cette direction, après avoir laissé un mot sur ce tableau d’affichage. Un indice, peut-être ? Allons voir cela ensemble, messieurs …
Nain2 (après quelques secondes d’examen) : Laisse tomber, on perd notre temps. On ferait mieux d’aller faire notre rapport à Gundabad.
Nain1 : Il va être furax de savoir qu’on l’a perdue !
Nain2 : Si on attend qu’il soit vraiment ivre pour lui dire, ce sera pire.

Et les deux nains roussis reprirent le chemin de la sortie.

MA : Houlà je tiens à peine debout moi … Décidément la manipulation mentale à grande échelle, c’est trop pour moi. Sur ce, je vous quitte. Aljashus, professeur Perlenpoudre, à demain. Mademoiselle Keira, au plaisir. Je suis sûr que vous me raconterez tantôt l’anecdote curieuse qui se cache sans nul doute derrière ces événements.

Matthias salua et prit à son tour la direction de la porte, tandis que Keira, rouge et échevelée, sortait de sa cachette.

Fonkin : Vous êtes pourchassée par des nains ? … :affraid:Il y a d’autres prêtres de Razorback en ville ?
Keira : Non, à ce que j’ai compris ils font partie des gangs nains. Ils veulent me faire payer pour des leaders à eux, que j’aurais tués en Russie.
Ariek : /Que nous AVONS tués, fillette. Boris l’avait mentionné, souviens-toi. Ah, belle explosion, de la VIK cramée à la pelle … Tu n’as pas le sentiment qu’on se laisse aller, depuis ?/
Keira : Mais comment peuvent-ils être certains que c’est moi ? Il s’en est passé des choses, en Russie ! Et question meurtre, il y a mieux comme suspect idéal, dans le groupe !
Ariek : /Quelqu’un a dû nous balancer. Il faut trouver qui c’est. Ca fait longtemps que tu ne m’as pas laissée rôtir de plantes de pied …/
Keira : Hors de question ! Tout ce que je demande c’est une minute de tranquillité, ça n’arrête pas depuis hier …
Fonkin : On dirait que pour vous aussi, la cérémonie a attiré l’attention sur vous au mauvais moment.
Alj : Mademoiselle Trent ? Nous sommes à la recherche d’individus polyvalents, entrepreneurs indépendants mais avec dans la mesure du possible de bonnes références, pour un contrat dont les termes sont définis avec, je le regrette, un certain flou, ce qui néanmoins paraît être la norme dans ce champ d’activité.
Keira : Hein ?
Ariek : /Hein ?/
Fonkin: Des aventuriers pour une quête. Aljashus, vous pensez que …
Alj : Si ma mémoire est bonne, mademoiselle Trent, vous avez déjà été convaincue d’effraction dans les collections de la Bibliothèque.
Ariek : Holà, minute, gratte-parchemin ! On a payé le prix fort pour ça !
Fonkin : « On ? »
Keira : /Fais un peu attention !/
Ariek : … Oui. Je parle parfois de moi au pluriel. A cause de mon ego. Je suis très sûre de moi, même si le plus souvent je me comporte comme une sainte-nitouche un peu nunuche.
Fonkin : D’accord …
Keira : /Ca suffit !/ Darkyl m’a fait aller en Russie, avec FarFade en remorque, pour expier cette broutille. On est plus que quittes.
Alj : Ne vous inquiétez pas, nous en sommes conscients. Malgré la dissipation prématurée de votre Marque de Quête (ce qu’on peut sans doute attribuer au destin de Darkyl, quel qu’il soit, en vérité il y a je trouve de graves lacunes dans l’étude du devenir de ce genre de sorts en cas de mort ou autre changement majeur de statut du lanceur), vous avez plus que rempli les termes de l’accord. La nouvelle administration en a pris note et vous tient quitte.
Keira : Alors pourquoi en parler ?
Fonkin : Si on devait lui demander ça à chaque fois …
Alj : Il est raisonnable de supposer que votre but lors de l’incursion susmentionnée était la recherche et éventuellement l’acquisition de connaissances occultes. En vérité, depuis que la Conservatrice Magrettite a rouvert la Bibliothèque de l’Université, les fiches de visite et d’emprunt concourent à indiquer ce genre de motivation de votre part. Le développement de la connaissance et de la culture générale est un but louable en soi, mais si vous recherchez un type particulier d’information, demander l’aide d’un universitaire de formation peut faire gagner un temps précieux …
Keira : Ce que je cherche est mon affaire. De toute façon, je n’ai rien trouvé de vraiment utile.
Alj : Rien d’excessivement surprenant. Etant donné votre manque d’accréditation universitaire et votre statut de visiteur, vous n’avez eu accès qu’aux ouvrages destinés aux étudiants. Il y a là des volumes entiers de connaissances magiques ou ordinaires, dans des domaines divers, classés par catégorie et référencés par ordre alphabétique  et niveaux de magie le cas échéant ; mais l’accès aux livres considérés comme précieux ou sensibles, de par notamment le haut niveau d’occultisme dont ils traitent, est restreint.
Fonkin : Du temps de Darkyl, ces ouvrages étaient dans la partie « Simili-Occulte » de la Bibliothèque, sous son contrôle direct. Nous les avons récupérés et mis en sûreté après l’Incident ; la plupart sont encore dans leurs caisses.
Alj : Et compte tenu de l’émergence récente d’indices tendant à souligner l’incomplétude de notre inspection de la Bibliothèque Simili-Occulte, nous ne pouvons écarter l’hypothèse que certains volumes y soient demeurés. En tout cas, que ce soit en marchandant la coopération de la Grande Thaumaturge pour l’exploration et l’interprétation des livres à accès réservé, ou en trouvant vous-mêmes d’éventuels écrits oubliés sur place, il est dans votre intérêt de prendre part à cette mission.
Keira : … Quelle mission ?
Ariek : /Ne le relance pas ! Je suis à l’intérieur, je sens nos neurones en surchauffe !/
Fonkin : Il part dans ses logorrhées, et il oublie le descriptif de la mission ... Classique de sa part. Vous feriez partie d’un groupe d’exploration de la partie abandonnée de la Bibliothèque, où se sont produits des phénomènes inexpliqués culminant par l’apparition d’un portail. Il est effectivement possible que vous trouviez sur place des livres de la collection personnelle de Darkyl, que nous aurions manqués quand nous l’avons déménagée. De plus, si vous acceptez, le personnel de l’Université vous laissera accéder aux grimoires réservés, et vous aidera à les interpréter.
Alj : Dans la limite de notre jugement ultérieur quant à notre estimation de la nature de votre recherche ; toute déviation vers les catégories « Rituel interdit » et « Connaissances interdites aux pauvres mortels », notamment, signifiera la fin de cette coopération.
Keira : /Hmm … Qu’est-ce que tu en dis ? C’est vrai qu’on n’avance à rien toutes seules … D’un autre côté, s’ils nous aident dans nos recherches ils finiront par comprendre notre problème, et il y a toujours le risque qu’ils décident de nous « étudier ». C’est déjà arrivé, rappelle-toi …/
Ariek : Ca marche, je suis partante ! /Y en a marre de végéter depuis deux mois, et ça sent l’action leur truc. Si en plus après ça ils nous laissent toucher à leurs précieux bouquins-vraiment-importants, tant mieux. Et s’ils se montrent trop curieux, on improvisera bien un truc pour les envoyer paître./
Keira : Superbe plan …
Fonkin : Parfait ! Rendez-vous demain midi dans le Hall abandonné, vous retrouverez le reste du groupe et commencerez la mission. Ca vous va ?

Keira sursauta, renversa son siège et retourna se blottir dans sa cachette.

Fonkin : Si ça ne vous va pas, vous pouvez le dire, hein …
Keira : CHUT !

Rena déboula devant la table, fournissant aux deux mages l’explication de la conduite de Keira.

Rena : Où est mademoiselle Keira ? Je suis sûr de l’avoir aperçue ! Par où est-elle partie ?
Alj : Travailleriez-vous de connivence avec des associations naines soumises à la vigilance des forces de l’ordre, mon jeune ami ?

Enfin, UNE explication de la conduite de Keira.

Fonkin : Mais non, Aljashus ! Rappelez-vous, c’est le jeune humain que Keira Trent a embrassé dans le feu de l’action alors qu’ils croyaient leur dernière heure venue, lors de l’épisode des Christmasbusters zombies ! Ce marchand elfe nous en a rebattu les oreilles pendant des heures. Toute la ville n’a parlé que de ça durant des jours ! Même des semaines après, les étudiants étaient à peine décongelés et dékoalifiés qu’ils formaient déjà des fanclubs Rena/Keira ou Keira/Matthias !
Alj : Ah oui … Il y avait aussi des Rena/Matthias chez les étudiantes, mais j’avoue ne pas avoir saisi le bien-fondé de leur argumentation.
Fonkin : Personne n’y a rien compris, rassurez-vous. Fhanne Geurl toute-puissante, j’ai dû coller des amphis entiers à cause de bagarres entre les « Team Rena » et les « Team Matthias », les « Keina » et les « Katt » …

Au fil de ce récit, le gnome sentait la température monter dans son dos, comme si quelqu’un doté de pouvoirs sur le feu ressentait une exaspération grandissante. Il jugea bon de s’interrompre avant que sa cape s’enflamme.

Rena : Beaucoup de choses ont été dites sur les moments que Keira et moi avons partagé ; beaucoup, il faut le dire, n’était que pure invention. Honte à ces gens qui choisissent de déformer la vérité ! En réalité, Keira m’évite depuis la défaite des Christmasbusters zombies. Je dois lui parler, pour dissiper cette gêne ! Où est-elle allée ?
Fonkin : Je n’ai pas fait attention … Ceci dit, je crois qu’elle a mis un mot sur le tableau des MAPs avant de partir, peut-être qu’y jeter un œil vous donnerait un indice … :whistle:
Rena : Vous ne comprenez pas l’urgence de la situation. Keira est en danger de mort ! J’ai de redoutables ennemis, et je crains que ces rumeurs de love stories leur soient parvenues. Ils risquent de tenter de s’en prendre à elle pour m’atteindre, je dois la prévenir !
Alj : En ce cas, vous pouvez procéder, puisque la personne dont il est question se trouve à six heures de ma position, et donc largement à portée de voix, si je préjuge correctement de ses facultés auditives.
Fonkin : Aljashus !!!
Alj : Oui ?
Fonkin : Pourquoi vous lui avez dit ?
Alj : Vous l’avez entendu, c’était un cas de force majeure ! En mon âme et conscience, il aurait été irresponsable de ne pas-
Keira (se redressant brusquement en renversant les sièges des deux mages) : IL VOUS A MENTI, ABRUTI ! Il ment ! Il ne fait que ça !!!

Toute la discrétion garantie par une table « Donneur de Quête » ne suffit pas à faire passer inaperçu cet éclat. Elvis, les serveuses, tous les clients, même la tête de Greta la Brune dépassant par la porte des cuisines, se tournèrent vers le groupe avec une curiosité avide. Un tonneau pivota sur lui-même pour se pointer dans le bon sens. Les conversations s’étaient tues, et le silence était total …

Spade : Mes rêveries furent soudain interrompues par un fracas qui ne pouvait qu’annoncer de l’animation. Si ç’avait été une bagarre, les clients auraient hurlé leurs encouragements ; mais là, rien de la sorte. Curieux de voir ce qui pouvait imposer le silence à une telle bande de durs à cuire, je levai un œil de mon whisky, et je ne regrettai pas l’effort. Rena Darklight et Keira Trent ! Pour quelqu’un comme moi qui se retrouvais périodiquement à écouter les conversations de mes voisins, impossible d’ignorer le roman-photo de ces deux-là. Ou je me trompais fort, ou l’épisode suivant était sur le point d’être diffu-

*KLONK*

Ellana (soupesant un gros pichet d’étain un peu cabossé) : La ferme !

Et dans le silence cette fois total ...

Tebbeth (jaillissant de sous une table où il avait roulé) : HOROSC-HIPS ! Horoscope ! Pour celles nées sous le signe du feu, *burp* L’AMOUR !!!! L’aaaamoooûûûûûr vous attend au tour-

*KLA-KA-KA-KLONK*

Shiva soupesa ses quatre plateaux avec un clin d’œil à sa collègue, et dans un silence enfin vraiment total et dramatique, merci, tous sauf Spade et Tebbeth purent suivre, sans être déconcentrés, la confrontation qui s’annonçait passionnante.

Keira : Fichez-moi le camp, on n’a rien à se dire.
Ariek : /On a peut-être des choses à se faire ?/
Keira : LA FERME !
Rena : Je n’ai encore rien dit ! Ecoutez, Keira, vous devez cesser de m’éviter comme vous l’avez fait ces deux derniers mois. Si vous voulez faire comme si rien ne s’était passé, soit ! Je ne peux pas l’oublier, mais je peux faire semblant. Prétendre que la réalité est différente, c’est une seconde nature chez moi. Je ferai ce sacrifice si c’est ce que vous désirez, jusqu’à ce que vous soyiez prête à accepter vos sentiments.
Partie féminine de l’assistance : Aaaaaaw … :love:
Rena : Tout ce que je demande c’est que nous puissions à nouveau parler, être amis. Je ne veux que votre bien, je ne demande qu’à vous aider ! Je connais vos démêlés avec les nains, et je sais tout de comment vous avez vécu depuis deux mois (et pas seulement parce que je vous suivais en essayant de vous parler) ! Permettez-moi de dire qu’une femme de votre qualité ne devrait pas avoir à gagner sa subsistance en se vendant ainsi au tout-venant !
LRDG : :dimoiksepavrai:
Keira : IL VEUT DIRE EN VENDANT MES TALENTS PYROKINETIQUES !!! Evil or Very Mad
LRDG : Aaaaah …
Ellana : J’ai eu peur ! J’ai failli passer dans le camp Rena/Matthias, tiens.
Greta la Brune : Fausse alerte, les filles.
Voix de Greta la Blonde : Mouais. N’empêche, je maintiens que c’est une allumeuse.
Fonkin : La manipulation du feu ? Il y a un marché pour ça ?
Alj : Dans les secteurs de la métallurgie, de l’alchimie, et même de la cuisine hobbite, certaines tâches demandent l’application d’un gradient de température contrôlé avec précision. J’imagine que certains artisans sont prêts à rémunérer généreusement la collaboration de quelqu’un ayant une maîtrise instinctive de la pyromancie.
Ariek : Exact. Quoique personnellement, ces histoires de contrôle précis, je trouve que c’est de la blague. Ce qui est fun, c’est d’y aller à fond.
Keira : C’est pas le sujet !
Rena : Une personne comme vous ne peut avoir qu’une destinée fulgurante, éblouissante ! Accompagnez-moi autour du monde, nous pourrions faire tant de choses ensemble !
Keira : Pas envie. D’abord, tu as fait quoi, toi, pendant deux mois, monsieur le méprisant ?
LRDG : Oh un tutoiement !
Rena : J’ai entrepris une réflexion sur ma place dans l’existence, réévalué mes objectifs de vie …
VdT : Il a passé des soirées entières sur le canapé dans le coin à t’écrire de la mauvaise poésie, et il a gagné sa vie en plumant les clients au poker menteur.
Partie féminine de l’assistance : Booouh ! Tais-toi, tu ne le comprends pas comme nous on le comprend !
VdT : L’avait qu’à pas me dépouiller aux cartes !
Elvis : Te dépouiller de quoi ? Tu es vêtu d’un tonneau, c’est avec ça que les joueurs de cartes malchanceux finissent, pas avec ça qu’ils commencent.
VdT : Silence ! Il l’a cherché ! C’est la vengeance de l’Oracle du Tonneau !

Dans une manifestation d’irrespect très inhabituelle envers la révérée Voix du Tonneau, des éléments de vaisselle lancés avec rage vinrent ricocher sur la structure renforcée du baril de BAN, sans arracher autre chose qu’un ricanement à son occupant.

Keira : Ah ouais je vois le genre. Assez de baratin, je savais que ce serait une erreur de te parler. Salut, Rena. Messieurs les mages, à demain.

Se drapant dans sa cape, Keira passa devant Rena sans tourner la tête et marcha vers la porte dans le silence.

FF : Keira ! Je t’aime aussi ! Accepte ce bouquet de varech !

*KLONK*

Elvis (soupesant une grosse louche à punch) : Et sur ce, tu viens d’épuiser ton crédit. Laisse-moi te raccompagner jusqu’à la porte.

Il saisit le décapodnain et prit la direction des latrines.

Fonkin : Bon, qu’en dites-vous, Aljashus ? On s’en tient là ?
Alj : Avec deux participants recrutés, plus le candidat mentionné par madame la Directrice, nous demeurons hélas en deçà des effectifs minimum recommandés pour un parti d’exploration. Cependant en l’absence de tout autre candidat probable …
Rena (sortant de sa pose « Adieu, ô cruelle ») : Un parti d’exploration ? Keira a dit « à demain » …  What a Face Vous recrutez ? Vous l’avez recrutée ?
Fonkin : Oui, mais pas la peine d’y penser. On a déjà eu du mal à trouver qui que ce soit, et si on vous ajoute au groupe, on peut être sûrs qu’elle ne voudra plus en être.
Rena : Ne vous inquiétez pas pour cela. Les paroles de Keira m’ont ouvert les yeux. Je compte partir quelque temps en voyage hors de la ville, accomplir quelques exploits pour me prouver digne de son affection. Par contre, je pense à un cousin éloigné, aventurier expérimenté, actuellement entre deux missions. Il serait certainement intéressé. De quoi s’agit-il ?
Fonkin : Explorer des sous-sols troublés, et peut-être un portail.
Rena : C’est justement sa spécialité ! Et puisque vous manquez de candidats, je dirais que la fortune fait bien les choses. Où peut-il vous retrouver ?
Fonkin : Euh … Qu’il vienne demain, midi, dans le Hall abandonné de la Bibliothèque. On verra si on l’engage. C’est quel genre, votre cousin ?
Rena : Il me ressemble un peu, mais avec une épaisse moustache et de longs cheveux noirs d’apparence un peu artificielle. Et une cicatrice qui lui donne l’air sexy et dangereux ! Il portera sans doute des lunettes noires si on peut s’en procurer rapidement dans cette ville, et je crois qu’il n’aime pas beaucoup qu’on lui pose des questions d’ordre personnel. Mais c’est un professionnel hors pair. Je file, je dois me préparer ! … Pour mon voyage, n’est-ce pas !
Alj : Eh bien voilà qui est inespéré. Nous atteignons tout juste les quotas !
Fonkin : Moui … Rentrons. J’espère que la Directrice sera satisfaite …
Alj : Nous devons encore régler la note. :affraid:Et nous n’avons toujours pas tranché dans quelle colonne-
Fonkin : Je m’en occupe ! Je m’en charge, je vous dis ! Attendez-moi dehors !

Une fois les deux universitaires partis …

Shiva : Finalement ça n’a pas beaucoup progressé. Et si Rena quitte la ville, il va falloir encore patienter avant que les choses bougent …
VdT : Au contraire, mon enfant. Par ma moustache, je vous le dis : ça va secouer plus qu’un lait-fraise avec pulpe ! Ecoutez la Voix du Tonneau !
Tebbeth : Gné … Migraine … :affraid:Signe de l’Apocalypse ! L’Exterminatrice est sur nous !
VdT : Non, sans doute pas à ce point-là … Pas vrai ?
Tebbeth : :pale:Les yeux de l’oracle n’ont plus rien à dire … Les yeux de l’oracle cachent son sourire … No


Dernière édition par nécroX le Mer 6 Nov - 12:49, édité 2 fois

_________________
Join the dark side, we have cookies.
avatar
nécroX
La Mort en Marche

Masculin Nombre de messages : 1096
Age : 29
Localisation : Si tu poses la question, la réponse n'a déjà plus d'importance.
Archétype : nécromancien en quête du pouvoir absolu
Job/Hobbies : complots arcaniques (pour les deux)
Date d'inscription : 25/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Taverne Chez Elvis

Message par Galdwyn Darkyl le Ven 7 Juin - 0:27

Fait peu connu de la plupart des clients de la Taverne : celle-ci dispose d’une acoustique unique en son genre : même quand la totalité de la population naine entame le 5ème couplet de leur chanson favorite (à savoir « or, or, or, or, or, or MITHRIIIIIIIIIIL ! or, or, or… » cestaboireaboireaboi ), on peut chuchoter quelque chose du bout des lèvres et être entendu sans problème par son voisin de table ; la phrase « c’est ma tournée » est systématiquement audible dans tout le bâtiment quel que soit le volume et même le plus éthylique des comateux peut entendre la porte grincer en s’ouvrant. Cela dit ce qui se passe dans les multiples recoins et autres alcôves est inaccessible au reste du monde… Ce qui explique l’indifférence générale des consommateurs au récital de saxophone qu’un demi-orque arborant une cravate au motif d’as de pique s’entête à jouer depuis plusieurs heures. Ça, ou bien c’est juste qu’il joue mal.

Spade : Même selon mes critères plutôt exigeants, je sortais d’une soûlerie épique. Une véritable œuvre d’art. Le genre qui mériterait une plaque commémorative, quelque part derrière le bar d’Elvis entre l’une ou l’autre tête empaillée de mauvais payeurs. Mais de nos jours, les artistes dans mon style n’ont droit à aucune reconnaissance… Non pas que je me sois posé sur ce tabouret avec mon saxo dans l’attente de l’adoration du public. Jouer est une sorte de rituel, qui me permet de retoucher terre après une énième plongée dans un mauvais JackDarkham. Et quoi qu’en dise les voix-offs, je me débrouillais assez bien pour éponger un petit peu du mur porteur qu’Elvis utilisait pour inscrire mon ardoise. Mon set terminé, je me sentais un peu requinqué et la douleur causée par ma gueule de bois et les bons soins d’Ellana commençait à s’estomper. Qui sait, pensais-je en retrouvant ma table alors que Johnny Rougeâtre prenait ma place sur scène, peut-être qu’était venu pour moi le temps de tourner la page, me sortir de ce bouge et me trouver une petite affaire bien peinarde histoire de se remettre en selle…

???: Dun dun dunnnnn …

Spade : mais quelque chose de viscéral me disait que je n’étais pas encore sorti de l’auberge. Que ce n’était que le calme avant la tempête. L’inspiration avant le souffle draconique. Le petit silence avant qu’Elvis n’annonce l’addition. Très bientôt, quelque chose, quelqu’un allait venir me trouver, me secouer dans tous les sens et me recracher meurtri dans les caniveaux de Darkham.

A ce moment, le demi-orque crut discerner quelque chose du coin de son œil injecté et presque englouti par des cernes cramoisies. Comme une silhouette féminine, aux courbes élégantes et aux mécanismes raffinés.

Spade : … Ainsi donc mon instinct ne m’avait pas trompé. Mes problèmes étaient loin d’en avoir fini avec moi, tels des corbeaux autour d’un agonisant s’amusant à lui crever les yeux avant son trépas. J’avais tous les signes devant moi, entre autres le fait qu’une voix-off semblait s’être repris d’intérêt pour ma personne.

La silhouette marqua un temps de pause, totalement ignorée du reste de la population de la Taverne, se tourna vers Spade et sembla lui faire un signe de tête.

Spade : J’eus comme une envie de me précipiter vers le bar et arracher à Elvis son tonneau de Black-out dans l’espoir que l’un des deux me mette hors service pour de bon. Mais s’il y a bien une chose que j’avais retenu de toutes ces années à errer dans les méandres des boyaux sordides de la société, c’était que certaines choses étaient comme un verre de mauvais alcool offert par Elvis: on avait beau le regarder tiédir sur la table en espérant de toutes ses forces avoir commandé autre chose, le seul moyen de s’en débarrasser sans provoquer la furie des instances supérieures était de faire cul-sec. Aussi récupérais-je mon galurin de sous la guenaude marine qui l’avait utilisé comme coussin, essayais de lui redonner forme humaine avant de prendre la direction de la porte de derrière, me sentant tel Elvis le jour de ses fiançailles. Chienne de vie… marche triste

_________________
Looking for something I've never seen...
avatar
Galdwyn Darkyl
Intelligence Pénétrante

Masculin Nombre de messages : 669
Age : 29
Localisation : si tu as de la chance, entre tes mains
Archétype : Artefact Intelligent
Job/Hobbies : la Connaissance, la Magie, les pierres à aiguiser de qualité
Date d'inscription : 16/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Taverne Chez Elvis

Message par FarFade le Dim 9 Juin - 13:01

Plus tôt dans la nuit ...

FF : Allons ! Allons Elvis ! Un peu de respect pour ton meilleur client !

Le cyclope trainait le poulpe vers les toilettes, FF tentait de s'agripper à tous les objets passant sous sa main.

Evlis : Meilleur client d'aujourd'hui mais toujours est-il que si t'as pas d'argent, tu payes pas.
FF : Laisse moi le temps de trouver une solution... Tu veux pas un crâne d'un animal quelconque ? Des potions aux couleurs étranges ? Ou des bouts de cadavres en décomposition ? J'ai tout ça chez moi et personne n'en veut.
Elvis : Tu connais la règle, argent clinquant ou claque flagrante.

Le barman tirait maintenant le bras de FF qui l'aspergeait d'encre tout en tenant fermement la porte d'entrée des toilettes de son autre bras. D'un coup d'un seul, un bruit de succion se fit entendre et Elvis vit l'épaule de FarFade se détacher et il fut projeté en arrière, perdant l'équilibre, il tomba et écrasa la porte d'un toilette ainsi que le toilette lui même, et éventuellement le vieillard qui lisait son New Dark Times.
FarFade récupéra rapidement son bras et couru vers le bar alors que Elvis criait.


Gretas : ELVIS ! C'est quoi ce boucan !!

Gretas, passant ses trois têtes par une porte pour regarder dans la salle principale, repéra rapidement le décopdnain qui brandissait son bras en l'air. Prenant son balais comme javelot et à une vitesse supernaine, elle le lança, ce dernier vola à travers la salle pour percuter FarFade en pleine tête.
Elvis qui poursuivait FF le pris par le col (ou plutôt par la chair du cou) et commença à énumérer les frais de cette évasion ratée, malheureusement pour FarFade les Gretas avaient déjà pris la direction des toilettes pour voir de leurs propres 6 yeux les dégâts.


FF, yeux dans l'oeil avec Evlis : Écoute Elvis, j'ai quelqu'un qui va payer pour tout ça. Tout de suite même.
Elvis : J'aimerais bien y croire mais c'est impossible.
FF : Fonkin !

Fonkin Perlenpoudre qui attendait patiemment pour payer la note fût surpris de voir un poulpe manchot lui parler, et s'apercevant de la présence du barman s'approcha.

Fonkin : On se connait ?
Elvis : C'est bien ce que je me disais
FF, se débattant : Mais enfin Fonkin ! Tu ne me reconnais pas ?
Fonkin : Pas le moins du monde, j'ai peut être mangé un de vos confrères il y a peu ?
FF : Rapproche toi, regarde bien !

Fonkin Perlenpoudre, légèrement confus s'approcha de FarFade en fronçant les sourcils, FF le regarda dans les yeux puis chopa son crâne avec ses tentacules et ouvrit grand les yeux.


Fonkin, se débattant puis restant calme : Qu'est ce que... Je paie Elvis... Non non non... Gnnnnn.... Je paie. AAAaaah. Mais alors FarFade me devra un service. Non aucun service je m'égare. Regardez je sors les sous de ma poche. Contre service rendu ! Gnnnn. Oui service rendu...

Elvis s'empara de la somme tout en lâchant FF qui lâcha lui même Fonkin.

FF, remettant son bras en place : Excellent choix mon cher. Sur ce à la prochaine marée.
Fonkin, massant son crâne gluant : Qu'est ce que...

Il regarda l'argent qui lui restait dans sa main et vit Elvis partir au loin.

Fonkin : Je... Vous me devez un service.
FF, clignant des yeux : Vous êtes sûr ? Bien sûr que non, nous somme quitte.
Fonkin : Ecoutez mon petit, je ne sais pas exactement ce qu'il s'est passé mais vous me devez un service, je vois que vous avez quelques pouvoirs de régénération ou autres et je pense qu'une personne de plus pour la mission ne fera pas de mal. Surtout que vous ne serez pas payé étant donné le service que vous me devez, même si je ne sais plus pourquoi...
FF : Oui bon ça va y'en à marin la fin ! Je voulais justement trouvé une occupation pour résoudre un peu ces problèmes de boisson.

Toujours un peu étourdi et ne comprenant pas pourquoi une sorte de salive lui lustrait le crâne, Fonkin Perlenpoudre sortit de la Taverne accompagné d'un FarFade qui soulevait quelques haltères rouillées.

Alj : Enfin Fonkin je ne pense pas que du poulpe plaira à la Directrice, après son problème de santé je pense qu'il vaudrait mieux une alimentation plus saine. Par ailleurs je ne me rappelle pas qu'elle ait demandé de faire les courses pour elle car_
Fonkin : Rassurez vous, j'ai trouvé un nouveau candidat et il nous rendra service gratuitement.
FF : Ne me parlez pas je m'entraine.
Alj : Gratuitement ? Mais attendez je n'ai aucun document prévu pour cela ! Je peux en faire un très rapidement pour pouvoir régler cette histoire, laissé moi sortir un papier et...

Aljashus sortit un parchemin et, tout en s'éloignant de la Taverne avec FF et Perlenpoudre, écrivait frénétiquement en commentant à haute voix. Soupirant un grand coup, FarFade cracha de l'encre sur son index, signa le parchemin avant même qu'il ne soit terminé et demanda à ce qu'on lui explique en quoi consistait la mission.

Alj : Que.. Vous avez signé mais... Je n'avais pas fini... Et vous ne savez pas le but de la mission ? Que c'est-il passé Perlenpoudre ?
Fonkin : Je ne sais pas trop mais il a signé, finissez de compléter le document et je m'occupe d'expliquer à cet animal le but de la mission pendant que nous rentrons à l'université.

_________________
... quand les poulpes auront des dents.
avatar
FarFade
Asylum Imperator

Masculin Nombre de messages : 881
Age : 26
Localisation : Dans les méandres d'un cerveau torturé, et poulpeux.
Archétype : Poulpe.
Job/Hobbies : Tenter de conquérir le monde. Et manger des sardines.
Date d'inscription : 04/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Taverne Chez Elvis

Message par L'Archange Nain le Dim 9 Juin - 21:34

Spade : J'avais la main sur la poignée lorsque la Fatalité frappa...

??? : Psssst ! Est-ce que je peux vous parler ?

Spade : Je me concentrai pour faire la netteté sur son visage, puis je dégainai mon pétard avec toute la rapidité dont j'étais encore capable... autant dire qu'il aurait eu largement le temps de me truffer de plomb s'il avait été là pour ça. En tenant en joue du mieux que je pouvais sa sale bobine de terroriste, je lui demandai ce qu'il me voulait. Évidemment ma main tremblait et, dans le doute, je visais l'emplumé de gauche en espérant que c'était celui-là le vrai.

Raté, c'était celui de droite.

Spade : Et voilà, comme d'habitude, aucune crédibilité. Monde de tulipe.

ArchN : Écoutez, ne nous énervons pas, je vous présente mes excuses pour l'évènement sportif de l'autre jour, nos gestes ont dépassé notre pensée. Sans rancune, n'est-ce pas ? Je me suis permis de vous aborder parce que j'ai cru comprendre que vous étiez expert en recherche de personnes disparues, contre rémunération.

Spade : Je ne voyais pas encore où il voulait en venir, j'attendis qu'il finisse de vider son sac, tout en essayant d'avoir l'air menaçant.

ArchN : Je me suis échappé de l'établissement de monsieur Jawbreaker pour chercher de l'aide. J'ai besoin de quelqu'un qui puisse faire sortir mes amis de là-bas, Rdo ne supporte pas l'atmosphère des lieux et le directeur n'a pas l'air d'aimer les fleurs. Il me faudrait quelqu'un qui aurait déjà réussi à s'évader de la tour. La rumeur parle de mademoiselle L9 notamment. Si vous m'aidez à la contacter je vous propose de régler entièrement votre dette auprès de monsieur Elvis. La moitié d'avance.

Spade : Le subterfuge était vraiment énorme. Évidemment qu'il la recherchait, mais son excuse était aussi bidon que celle que j'avais servie à Shiva pour éviter de régler ma note la veille. J'étais rond comme une bille mais il aurait fallu encore bien des bouteilles de JackDarkam avant que je me laisse prendre à un bobard de ce calibre. J'aurais encore mieux aimé avouer à Elvis la combine de mon vieux palantir enregistreur planqué sous la table Donneur de quête, plutôt que de révéler à cette crapule que la cliente était portée disparue à l'intérieur de la bibliothèque simili-occulte et qu'une expédition de secours était prévue pour le lendemain, rendez-vous à midi à l'ancien guichet. à quoi bon l'avoir tirée de justesse des griffes des truands, sinon ?

...dans tes rêves.

ArchN : Heu... merci, dans ce cas je vais me joindre au groupe de secours. Tenez, voici 500 PO. Et une bouteille d'élixir carotte-navet. ça peut vous servir si vous comptez participer aux recherches.

Spade : Pendant qu'il s'éclipsait vers la rue je me demandais comment il s'y était pris pour tout deviner. Il avait bien caché son jeu, en réalité je n'avais pas du tout affaire à un amateur. Il était même très fort. Mais maintenant que j'étais prévenu je serais davantage sur mes gardes. Ce n'est pas au vieil Art qu'on apprend à raconter des craques. Je titubai à sa suite, bien décidé à le retrouver pour lui faire rater son coup.

_________________
.
Où on va ? Il sera toujours temps de s'en soucier quand on y sera !
avatar
L'Archange Nain
Gourou des Tire-binette
Gourou des Tire-binette

Masculin Nombre de messages : 3834
Age : 36
Localisation : Quelque part entre Bretagne et Vendée
Archétype : Jardinier niveau épique
Job/Hobbies : Faire de Darkam City un temple du développement durable
Date d'inscription : 19/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.openesub.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Taverne Chez Elvis

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 8 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum