[Cuisine] Pudding nain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Cuisine] Pudding nain

Message par nécroX le Mer 14 Jan - 22:25

Le pudding nain, une recette de Nowell


Extrait de Culture et traditions naines : s'il y en a que ça intéresse ...



Tout le monde connaît le pain de nain, ce mets traditionnel du peuple des mineurs, célèbre pour être aussi roboratif que coriace. Mais le pain de nain est une nourriture de voyage, peu digne des grandes occasions : aussi les cuisiniers nains détiennent-ils également le secret de son festif cousin, le pudding nain. Si l'on dit du pain de nain qu'il fait d'excellents projectiles de catapulte, alors le pudding nain fait de très acceptables boulets incendiaires.

Le pudding nain est typiquement préparé pour Nowell, lorsque membres et alliés des clans se réunissent dans les grands halls pour célébrer bruyamment et alcooliquement l'occasion. La tradition veut qu'une babiole de valeur soit dissimulée dans le gâteau, pour motiver tous les nains à venir à la réunion de famille, en dépit des vieilles rancunes ou de la présence de leur belle-mère. Celui qui a la chance de tomber sur la fève est censé être favorisé par le destin jusqu'au Nowell suivant, à condition qu'il paie sa tournée générale (pour apaiser les autres convives moins chanceux). Vu le défi qu'un vrai pudding nain présente pour les mâchoires, il n'est pas rare que la breloque prenne la forme d'une dent de rechange en diamant ou en adamantium.

Tout comme pour le pain de nain, la recette du pudding est complexe et jalousement tenue secrète par ses détenteurs (non qu'elle soit très convoitée) : de plus, chaque clan a ses ingrédients secrets pour préparer son propre pudding. Néanmoins, au fil des siècles, les bases de la préparation ont fini par être connues du grand public, et c'est pourquoi je peux vous livrer ici la recette pour confectionner, sinon un authentique pudding nain, du moins un ersatz à même de vous faire découvrir ce champ peu exploré de la gastronomie (1).



Ingrédients pour six personnes (2) :

- 1 fût de BAN
- 3 bouteilles de vieux brandy
- 3 pintes de lait de mammouth
- 1 tonneau de lait de chèvre
- 8 livres de farine (3)
- 1 seau de poudre de granite rose
- 4 chopes de beurre de yak
- 10 onces de graisse de marmotte du Chaos
- 4 livres de sucre (4)
- 2 ou 3 truelles d'argile bien siliceuse
- 4 oeufs de Roc (ou d'aigle des montagnes si t'es qu'une barbe-tendre)
- 1 panier de baies des montagnes
- 1 livre de pignons de pin
- 2 louches de sang d'ours noir
- 3 jarres de miel de chardon
- 5 cuillères à soupe de levure de bière
- 1 brassée de champignons fluorescents
- 2 kilos de pommes (plantées sur des objets pointus, hin hin hin)
- 1 bocal de rognons de mouflon marinés dans de l'eau-de-vie de gentiane
- 1 livre de fruits (raisins, prunes, ...) macérés six semaines dans de la BAN
- 1 livre de poudre noire
- 2 ou 3 paquets de Chiantos
- 1 breloque de valeur (5)



- Videz une demi-bouteille de brandy pour vous empêcher de boire la BAN, vous en aurez besoin.
- Coupez la farine avec la poudre de granite (une mesure de granite pour dix mesures de farine).
- Dans un creuset en granite taille G (6), mélanger le lait, la farine, le sucre, le beurre et les oeufs (laissez les coquilles, elles sont pleines de bons minéraux).
- Pétrir avec un bon vieux marteau-piolet. Incorporer le miel et l'argile.
- Faites tremper la pâte dans le fût de BAN. Non, vous ne pouvez toujours pas la boire ; finissez donc la bouteille de brandy entamée.
- Laissez mariner six heures; vous avez bien un filon à explorer ou une galerie à étayer.
- Retirez la pâte du fût ; placez-la dans un four en terre réfractaire. Faites cuire 45 min à feu de forge, sous vide (pour éviter la combustion).
- Sortez la pâte du four. Faites une trempe dans un baril d'eau ferrugineuse. Brisez la croûte extérieure à la hache.
- Broyez ensemble les rognons et les pommes (pensez à retirer les objets pointus, c'était juste pour la blague).
- Pulvérisez les pignons, ajoutez les baies écrasées, et délayez avec le sang d'ours. Rajoutez la levure.
- Retravaillez la pâte sur une enclume, en incorporant le mélange.
- N'oubliez pas de glisser la breloque (7) dans la pâte.
- Faites une boule de la pâte, enduisez l'extérieur de graisse de marmotte.
- Faites à nouveau mariner la pâte dans le fût de BAN, cette fois pendant dix heures (elle a été en contact avec de l'eau, il faut la décontaminer).
- Si vous vous ennuyez, allez exterminer les gobelins qui ont envahi votre filon ou votre galerie. Prenez donc la deuxième bouteille de brandy avec vous pour vous tenir compagnie.
- Retirez la pâte du fût et replacez-la dans le four pendant quatre heures, à feu vif.
- Faites une deuxième trempe, dans le tonneau de lait de chèvre.
- Sculptez le bloc obtenu en forme de gâteau; conservez les copeaux et chutes.
- Chargez les fruits confits et la poudre noire dans votre plus grand tromblon; tirez en mode mitraille sur le gâteau. (Soyez généreux sur la poudre, les fruits doivent rentrer dans la masse.)
- Vous venez de mettre le feu à votre gâteau; éteignez-le en renversant le lait de chèvre dessus (surtout pas d'eau à ce stade).
- S'il vous reste de la poudre noire et du brandy (8), mélangez-les aux copeaux réduits en poudre pour faire un glaçage. Incorporez les champignons coupés en petits morceaux : leur fluorescence sera du plus bel effet à la surface du gâteau.
- Décorez libéralement de Chiantos, pour l'ambiance.

Servez encore tiède. Utilisez un burin à pointe d'adamantium pour extraire des parts à peu près régulières. Dégustez, selon la tradition, sans couverts, pour illustrer la vaillance des consommateurs (et minimiser les rixes). Bon appétit, et n'oubliez pas l'accompagnement liquide !


(1) Au sens large.

(2) "En fait il y en a juste assez pour quatre, mais faut pas exagérer quand même, déjà que j'invite des gens à dîner, je vais pas me ruiner non plus" dixit tout vrai cuisinier nain.

(3) Achetée à des marchands humains : les nains ne cultivent pas le blé vu qu'on ne peut pas en faire de la bière, et l'orge n'est pas réduite en farine puisqu'on peut en faire de la bière.

(4) Obtenu en distillant le foie de la marmotte que vous aurez de toute façon dû tuer.

(5) Mais pas trop non plus, soyons raisonnables. Et puis on ne veut pas que les convives s'entretuent pour la fève.

(6) De préférence un ayant servi à la fonte de l'or; ça relève incomparablement le goût pour les papilles naines.

(7) Il est si facile de se laisser tenter par le classique "ah bah j'ai oublié de mettre la fève oups bon je la garde alors". Mais liens du sang ou pas, vos convives vous lapideront avec votre propre gâteau.

(8) Allez quoi ... Vous deviez garder une bouteille de côté !

_________________
Join the dark side, we have cookies.
avatar
nécroX
La Mort en Marche

Masculin Nombre de messages : 1096
Age : 28
Localisation : Si tu poses la question, la réponse n'a déjà plus d'importance.
Archétype : nécromancien en quête du pouvoir absolu
Job/Hobbies : complots arcaniques (pour les deux)
Date d'inscription : 25/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum