Les alentours plus ou moins proches de la ville

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les alentours plus ou moins proches de la ville

Message par Eldir le Dim 28 Mar - 12:36

Quelque part au fond des plaines inhospitalières qui entourent la Nouvelle Darkam City, retentissaient de puissants tambours de guerre. Les barbares des plaines, comme le veulent leurs coutumes ancestrales, sont toujours en guerre contre quelque chose peu importe ce que c'est.

La sanglante guerre du buisson épineux à fleur jaune en haut de la colline après l'arbre à saucisse qui avait commencé ce matin après la grillade de bison, c'était achevé précocement quelques rots plus tard quand Grandcor le malhabile eut accidentellement lancé son morceau de bois enflammé sur l'ennemie.

A présent, Turgal le puissant, chef des barbares des plaines, enfin des plaines qui vont du rocher à tête de tulipes jusqu'au marais de la puanteur des pieds, s'ennuyait. Il ne savait plus sur qui lâcher sa sauvagerie et cela le contrariait profondément : il avait envie de briser des têtes.


Sous-fifre : Chef chef ! L'éclaireur Pulvésirix est revenu !

Turgal :
Eh bien qu'attends-tu pour le faire entrer sale raclure d'elfe décrépie ?!

Sous-fifre : oui chef...

Pulvésirix : Sang et carnage chef !

Turgal : Sang et carnage guerrier. J'espère que tu as de bonnes nouvelles.

Pulvésirix : Oui chef ! Je reviens de Darkam City. Non seulement il n'y a personne sur les remparts, mais en plus la ville empeste la propreté à des kilomètres à la ronde !

Turgal : C'est une insulte aux bonnes mœurs barbares ! Je vais devoir m'occuper de ce cloaque grouillant d'elfe d'ici demain midi !

_________________
For pony!
avatar
Eldir
Force Blanche

Masculin Nombre de messages : 126
Age : 28
Localisation : A Darkam, si-si je vous jure...
Archétype : mage blanc
Job/Hobbies : Ca dépend du moment...
Date d'inscription : 06/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les alentours plus ou moins proches de la ville

Message par Eldir le Mer 31 Mar - 15:24

Quelques coups de massue plus tard, le chef Turgal et ses généraux étaient réunis sous la yourte (et pas yaourt héhé ) de commandement autour d'une carte grossière de la région. Sur la carte était placée une grosse croix rouge avec écrit en dessous de façon hésitante : "Darcam siti".

Turgal : Bon alors, toi tu prends la moitié de l'infanterie qui est stationnée à droite du camp, tu vas tout droit sur la ville et tu les défonces.

Général 1 : Oui chef !

Turgal : Toi tu prends les archers, tu vas tout droit sur la ville derrière l'infanterie et tu les défonces.

Général 2 : oh non pas les archers c'est des tarlouses. *blam* Oui chef :kaput: .

Turgal : Toi tu prends l'autre moitié de l'infanterie avec le stock de bombes de bouse de bison. Tu vas sur la ville par la droite, parce que la droite c'est plus court que la gauche, et tu les défonces.

Général 3 : Euh... ok chef. *mouvement hésitant pour savoir quel est sa droite et sa gauche*

Turgal : Et enfin toi tu prends les chevaucheurs de bison, tu vas sur la ville par la gauche et tu les défonces aussi.

Général 4 :
Oui chef !

Général 5 : Et moi chef ?

Turgal : Toi? Ah Tulipe! euh ben tu prends les pétunias qui portent les béliers, tu fonces sur la ville vers la première porte que tu vois et tu la défonces. Et si tu y arrives tu te débrouilles pour nous prévenir.

Général 5 : Bien chef !

Général 1 : Et toi chef tu fais quoi ?

Turgal : Moi je commande les bersekers d'élite, je fonce tout droit et je les défonce espèce de déjection elfique !

Général 1 : Ah ouais...

Turgal : Bon c'est clair pour les pois-ci...chiss... chiches qui vous servent de cerveau?!

Les Généraux : Oui chef !

Turgal : Très bien alors préparez-vous ! Sang et carn...

Sous-fifre : Chef chef ! Y a un mec qui veut absolument vous voir ! Il dit que si on refuse ça veut dire qu'on est des ennemies de Drak ou un truc comme ça.

Turgal : On n'interrompt jamais une réunion militaire sombre et funeste entulipeur ! Fais-moi décapiter ce mec ou c'est toi que je décapite !

Sous-fifre : pale C'est que il a déjà pulvérisé trois gardes parce qu'ils étaient pas les amis de darkmachinchose....

Turgal : Il a pulvérisé MES gardes d'élites?

Sous-fifre : euh ben c'est à dire que en fait... oui pale

Turgal : Grmbl. Bon ok fais-le entrer.

Le sous-fifre sort prestement de la tente sans se le faire répéter. Quelques instant après c'est un véritable monstre qui entre sous la tente. Un espèce de croisement hybride entre Rocky, Rambo, Rahan et Chuck Norris, haut de 3 mètres de haut, mais qui n'est ni un troll ni un ogre ni un géant mais un humain. La... chose est presque aussi large que haute (enfin façon de parler), tout en muscle et en os, lourdement armé et protégé.


??? : Bonjour amis de Drehk !

Les généraux : Shocked Shocked Shocked

Turgal : T'es qui toi ?

??? : Je suis Gorack ! Et vous vous êtes des amis de Drehk ?

Turgal : C'est qui celui-là ?

Gorack : ROOOOOOOOOOOOAAAAAAAAAARRRRRRRR !!!!!! VOUS AMIS DE STRIKE ?!

Le reste des barbares : pale pale pale euh nononononon nous on l'aime pas strike, on l'aime pas du tout !

général 5 : C'est qui strike *blam* ah ok :kaput: .

Gorack : Ah c'est bien ! Vous amis de Drehk alors !

Turgal : Je crois qu'on a pas trop le choix...

Général 1 : On est mal barré...


Dernière édition par Eldir le Ven 3 Sep - 11:25, édité 1 fois

_________________
For pony!
avatar
Eldir
Force Blanche

Masculin Nombre de messages : 126
Age : 28
Localisation : A Darkam, si-si je vous jure...
Archétype : mage blanc
Job/Hobbies : Ca dépend du moment...
Date d'inscription : 06/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les alentours plus ou moins proches de la ville

Message par Eldir le Mer 7 Avr - 12:46

Quelques instants après, le groupe hétéroclite était attablé devant des chopes de yargach, la fameuse boisson des plaines faite à partir de lait de bison, de sang de bison, et de trucs fermentés qui viennent aussi du bison mais on sait pas trop d'où.
Gorack abordait le sourire carnassier de celui qui détient la Vérité. Les autres barbares quant à eux cherchaient désespérément un moyen de se sortir de ce mauvais pas. Malheureusement pour eux il leur fallait réfléchir, une activité dont ils avaient perdu l'habitude depuis bien longtemps.


Turgal : Rhaa ça fait trop mal au crâne ! J'ai envie de casser des têtes.

Gorack : Hu ?

Turgal : Non rien moi ami de Drehk...

Gorack : Ah c'est bien !

Général 1 : J'ai une idée. Euh dites, moi aussi je suis un ami de Drehk hein, un grand ami, on est super pote tous les deux. Mais par contre le méchant ennemi Strike m'a lancé un méchant sortli... sorlit... sortilège alors je sais pu vraiment qui vous êtes et qui est Drehk, vous pourriez me le rappeler?

Gorack : ROOOOOOOOOOOOOOOOAAAAAAAAAAAAR !!!!!!!!! STRIKE AVOIR ENCORE TRICHÉ !!!

LRDB : pale pale pale

Gorack : Moi expliquer ! Drehk et Strike être deux dieux qui disputent une éternelle partie de jeu divin où il faut se lancer une énorme balle enflammée. Drehk être le plus fort ! Lui lancer mieux, nous le voir tous les matins quand Drehk lancer la balle ! Strike jouer la nuit car lui plus faible, lui se cacher, lui fourbe et méchant ! Strike pas arrêter de tricher, parfois même il cache la balle ! Mais Drehk plus fort, toujours la retrouver. Un jour Drehk gagner !

Turgal : Ah ouais...

Général 1 : J'y crois pas, ça marche... Et vous ?

Gorack : Moi Gorack, grand-prêtre de Drehk ! Moi retrouver amis de Drehk et les aider à suivre volonté de Drehk !

Général 3 : Et je suis sûr que partout où vous passez il y a plein d'amis de Drehk...

Gorack : Oui !

Turgal : Et là c'est quoi la volonté de Drehk ?

Gorack : Meuar ! Drehk lancer la balle vers l'ouest alors nous suivre la direction montrée par Drehk !

Turgal regardant la carte : Eh mais à l'ouest c'est Darkam city !

Général 5 : Mais non chef, Darkam c'est pas à l'ouest, c'est à gauche. *blam* ok :kaput: .

Gorack : Ça être signe de Drehk ! Nous aller à Darkam city !


Dernière édition par Eldir le Jeu 29 Juil - 16:07, édité 1 fois

_________________
For pony!
avatar
Eldir
Force Blanche

Masculin Nombre de messages : 126
Age : 28
Localisation : A Darkam, si-si je vous jure...
Archétype : mage blanc
Job/Hobbies : Ca dépend du moment...
Date d'inscription : 06/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les alentours plus ou moins proches de la ville

Message par nécroX le Mer 7 Avr - 13:13

Bien sûr, Turgal tenait la carte à l'envers, et c'est en allant plein Est qu'ils parvinrent en fin de soirée en vue des murailles de D-City.

Turgal : On va les attaquer de nuit !
Général1 : Pour les prendre par surprise ?
Turgal : Non, pour tout incendier ! J'aime la vue des cités en flammes la nuit !
Gorack : Non ! Nous attendre fin du tour de Strike ! *craquement de grosses phalanges*
Turgal : Bon, eh bien ... hem ... Dressez le camp ! On attaquera à l'aurore !
Général1 : Pour les prendre au réveil ?
Turgal : Non, pour tout incendier ! J'aime l'odeur du chaume brûlé au petit matin !

Et les barbares dressèrent rapidement le campement (comprenez : déroulèrent des peaux d'ours et disposèrent leurs bottes en cercle autour pour repousser les prédateurs nocturnes), à environ deux jets de flèche des remparts tristement dégarnis de la ville.


Dernière édition par nécroX le Jeu 16 Sep - 16:14, édité 1 fois

_________________
Join the dark side, we have cookies.
avatar
nécroX
La Mort en Marche

Masculin Nombre de messages : 1096
Age : 29
Localisation : Si tu poses la question, la réponse n'a déjà plus d'importance.
Archétype : nécromancien en quête du pouvoir absolu
Job/Hobbies : complots arcaniques (pour les deux)
Date d'inscription : 25/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les alentours plus ou moins proches de la ville

Message par nécroX le Ven 16 Avr - 19:28

Le lendemain, alors que la tribu se réveillait aux aurores, on pouvait voir Gorack contempler le lever de soleil d'un air pensif et extatique (qui faisait vraiment tache sur son faciès de brute analphabète).

Gorack : ... Drehk a bien lancé la balle, aujourd'hui.
Turgal : Oui, oui c'est ça ... On peut aller piller un peu, maintenant ?

Mais le prêtre resta immobile, en prière, jusqu'à ce que le soleil soit haut dans le ciel. Puis il se rendit soudain compte que le soleil s'était levé au-dessus de la ville de Darkam-City, ce qui voulait dire que ...

Gorack : NOUS PAS MARCHE DANS DIRECTION INDIQUEE PAR SUPER SMASH DE DREHK ? VOUS M'AVEZ TROMPE !!! AMIS DE STRIKE, MMMH ????
Turgal : Heinquequoi ?

Gorack, d'un moulinet de marteau, envoya trois barbares de niveau intermédiaire trinquer avec Crom.

Turgal : Nonnonon ! On est des copains de Drehk, c'est juste, euh, que toute la ville de Darkam-City c'est des copains de Strike !
Gorack (arrêtant son marteau à 3 cm du visage d'un des généraux barbares) : Quoi ?
Turgal : Tout à fait ! C'est pour ça qu'on est venus les poutrer !

Après pas mal de palabres tendues, compliquées par le fait que Turgal n'avait pas la moindre idée de ce qui caractérisait un ami de Strike ...

Gorack : Aaah ... Alors c'est bon ! Croisade ! Nous pulvériser tricheurs !!!

Et la montagne humaine s'élança en braillant à travers la plaine, vers la porte ouest de la cité.

Général3 : Euh ... Vous venez pas d'utiliser la RuZe, chef ?
Turgal : M'insulte pas, tulipe de Morschleg ! *Décapite le général d'un revers de sa grosse épée. Très viril, très barbare. Pas du tout la RuZe.* Suivons le prêtre fou ! Crom est visiblement avec lui !!! Ca va piller, brûler, saigner ! Sang et carnage !
Guerriers : SANG ET CARNAGE !

Et par cette belle matinée printanière et ensoleillée, la petite cent-cinquantaine de barbares venus des plaines qui vont du rocher à tête de tulipes jusqu'au marais de la puanteur des pieds, précédés de leur chef Turgal le puissant, monta à l'assaut, sans marcher dans les entrailles mais dans les pas d'un colosse fanatique et arriéré.


Dernière édition par nécroX le Lun 24 Jan - 17:03, édité 2 fois

_________________
Join the dark side, we have cookies.
avatar
nécroX
La Mort en Marche

Masculin Nombre de messages : 1096
Age : 29
Localisation : Si tu poses la question, la réponse n'a déjà plus d'importance.
Archétype : nécromancien en quête du pouvoir absolu
Job/Hobbies : complots arcaniques (pour les deux)
Date d'inscription : 25/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les alentours plus ou moins proches de la ville

Message par Eldir le Jeu 13 Mai - 0:38

Arrivé directement de la bibliothèque simili-occulte, Eldir s'apprêtait à nouveau à sauver Darkam-city d'un brasier funeste. Sa cape flottant dans la brise du petit matin s'accordait parfaitement avec son regard avenant et sa posture droite, attitude typique de l'archétype du héros en marche vers son destin!

( la vache Roger, mais il t'as payé combien pour que tu lui sorte la présentation modèle excelsior? Ah mon vieux si tu savais...)

Bref Eldir marchait droit vers l'armée barbare avec un air convaincu qui cachait ses doutes intérieurs :
"si je me plante, je vais finir en purée".

La troupe virile, brutale et purificatrice du prêtre de Drehk avait déjà enfoncé les portes de la villes et pulvérisé une bonne vingtaine de bâtiment. Heureusement ils ne s'étaient pas encore trop dispersés et n'avaient pas pénétré en profondeur dans la ville. Ils semblaient assez déconcerté par le manque de victime à broyer.

Lorsque Gorack et quelques autres barbares aperçurent Eldir qui s'approchaient, ils le chargèrent sans poser de question. Mais le mage blanc ne leur laissa pas terminer leur attaque. Il déclara d'une voix forte et viril :

Bonjour amis de Drehk, nous être aussi amis de Drehk!

A ces mots Gorack pila net, forçant les autres barabares à s'arrêter également. Le prêtre de Drehk était particulièrement déconcerté car c'était la première fois de sa vie qu'il arrivait dans un endroit où l'on connaissait déjà Drehk avant son arrivé. De plus il pensait avoir affaire à un ennemie mais ce n'était visiblement pas le cas.

Son pauvre cerveau surmené par tant de réflexion avait beaucoup de mal à suivre la cadence.


Gorack : Euh vous pas amis de Strike?

Eldir : Non Strike être un tricheur, nous amsi de Drehk!

Gorack se tournat vers Turgal : ROOOOOAAAR! Vous avoir mentit! Eux ennemies de Drehk hein?

Turgal : Euh maisnomaisnonmaisnon! Ca être une ruZe des hommes de Strike! Vous devez pas les croire eux, vous devez croire nous!

Eldir : Mensonge de Strike! Nous amis de Drehk! La preuve : nous être en train d'organiser un grand banquet pour Drehk!

_________________
For pony!
avatar
Eldir
Force Blanche

Masculin Nombre de messages : 126
Age : 28
Localisation : A Darkam, si-si je vous jure...
Archétype : mage blanc
Job/Hobbies : Ca dépend du moment...
Date d'inscription : 06/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les alentours plus ou moins proches de la ville

Message par nécroX le Mar 29 Juin - 17:07

Gorack : Vraiment ? C’être juste et bon ! Drehk faire du sport, et sport donner faim ! Vous être ami de Drehk !
Turgal (sentant le vent tourner) : Bon bah on a pu se tromper … On est tous des amis de Drehk ici alors ?
Eldir : Un barbare qui tente de rivaliser avec un mage en termes d’astuce … On va rire. Vraiment ! Vous vous prétendez amis de Drehk ? Prouvez-le ! Où sont les offrandes ?
Turgal : Euh … les offrandes ?
Eldir : Vous n’allez pas me dire que Drehk ne vous a pas parlés ? Il a besoin de forces pour son match ! Si vous ne lui donnez rien à manger, vous faites le jeu de Strike !
Turgal : Eh bien … euh … Ouais, ouais on lui a donné à manger …
Eldir : Et quoi donc ? Hein ?
Turgal : Euh, ben, du gibier … Des quartiers d’auroch rôti, de la graisse de cheval …
Barbare : Miam …
Turgal : Ouais, des trucs comme ça ... On est des bons amis de Drehk !
Eldir : Ha ! Vous entendez ça, prêtre ?
Gorack : Ben quoi ?
Eldir : Ils lui donnent des nourritures lourdes ! Qui freinent la digestion et donnent sommeil après le repas ! Ils aident Strike à gagner !
Gorack : AH OUI ???
Barbare : J’ai mal à la tête chef, ça parle trop …
Eldir : Il faudrait chasser d’ici ces amis de Strike … Smile
Turgal : Mais vous avez même pas de banquet, vous !! Votre ville est déserte, vous ne pouvez pas !
Eldir : Tu sous-estimes la puissance de notre foi en Drehk ! Nous avons rassemblé un somptueux banquet malgré notre petit nombre !
GD (message télépathique) : /Eldir, je crois qu’il y a un souci … D’après Roger il nous faut une autorisation municipale pour un tel dépassement de notre consommation de mana. Et comme l’administration est désorganisée, ça va être compliqué. Bref, dans l’état actuel des choses, on ne va pas pouvoir invoquer ces quantités industrielles de victuailles que vous avez demandées. Vous avez sûrement un plan B ? J’espère que tout va bien pour vous ! A plus !/
Eldir : /HE ATTEND- Nom d’un écho dénaturé ! Tulipe de pétunia de groseille !/ Ahem ! Je disais … euh .. le banquet, oui, le grand banquet …
Gorack : Drehk sera content ! Je vouloir voir ! Vous montrer banquet à moi !
Eldir : Tuliiiiiiipe, voilà ce que c’est que de vouloir jouer au plus fin … Ben ... euh ... c'est que ... enfin pas tout à fait, hein ... C'est plus un banquet au sens métaphorique ... Des nourritures spirituelles, quoi ...
Gorack : Cesse de parler compliqué ! Où être banquet ???
Eldir : Je veux dire, c'est une expression ... Il n'y a pas vraiment de gros amas de victuailles ...
Gorack : Pas de banquet ?
Turgal : Aha ! Donc c’est pas des amis de Drehk !
Gorack : Mais … mais eux avoir dit amis de Drehk … Et vous aussi … Je plus savoir … Parmi vous être tricheurs amis de Strike … Aaah ! Je devoir reprendre ma route vers l’Ouest et suivre volonté de Drehk … Je savoir ! Lumière de Drehk !
Eldir : Oh-oh, une zone de vérité !
Gorack : Qui a fait un banquet pour Drehk ?
Eldir : Pas moi.
Turgal : Pas nous.
Gorack : Qui ici est ami de Strike ?
Eldir : Pas moi Pfioouuhh … Heureusement qu’il pose la question comme ça …
Turgal : Pas nous.
Gorack : Alors tout le monde ami de Drehk ! Parfait, je reprendre ma route ! Vous être en paix et encourager Drehk !

Et sur ce il partit vers l’ouest, laissant Eldir sain et sauf … face à la horde de barbares également sains et saufs.

Turgal : Il est parti ?
Général1 : Oui chef ! Je sais plus trop … On en était où ?
Turgal : Il me semble qu’on s’était arrêtés à piller et tuer … Hur hur hurk …
Eldir : pale Oh, là ! Regardez, un prêtre de Strike !
Barbares : affraid Où ça ?

Quand ils se retournèrent, Eldir avait disparu dans les ruelles de D-City …

El : Ca m’apprendra à faire le malin … Bon au moins je me suis débarrassé du plus dangereux de la bande, d’une certaine façon. Je ferais peut-être bien d’avertir les derniers habitants de la cité qu’elle est envahie … Et de PARLER à Darkyl … On ne peut donc jamais se reposer ici ?

_________________
Join the dark side, we have cookies.
avatar
nécroX
La Mort en Marche

Masculin Nombre de messages : 1096
Age : 29
Localisation : Si tu poses la question, la réponse n'a déjà plus d'importance.
Archétype : nécromancien en quête du pouvoir absolu
Job/Hobbies : complots arcaniques (pour les deux)
Date d'inscription : 25/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les alentours plus ou moins proches de la ville

Message par Galdwyn Darkyl le Mar 29 Juin - 21:26

chef barbare: PILLAGE! A NOUS LES FEMMES!

Les barbares: Ouééééééééééééééééééééééé! cheers

une horde chevelue et malodorante se déversa dans les rues, à la suite d'Eldir. Certains barbares qui avaient particulièrement mal vécu le passage "prêtre de drekh" se lancèrent à la poursuite du mage blanc, mais la plupart se rua dans les maisons, retournant le mobilier à la recherche de richesses. Les cris sauvages durèrent quelques minutes, puis un silence surpris se fit. Les envahisseurs sortirent des premières maisons, un regard étonné vissé sur leurs visages bovins.

Barbare: Chef? Y'a quelqu'un qu'est passé avant nous ou quoi?

Turgal: Ouais... un fils de morshleg nous a doublé, pendant qu'on parlait à ce mastodonte! allez les gars, on passe aux suivantes! il a sûrement pas eu le temps de tout visiter!

Les envahisseurs se relancèrent de plus belle dans leur fouille méthodique de chaque maison, sans apercevoir l'ange déchu négligemment posé sur le portail de la ville, avec à ses côtés une petite fille rosâtre.

Ninjigen: allez, mes chers amis, vérifiez bien que je n'ai rien oublié pendant que je visitais les maisons... Et quand vous aurez bien gentiment rassemblé le butin, je viendrais personnellement vous féliciter... Very Happy

_________________
Looking for something I've never seen...
avatar
Galdwyn Darkyl
Intelligence Pénétrante

Masculin Nombre de messages : 669
Age : 29
Localisation : si tu as de la chance, entre tes mains
Archétype : Artefact Intelligent
Job/Hobbies : la Connaissance, la Magie, les pierres à aiguiser de qualité
Date d'inscription : 16/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les alentours plus ou moins proches de la ville

Message par Eldir le Sam 3 Juil - 9:04

Eldir continuait à fuir promptement l'endroit où il avait laissé les barbares en maugréant des tulipes dans sa barbe... imberbe Rolling Eyes .

Eldir : Rhaaa mais même quand on essaye de l'aider, cette foutu ville se ligue contre nous! Il va m'entendre parler Galdwyn et ses pétunias de règles administratives sur la dépense du mana. Je haie les juristes!!!!!!

C'est alors que Eldir réalisa que les barbares ne semblaient plus le poursuivre. Sans doutes étaient-ils trop occupé à s'adonner au pillage.

Eldir : Fyu, je vais pouvoir souffler un peu et trouver un nouveau plan pour sauver cette cochonnerie de ville.

??? :
Tiens tiens mais qui voila donc?

Émergeant du détour d'une ruelle, c'est tout Les Bras Cassés des Bas-Fonds (BCBF) qui venaient d'apparaitre devant Eldir.

Dew : Ah notre voleur de stratégie sportive qui a essayé de nous faire croire qu'il avait maudit notre golem avec un sort lumineux, tu va voir ce qu'il en coute de s'attaquer au BCBF!

Spectre :
Maudire avec de la lumière, c'est pas un peu antoni... athiono... tantionomique... enfin contradictoire quoi?

Eldir : Il y a des jours ou on aurait vraiment mieux fait de rester couché. Tiens salut comment allez-vous? Oh vous allez pas me bouder pour ce minuscule petit incident, si?

Belv : Grroumph!

Avant d'avoir pu réagir, Eldir était déjà ceinturé par des goules tandis que le Golem de chair frappait son poing dans sa main ouverte d'un air menaçant.

Eldir : Nan mais je vous assure hein, je suis pas un espion, j'étais vraiment là par hasard l'autre jour. Vous savez que vous avez l'air d'une équipe pleine de vita... euh d'énergie? Franchement je vous souhaite bonne chance, je peux même venir vous encourager lors du match si vous voulez. affraid

Dew : Pas de pitié pour les espions. Tu as compromis notre victoire contre les hommes-bêtes pour le match de la fin de la semaine. Pour la peine tu va être pulvérisé en petit morceaux et nous utiliserons les restes de ton corps comme armes explosives durant le match.

Belv : Graaah!

Alors que les goules commençaient à tirer sur les membres d'Eldir pour l'écarteler, le cerveau du mage blanc qui fonctionnait à 300% de ses capacités pour trouver un échappatoire poussa un eureka mental.

Eldir : Attendez! Attendez Attendez! Si vous ne me tuez pas je peux vous donner une information vitale qui pourrait vous apporter la victoire!

Dew : arrêtez de tirer. T'as intérêt à ce que ça en vaille la peine sinon je te change en squelette.

Eldir : *ravalant sa salive* Euh bien voila. En fait ce n'est pas forcément évident à voir au premier coup d'œil mais en fait la ville est pratiquement déserte. Ils ont presque tous été pris par un sortilège de tulipe et sont partie vers les montagnes. Il va leur falloir quelques jours pour revenir. Et parmis ceux qui sont parti il y a une bonne partie de l'équipe des hommes-bêtes qui ont été entrainés au loin par leurs nouvelles recrues koalas. Vos adversaires n'auront pas assez de joueurs lors du match et devront déclarer forfait.

Dew réfléchissant : Mouais pas mal. Bon t'as gagné un sursis sale espion. Si nous gagnons le match nous te laisserons tranquille, mais sinon nous reviendrons te massacrer! Allez les enfants, tous au stade pour l'entrainement.

Et pendant que la BCBF s'en allait en marchant, rampant, sautillant ou autre selon leur état de décomposition, Eldir essayait de calmer son cœur et ses nerfs qui étaient au bord de l'auto-destruction.

Eldir : Mais quel pays de fou...

_________________
For pony!
avatar
Eldir
Force Blanche

Masculin Nombre de messages : 126
Age : 28
Localisation : A Darkam, si-si je vous jure...
Archétype : mage blanc
Job/Hobbies : Ca dépend du moment...
Date d'inscription : 06/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les alentours plus ou moins proches de la ville

Message par Matthias Alvensen le Dim 4 Juil - 9:01

Tandis qu'Eldir s'était appuyé contre un mur, yeux clos, afin de reprendre contrôle des battements de son coeur...

Gorack : EH !
Eldir : AAAAAAAAhhhhhhhhh pale. Mais vous êtes finalement revenus vous ??
Gorack : Je avoir réfléchi !
Eldir : Oh mon dieu ! Il-Il réfléchit ?
Gorack : Toi avoir raison d'en appeler à Drehk. Car moi avoir réfléchi Grande Lumière de Drehk !
Eldir : Ah, je me disais aussi... Juste une deuxième zone de vérité...
Gorack : Pour première fois de longue route de moi, moi avoir rencontré ville où tous adorent Drehk ! Ca être magnifique. Ville être pure. Moi avoir compris que ville être ville sainte de Drehk !
Eldir : Cette ville n'était donc pas encore assez folle... Elle va en plus se taper un culte de Drekh permanent avec statut de ville sainte... Quand je vais l'expliquer à nos aventuriers à leur retour...
Gorack : De là, nous faire partir croisades contre adorateurs de Strike !
Eldir : Hum, tout cela est très bien, ô grand prêtre, mais que faisons-nous des dissensions qui agitent les enfants de Drehk ?
Gorack : De quoi ?
Eldir : Pardon... Les adorateurs de Drehk qui vous ont mené jusqu'à notre ville sont en train de piller les maisons d'autres adorateurs de Drehk. Vous devriez aller leur apprendre à vivre pacifiquement dans le grand amour de Drehk, non ?
Gorack : Toi avoir raison ! Mène moi à eux ! Moi aller pacifier eux !

Pendant ce temps, à l'extérieur de la ville, une partie des barbares lassés de ne piller rien d'autres que des miettes de pain se dirigeaient gaillardement vers ce qu'ils prenaient pour un immense palais. Le fait que ce palais soit circulaire, à ciel ouvert et que des cris bestiales de joueurs de blood bawl résonnent en son centre ne semblait pas les avoir fait douter de leur certitude...

_________________
A moins de savoir exactement où vous êtes, vous ne pouvez savoir qui vous êtes.
avatar
Matthias Alvensen
Le Troisième Homme

Masculin Nombre de messages : 501
Age : 29
Localisation : Aujourd'hui ici, mais demain ?
Archétype : Un chercheur en occasion et en rebondissement.
Job/Hobbies : Découvrir de nouveaux mondes, de nouvelles personnes...
Date d'inscription : 05/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letremblaysurmauldre.meteoamikuze.com/Statistiques.ht

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les alentours plus ou moins proches de la ville

Message par Eldir le Dim 4 Juil - 12:21

C'est donc escorté d'une spectaculaire armoire à glace qu'Eldir revenait sur ses pas pour rejoindre les barbares. Il n'eut guère de peine à les trouver car Turgal fou de rage vociférait et pulvérisait quelques uns de ses soldats pour se passer les nerfs. Il n'avait pas eu sa dose de pillage journalière le pauvre. A côté certains barbares avaient entrepris de détruire une maison à coup de boule pour voir qui résisterait le plus longtemps.

Eldir : Regardez grand prêtre, ces adeptes de Drek sont fous, surement un maléfice de Strike, vous devez les aider!

Gorack : Oui Tu as raison petit ami de Drehk! *s'adressant aux barbares* Stop amis de Drehk!

Eldir : Petit?

Turgal : Rhaaa j'en ai marre y a rien a piller! Quoi qu'est ce que tu fais là? Nous tous amis de Drehk alors va continuer ton voyage loin!!!

Gorack :
Lumière de Drehk m'avoir apporté la Vérité! Ici être la ville sainte de Drehk! Tout le monde ici ami de Drehk alors on tape pas les amis de Drehk!

Turgal : Quoi on peut pas piller?

Le Reste des Barbares :
Rhooo là là...

Gorack : Non nous devoir rester souder pour préparer croisade contre amis de Strike!

Le moment est venu à Turgal de faire un test de volonté pour vérifier s'il arrive à rester maitre de lui-même dans cette situation stressante. Bon voyons voir... mmh 5... avec son bonus de sagesse ça nous fait... euh 3 et enfin avec le bonus de compétence ça fait... toujours 3. Dommage.

Turgal hors de lui perd le contrôle de ses actes. Il passe en rage de berserk et charge Gorack comme un dératé avec ça hache de guerre barbare du sanglier mourant!

Gorack : Châtiment de Drehk!!!

Barbare 3 : C'est qui le chat qui ment?

Malheureusement pour le chef barbare, il se fit intercepter en plein course par un violent coup du marteau de Drehk renforcé du pouvoir de châtiment de Drehk. La tête de Turgal fut envoyé comme un boulet de canon dans une maison proche qu'elle traversa pour aller déverser son absence de contenu dans la ruelle voisine. Pendant ce temps son corps resté sur place se demanda un moment ce qu'il devait faire avant de décider de s'effondrer comme une serpillère.

Eldir : Ça, ça fait peur...

Barbare 1 : Whaaa il a tué le chef!

Barbare 2 : Ben alors si il y a plus de chef, c'est qui le chef?

Barbare 3 : On a qu'a dire que c'est moi *SBAF* bon ok :kaput:

Barbare 1 :
ben normalement celui qui tue le chef il devient chef je crois.

Barbare 2 : Donc comme il a tué le chef il deviens chef à la place du chef?

Barbare 1 : Attends tu parle de quel chef?

Barbare 3 : J'ai mal à la tête...

Eldir au prêtre de Drehk : Bravo, il était surement possédé par Strike le pauvre. Maintenant vous êtes leur chef vous allez pouvoir en faire des guerriers de Drehk.

Gorack : Oui ça c'est bien!

Eldir : Si je puis me permettre je vous propose de leur ordonner de devenir gardiens de la ville pour protéger la cité sacrée contres les invasion barb... euh infidèles.

Gorack : Oui moi faire ça! Allez fidèle guerriers de Drehk, vous maintenant gardiens de la ville sainte. Vous vivre pacifiquement avec les habitants car eux aussi amis de Drehk!

Le Reste Des Barbares : Bien chef!

La censure nous interdit de décrire ce qui est arrivé aux barbares partis au Coliseum, tout ce que l'on sait c'est qu'on ne les a jamais revu. Par contre l'équipe des bras cassés des bas-fonds fut soudainement renforcé de nouveaux joueurs...

_________________
For pony!
avatar
Eldir
Force Blanche

Masculin Nombre de messages : 126
Age : 28
Localisation : A Darkam, si-si je vous jure...
Archétype : mage blanc
Job/Hobbies : Ca dépend du moment...
Date d'inscription : 06/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les alentours plus ou moins proches de la ville

Message par Raven le Jeu 24 Fév - 15:14

Une douzaine de jours plus tard ...

Une lumière jaune et douce enveloppa alors un sous-bois, non loin de la porte Nord de D-City. Lorsque la lumière s’estompa et que la nuit reprit son cours normal, une chaumière d'architecture naine apparut à côté d'un gros chêne. La neige sur le toit de la bâtisse fondait tranquillement, quand une agitation soudaine à l’intérieure de la bicoque fit tomber un amas de glace au dessus de la porte d'entrée. Si quelqu'un était passé par là à ce moment, il aurait pu entendre les cris inhumains des femmes emprisonnées dans la masure. Le silence retomba brusquement, puis la porte s'ouvrit avec lenteur, afin de conserver toute l'intensité dramatique. L'homme qui en sortit était couvert de sang, son armure reflétant la clarté de la lune. Il tenait à la main une touffe de cheveux blonds, au bout de laquelle pendait un morceau de peau. L'homme leva la tête, faisant apparaître ses yeux rouges de folie. Il regarda en direction de la ville, et commença à marcher vers la porte principale.


Raven : J'ai soif...

_________________
Avatar par Samuel Rimbault : http://aedena.over-blog.com/
avatar
Raven
Premières bières

Masculin Nombre de messages : 17
Age : 22
Archétype : Aventurier sombre et opportuniste
Job/Hobbies : TES IV ; RPG ; Warhammer et parfois le lycée...
Date d'inscription : 30/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les alentours plus ou moins proches de la ville

Message par FarFade le Dim 5 Fév - 16:08

Malgré, ou grâce à, la réputation de Darkam City il arrive que des groupes de personnes voyagent afin d'atteindre cette ville.

C'est pourquoi deux silhouettes encapuchonnées et poussiéreuses s'approchaient des portes de DC, vêtements et bottes marrons et usés, sac à dos bien rempli, bâton de marche, ces deux là étaient des nomades. Leur langue étrange montrait qu'ils venaient de loin mais le pouvoir de la narration nous permet de la traduire très facilement.


Nomade1 : Je crois que c'est la ville que nous cherchons ! Darkam City... La ville de tous les possibles...
N2 : Je me demande toujours pourquoi notre chef Garg' a choisi cette ville... Liguya avait l'air largement moins dangereuse et il parait qu'il y a des évènements très bizarre à DC...
N1 : Ce ne sont que des histoires... Il se passe plein de chose bizarre à DC et on sait que le bouche à oreille a tendance à amplifier les choses. Et puis je te rappelle qu'on y passera juste deux trois nuits le temps de faire des provisions, les prix sont bien moins cher à Darkam qu'à Liguya...
N2 : Mouais... Bon en tout cas pas de danger à l'horizon on peut aller dire à Garg' que la voie est libre et qu'il ne risque rien.
N1 : Ouais.

Les éclaireurs nomades commencèrent à faire demi-tour lorsque du mouvement stoppa l'un des deux.

N1 : C'est quoi ça ?
N2, tournant la tête : Hein ?
N1 : Regarde !

Il pointa de son index une étrange petite créature qui les fixait. Une sorte de lutin bleu et chewing gum s'approchait doucement en les regardant de haut en bas et en reniflant l'air.

N1 : On dirait qu'elle cherche quelque chose...
N2 : Hey ! Ca me fait penser aux créatures de nos contrées lointaine ! Comment s'appellent-elles déjà... Les Chtroumpffes ?
N1 : T'as raison ! Mais en plus grand ! Et en plus moche...

Il s'approcha doucement du lutin et s'agenouilla à sa hauteur.

N1 : Tu connais les Chtroumpffes ? C'est de ta famille ?
N2 : Haha ! Rêve pas ça m'étonnerait que cette créature sache parler !
Lutin : Christmasbusters !
N2, sursautant : Ca veut dire quoi ?
Lutin : Christmasbusters !
N1 : Aucune idée... Pourtant on les comprends les Chtroumpffes... Et ils ont l'air de la même famille...
N2 : J'ai une idée ! On se déguise en Chtroumpffe et peut être qu'il nous parlera en langue Chtroumpffe !
N1 : D'accord... Mais pourquoi ?
N2 : J'en sais rien pour s'amuser... Ca fait deux semaines qu'on se tape les délires de potion et de sorcellerie du chef je craque moi...
N1 : cheers Mais rapido alors ! En plus le chef déteste les Chtroumpffes...

Devant le lutin bleu immobile, ils sortirent de nombreux vêtements de leurs sac à dos et du maquillage et au bout de quelques minutes l'un d'eux était prêt.
Il avait coloré son torse, bras et visage en bleu, avait enfilé une paire de collant blanc et un slip blanc sur sa tête. Il s'approcha du lutin bleu et tenta de discuter mais seule "Christmasbusters" était sa réponse.
La tête dans son sac à dos le deuxième s'écria :


N2 : Tu vas voir avec mon déguisement on sera fixé ! Attention... Le Grand Chtroumpffe !cheers

Il sortit la tête de son sac à dos, bonnet rouge et collant rouge, peau colorée en bleue et barbe blanche. Ni une ni deux le lutin bleu à l'odeur de chewing gum cria et se jeta toutes dents dehors sur le nomade déguisé, sortant de ruelles adjacentes cinq autres lutins arrivèrent en courant et sautant tels des chimpanzés.
Grâce à un réflexe le nomade grand Chtroumpffe prit son bâton de marche à deux mains et frappa le premier lutin en pleine tête; toutefois deux autres lutins commençait déjà à mordre ses jambes.
L'autre nomade prit peur et partit en courant en criant "Chef ! Chef ! A l'aide !".


Lutins, mordant et frappant le nomade qui criait de douleur : Christmasbusters !! bounce

Puis un grand cri de guerre sortit de derrière la colline et un homme aux cheveux noirs, dégarni sur le dessus du crâne, avec une seule dent et un grand nez, qui portait une robe noire rafistolée et des chausses rouges; chevauchait un chat géant marron et faisait tournoyer une épuisette géante.

N1 : Gargamel notre chef ! On se fait attaquer par des Chtroumpffes géants ! Ils ont déjà bouffé notre seul autre compagnon !
Garg : Je me vengerai, et ma vengeance sera terrible !

Il cria, donna des coups de talons à son chat et chargea les lutins. Le chat sauta et atterrit toutes griffes dehors sur deux lutins, les déchiquetant net. Gargamel en profita pour asséner un coup d'épuisette dans la tête d'un autre lutin qui fut décapité, les deux lutins restant tentèrent de fuir mais le nomade toujours déguisé en Chtroumpffe lança son sac à dos fit tomber un premier lutin, le deuxième se fit croquer par le chat qui fut rapide comme l'éclair. Gargamel sauta du chat et atterrit dans un beau *Sprotch* sur la tête du lutin immobilisé par le sac à dos.

Garg : Bien joué Azraël !

Il y eut un court instant de silence durant lequel Gargamel et le nomade fixait le corps sans vie de leur ancien compagnon, du moins ce qu'il en restait. Puis Gargamel brisa le silence en regardant son dernier fidèle.

Garg : Cette ville est folle... Finit la vie de nomade on part à Liguya monter notre entreprise... J'ai des idées de potions et de mécanismes différents que l'on pourra vendre à des chasseurs...
N1 : Oui chef...

Il ramassa quelques affaires, les deux montèrent sur Azraël et ils partirent en sanglotant.

_________________
... quand les poulpes auront des dents.
avatar
FarFade
Asylum Imperator

Masculin Nombre de messages : 881
Age : 26
Localisation : Dans les méandres d'un cerveau torturé, et poulpeux.
Archétype : Poulpe.
Job/Hobbies : Tenter de conquérir le monde. Et manger des sardines.
Date d'inscription : 04/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les alentours plus ou moins proches de la ville

Message par nécroX le Mar 20 Mar - 21:47

Trois semaines plus tard, sur le fleuve, en aval de D-City, une barge à fond plat ramait contre le courant. Accoudés au bastingage, un petit groupe d’individus regardaient pensivement défiler le rivage en pensant que chaque lieue les rapprochait de la chaleur de leur foyer la Taverne.

Amiral (les rejoignant) : Rien de nouveau ?
Boris : Niet. Je ne voirrr qu’herrrbe qui verrrdoyer et gosier qui s’arrridifier.
Amiral : Je ne pense pas que nous risquions encore grand-chose. Nous sommes sortis des marais de Tillmo juste après l’attaque des kuo-toas.
MA : Mais cela ne nous coûte guère de prétendre être encore sur le qui-vive, puisque nous sommes censés assurés la sécurité du bâtiment. Où sont vos compagnons ?
Amiral : Zathkas emploie Goliath pour contrôler l’amarrage de la cargaison, et Frosti s’occupe de sa corvée quotidienne de tassage de gruau dans la gueule de Damazor.
Ariek (se redressant brusquement, et pivotant sur elle-même le poing tendu) : PRENDS CA, SALE PETIT- eh ? Où est le nabot vicieux ? J’aurais juré sentir son regard lubrique sur mon postérieur.
Boris : C’êtrrre juste rrregarrrds lubrrriques orrrdinairrres de matelots désoeuvrrrés là-bas. Eux trrrop immorrraux pourrr saouler eux comme tout bon marrrin qui temps librrre avoirrr !
ArchN : Ratapoil est à la poupe, où il aide à la manœuvre. Je l’ai entendu au déjeuner expliquer au capitaine qu’il n’avait pas son pareil pour manier une perche.
MA : Est-il prudent de laisser Frosti sans surveillance dans la cabine ?
Amiral : Tant que Lada est maintenue silencieuse et hors de sa vue, son conditionnement ne devrait pas s’activer.
ArchN : Faites confiance à mes tisanes pour procurer à la jeune fille un sommeil profond et réparateur ! Et les coussins que j’ai fait venir devraient rendre la caisse où nous la retenons un peu plus confortable.
MA : Je sais, cher Archange, que ce procédé vous peine autant que moi. Mais tant qu’elle est koalifiée, nous ne pouvons pas courir le risque qu’elle nous échappe. Et une caisse suscite moins de questions embarrassantes qu’une jeune femme ligotée et bâillonnée.
Rena : Un tout petit peu moins … Les douaniers à l’estuaire ont failli nous créer des problèmes. Heureusement que Boris et moi-même avons réglé la chose pacifiquement.

Boris sourit à ce souvenir et caressa son holster à hachoir.

ArchN : Je sais, nous avons déjà eu cette discussion … Mais plus vite nous pourrons en finir avec ça, plus vite j’aurai l’esprit en paix.
MA : Les documents laissés par NécroX devraient nous fournir la clé du problème. Nous avons tous hâte d’être de retour dans notre ville et de reprendre notre vie d’avant.
Rena : Je suis curieux et impatient de découvrir l’écrin qui a abrité un aussi éclatant joyau …

Keira esquiva sa tentative de baisemain et il s’écrasa les dents sur le bastingage.

Keira : C’est à peu près autant ma ville que la vôtre, vous savez.
MA : Mais elle vous adopte si promptement, et vous fond dans sa masse ! Un véritable creuset !
« Donnez-moi vos monstres, vos exténués
Qui en rangs serrés aspirent à vivre dangereusement,
Le rebut de vos rivages surpeuplés
Envoyez-les-moi, les aventuriers, que la tempête m'apporte,
La lumière brille pour qui apporte de l’or ! »
Boris : Quoi c’êtrrre ?
MA : Un sonnet que j’ai jadis entendu au cours de mes voyages et qui m’a paru singulièrement approprié … moyennant de minimes ajustements.
Amiral : Vous ne devriez pas tarder à découvrir la ville, Darklight, encore deux ou trois méandres et les remparts devraient être en vue.
MA : C’est, je dois le dire, un agréable changement que, pour la première fois depuis le début de notre périple, cette étape du voyage se déroule paisiblement. Le flux de la rivière et les plaines qui défilent incitent à la rêverie …
Boris : Vous voirrr là-bas, ça rrrigolo êtrrre ! Deux perrrsonnes et un chat géant empalées au borrrd rrrivièrrre !
Amiral : Ces corps datent de plusieurs jours. Des malchanceux qui auront excité les barbares des plaines.
Boris : Eux doués en paysagisme ! Et fairrre aussi office mangeoirrre à oiseaux ! *désigne de gros corbeaux à l’ouvrage*
Keira : No
MA : Ne peut-on pas avoir cinq minutes de rêverie élégiaque en paix dans cette dimension ?

Et tandis que la brise jouait dans les cheveux et éventuelles barbes de nos héros, qui appréciaient ce voyage sans histoire, la barge marchande poursuivait sa progression.

Comme chacun sait, dans le récit de la quête, le retour au bercail n’occupe qu’une place mineure. Après avoir tué le dragon ou détruit l’anneau maléfique et sauvé le monde, le héros, bien que faisant en sens inverse le même parcours interminable et semé d’embûches potentielles qu’à l’aller, rentre chez lui sans anicroche digne de mention. Dans l’Histoire d’Un Aller et Retour, le retour occupe tout au plus un demi-chapitre. Ce constat peut soulever des objections (« après l’apothéose narrative, le récit du retour ne doit pas traîner en longueur » ou « forcément quand on revient avec 10 niveaux de plus et des armes enchantées ça va tout seul … ») et des questions (« d’abord pourquoi on prend toujours comme référence des aventures de hobbits, ce joyeux oxymore ? ») ; mais il est universel et prouve clairement que l’intérêt du voyage est dans la destination et non dans le chemin, non mais sans blague.

Cependant, la loi de Murfi ne se laisse pas arrêter par ce type de considérations narratives, et le trajet de retour est souvent dans la pratique aussi fastidieux que l’aller. En l’occurrence, il peut être intéressant de jeter un œil à comment exactement nos héros ont franchi les centaines de kilomètres depuis la Russie.
Utilisons pour cela un montage flash-back complètement artificiel !

Russie, port d’Alkalingrad, à bord du
Potemkine II, un mois plus tôt.

Capitaine Kantbaïmilov : En plongée !
MA : Votre navire est capable d’aller sous l’eau ?
CK : Of Kourrrsk ! Vous pas au courrrant que merrr intérrrieurrre ici ? Comment vous crrroirrre que rrretourrr bateau chez vous possible autrrrement ?
MA : J’avoue que je me posais des questions … que je me pose encore pour la plupart.
CK : Nous glisser nous dans galerrries naturrrelles sous-marrrines ! Prrrofondeurrrs terrrrrrestres trrruffées de trrrous comme éponge à vodka ! Exister rrréseau de grrrottes, lacs et rrrrivièrrres sous-terrrrrrains que nous emprunter.
Boris : Da. Chemin plus rrrapide … parrr noyau planète !
Luke (secouant furieusement la tête) : Brrrbllllbrrlbrllbl !
Keira : Beeerk ! Pourquoi tu craches dans tous les sens ?

Surface d’un lac souterrain, loin sous la Translovalachodavie, trois jours plus tard. Matthias, l’Archange et Rena discutent avec le capitaine dans sa cabine.

CK : Nous pas pouvoirrr plus prrrès de Pryczlovowitz aller. Ca êtrrre plus prrroche lac souterrrrrrain accessible depuis surrrface que je pouvoirrr atteindrrre. Kamarrrades de vous devoirrr rrrejoindrrre nous ici.
Rena : Comment ?
CK : Trrranslovalachodavie uniquement rrrivièrrres souterrrrrraines avoirrr. Je trrrouvé passage prrraticable pourrr eux si eux avoirrr mis quelques points en Prrrofession (Spéléologue).
ArchN : Ils ont un nain avec eux, ils s’en sortiront.
MA : Comment pouvez-vous connaître la topographie du sous-sol avec autant de détail, capitaine ?
CK : Grrrâce à sonarrr ! Rrricochets d’ondes émises rrrenseigner nous surrr strrructurrre trrridimensionnelle des galerrries.
MA : Il existe un appareil qui fait ça ?
CK : Niet, nous avoirrr bélougas dans cales de nous ! Intelligentes et grrracieuses crrréaturrres êtrrre.
Rata (surgissant de sous une table) : Ai-je entendu parler d’une belle Olga ? Où est la donzelle ?
Rena : Non, ce sont juste des animaux domestiques qu’ils utilisent pour se guider.
CK : Pajalouïsta ! Un peu de rrrespect ! Eux êtrrre grrradés !
MA : Reste à informer nos compagnons de la procédure à suivre pour nous rejoindre. Comment les contacter ?
Rena : Quand j’étais prêtre-archonte d’une secte d’astronomes-cultistes qui voyaient en moi l’incarnation de l’aurore boréale, je me souviens que j’avais accès à des sorts permettant de parler à des alliés en dépit des distances. Naturellement, j’ai été dépouillé de tout pouvoir quand j’ai profané le planétarium sacré avec une étoile filante sous forme humaine ... Mais Ratapoil, qui est le grand prêtre de son dieu, doit sûrement disposer de sorts similaires.
MA : Qu’en est-il, Ratapoil ?
Rata : Hein ? Quoi ? On n’écoute pas l’histoire de Rena dans le détail ? Ooooh Sad … Oui, Razorback me permet, sous certaines conditions, de me rappeler au bon souvenir de mes connaissances.
MA : Quelles conditions ?
Rata : Le sort de Message Coquin ne peut expédier qu’un texte de moins de 120 caractères, et je dois avoir une bonne connaissance de la cible … anatomiquement. De plus il y a des prescriptions contenant la teneur du message …
MA : Suivant !
Rata : Je peux aussi préparer une version plus puissante, Envoi de Seksting.
ArchN : De qui ?
Rata : Seksting Boutoir-de-Bronze était la 287ème réincarnation de Razorback et voyageait beaucoup, il avait donc développé des sorts pour entretenir la flamme de sa relation longue distance avec ses fidèles. Avec ce sort, j’ai plus de liberté pour le texte, et il est possible d’inclure, héhé ! des images …
MA : STOP ! Vous n’avez rien de … disons … neutre ? A visée plus large que ce que je n’ose appeler la séduction ?
Rata : Non. Razorback a un fort sens des priorités.
MA : *gros soupir* … Faites au mieux, alors … Et que la chance nous préserve …
Rata : Je m’y attelle de ce pas ! Frosti devrait remplir les conditions d’intimité physique depuis cette soirée à Paix Verte …

Sur un clin d’œil appuyé, le nain sortit, laissant ses compagnons éviter soigneusement de se regarder, et le capitaine Kantbaïmilov vider avec l’énergie du désespoir sa onzième bouteille de vodka en cinq minutes.

Rena : Qu’a-t-il voulu dire par « cette soirée à P-
MA : TAISEZ-VOUS, MALHEUREUX ! Il ne peut pas se rappeler, ils étaient koalifiés !
ArchN : Non, c’était une soirée fortement enfumée, je m’en souviens donc très bien … Nous hébergions Ratapoil, et la soirée a pris un tour … étrange.
Rena : … D’accord …
MA (les mains sur les oreilles) : Lalalala ! Je ne veux rien savoir de cet incident !
ArchN : Et donc, Ratapoil, après avoir initié la partie de strip-chat perché générale …
Rena : affraid Ca ira pour moi, merci !!!
MA : Dire qu’à quelques heures près je tombais au milieu de cette scène …
CK (tendant une poignée de bouteilles à Rena et Matthias) : Vodka ? Ca aider !

Même endroit, une semaine plus tard, sur le pont. Le groupe observait une fissure d’où venait d’émerger le Champion de Boxe, tenant Lada ligotée et baîllonnée sur ses épaules, suivi par Zathkas que sa nature de drow et d’explorateur de donjons semblait mettre parfaitement à l’aise sous terre. Derrière eux on devinait la forme de Goliath qui peinait à élargir le passage pour son gabarit massif. La carcasse de L9 dépassait de son sac à dos ; et il tenait à bout de bras, par les cheveux, une Damazor apathique.

CK : Eux êtrrre en vue ! Vous ouvrrrirrr écoutille avant ! Abaisser passerrrelle !
Ariek : Revoilà le reste des zouaves …
Rena : D’autres de vos concitoyens ?
Boris : Et pauvrrre Stalina toujourrrs prrrisonnièrrre de morrrt contrrre naturrre causée parrr alcool … Sad
Luke : Où est Daddy ? Je vois pas Daddy !
MA : Content de voir que vous avez réussi, Maître Yi.
Maître Yi : Content d’être arrivés. Nous avons fait aussi vite que possible, mais faire passer Goliath dans les siphons nous a retardés.
Rata : J’ai toujours eu horreur des conduits trop étroits.
Zath : Ca fait des années que j’essaie de commander un bras foreur à Lutingrad, mais nooon, apparemment mon modèle n’est pas compatible …
Maître Yi : Et l’onguent de Rapetissement ?
Zath : Plaignez-vous aux deux reptiles qui ont détruit toutes nos fioles pendant le bal !
Luke : Les vilains !
Rata : Un onguent de Rapetissement ? Quelle idée saugrenue ! A quoi ça peut bien serv-
Zath (visiblement sur les nerfs) : VOUS, LA FERME.
Boris : Vous pas trrrop ennuyé vous à attendrrre nous ?
Maître Yi : Pas précisément. Depuis l’attaque de Dwalin, nous étions plus recherchés que jamais. Nous avons dû quitter Pryczlovowitz dès le lendemain et camper dans les forêts hantées en contrebas de la falaise.
Zath : Nous avons passé deux merveilleuses semaines à éviter les gardes, les chasses à courre et la faune locale …
Maître Yi : Sans trop savoir qui était qui.
Zath : Seul NécroX a fait quelques visites clandestines dans la capitale pour y préparer son mystérieux projet de transport des Darkamiens koalifiés.
Rata : Puis vous avez reçu mes subtils susurrements sensuels, n’est-ce pas ? Avoir enfin de nos nouvelles a dû vous causer un grand … plaisir.
Zath : Nous avons d’abord été surpris quand Frosti a commencé à avoir des visions et à vouloir broyer sa propre cervelle, pour changer. Mais une fois qu’on a compris qu’il s’agissait de directions à suivre, on s’est mis en route avec soulagement … au début du moins. On a volé une voiture, qui ressemblait plus à un corbillard qu’à autre chose d’ailleurs, et galopé jusqu’au village indiqué.
Maître Yi : Nous sommes descendus dans leur puits, avons trouvé le passage vers la rivière souterraine et laissé Frosti nous guider.
Rata : Tout s’est très bien passé alors ! Tout s’est emboîté sans heurts …
Zath : Si on veut. Evil or Very Mad

Il claqua des doigts ; le plastron de Goliath s’ouvrit, libérant un Frosti tremblant de rage et de dégoût qui bondit en grognant sauvagement jusqu’à Ratapoil. Mais il s’arrêta au dernier moment, mains tendues, toutes dents dehors, pris de convulsions incontrôlables.

Rata : Mais qu’est-ce qu’il a ?
Juggernaut : Il voudrait vous faire très mal, mais en même temps la pensée d’un contact physique avec vous le paralyse.
Keira : Je peux comprendre.
Zath : De ce que nous avons compris, les images mentales qui devaient nous guider étaient en arrière-plan dans ses visions, avec en surimpression des portraits de vous dans des … poses … dérangeantes.
Rata : C’était nécessaire pour que l’Envoi de Seksting fonctionne !
Zath : Ce n’est pas vous qui avez dû décoder ses tirades hystériques et l’empêcher de s’arracher les yeux tout ce temps. Je dois dire qu’on est assez mécontents.
Juggernaut : Frosti nous a abondamment décrit vos messages magiques répétés. Les images de galeries, mais aussi le reste.
Zath : Poses, costumes (ou absence de), petits mots coquins … Y compris les blagues graveleuses récurrentes sur le mot tunnel.
Rata : C’était pour détendre … l’atmosphère ! Et comme je vous le dis, la nature du sort l’exige !
Zath : Ah oui ? Et quand on a dû l’enfermer parce que vous aviez commencé à l’inclure lui dans vos sympathiques tableaux, c’était indispensable aussi ?
Juggernaut : Il vous fait dire que ce n’est pas un grain de beauté, c’est un tatouage de pépite. Et aussi qu’il voudrait vous voir souffrir comme il a rarement souhaité voir quelqu’un souffrir.
Zath : Naturellement, c’était dit de manière moins cohérente mais bien plus descriptive. Et compte tenu de ce qu’on a dû endurer par votre faute, y compris l’examen rapproché dudit tatouage de pépite durant une des crises de Frosti, nous sommes assez partisans d’une punition.
Keira : Non, n’employez pas ce mot-là, ça ne fera qu’aggraver les choses …
Rata :
CK : Dans marrrine, nous châtier comporrrtements inapprrroprrriés parrr supplice de la quille !
Rata : Oh oui la quille !
LRDG :
Rata : Je ne sais pas ce que c’est, mais ça a l’air cochon.
MA : … Laissons cela, voulez-vous, c’est sans espoir … Dites-nous plutôt où est NécroX, je ne le vois pas parmi vous ? Vous suit-il ?
Zath : Non, il a dit qu’il avait envie de voyager, voir du pays, rentrer par le chemin des écoliers.
Officier de pont : Ou, pour reprendre ses termes, « rappeler à la Terre de Fangh le goût amer du carnage frit dans la cendre et saupoudré de désespoir ».
Zath : Bref, il veut des vacances. Et aussi rester aussi loin que possible de Luke, je suppose.
Officier de pont : Il a gardé le corbillard et pris la route du Pont de Wela. Il nous a confiés les notes de Dimitrivov pour que nous les rapportions à D-City et fassions le nécessaire.
ArchN : Il va sans doute se sentir très seul sur les routes … Je suis sûr qu’à un moment il regrettera l’absence d’amis ou de famille proche avec qui discuter ou partager une chope …
Luke : YALOOOUUUU DADDDY J’ARRIIIIIIVEEEEEEUUUUH …

Rebondissant à toute vitesse sur les stalactites où il se cognait la tête, le lézard s’engouffra dans la crevasse … à côté de celle par laquelle les membres du REVENS étaient arrivés.

Zath : Je n’aurais jamais cru dire ça un jour, mais … bien joué, l’Archange.
ArchN : Bien joué ? Comment ça ?
Zath : … Non, rien.
Keira : Bon, je suggère que puisqu’on a récupéré ceux qui nous intéressaient …
Ariek : /Et qu’on s’est débarrassé de ceux qui ne nous intéressaient pas !/
Keira : … on pourrait lever l’ancre, histoire de passer le moins de temps possible dans ce qui ressemble plus aux égouts de la planète qu’à autre chose ?
Rena : Je suis d’accord. Il me tarde de revoir le soleil chatoyer dans vos cheveux (et recharger mes pouvoirs chlorophylliens, puisque je suis 1/16ème Treant). Evitons de moisir dans ces eaux souterraines.
ArchN : Certes, c’est contre nature. L’eau ferrugineuse non, l’alcool oui !
Rata : Je vais vous montrer vos cabines, veuillez me suivre …
MA : Vous, vous allez rester à l’écart de Frosti.
Rata : Jaloux, hein ?
MA : Il sera déjà assez dur de le ramener à son état mental normal.
ArchN : Je vais m’en occuper. Il y a un donjon près de la forêt de Quishloren, tenu par un maître elfe, et au deuxième étage un piège d’illusion fait passer une cuve de bain moussant à la lavande pour une piscine de bière. Nous accueillons régulièrement les aventuriers nains en armure lourde qui y ont succombé … Tout ça pour dire que j’ai de l’expérience pour ce qui est de victimes en état de choc.
CK : En plongée ! Nous mettrrre cap au sud !

Et le voyage sous-marin-terrain continua, avec ses nouveaux passagers, et son lot d’incidents …

Zath : AAAAH ! Alerte ! Il y a un koala à bord !
Super Sayan : Aux armes !

Et tout le groupe de surgir en alerte de leurs cabines, arme au poing.

Rena : Bon sang ! Des monstres parasites à bord d’un vaisseau coupé de l’extérieur ! J’ai déjà vécu ce scénario, il y a longtemps. Nous allons tous être contaminés et/ou mourir, un par un, en commençant par Zathkas !
Zath : Quoi ?
Rena : Le noir meurt toujours en premier ! Au final il ne restera que Keira, l’héroïne …
Boris : Allons, du calme tous ! C’êtrrre juste koala morrrt ! Aprrrès défaite Bomby, je avoirrr fait empailler lui et converrrtirrr en sac à dos !
Keira : Une minute, si seule la fille survit, comment pouvez-vous avoir déjà vécu ce genre de situation et être encore vivant ?
Rena : J’étais une fille à l’époque.
Boris : Rrregarrrdez. Trrravail de qualité, da ? Admirrrable rrraccommodage de trrrou dans tête de lui ! Lui comme neuf.
Rata : En effet, on se croirait revenu au temps où il était ton sac à dos, avant toute cette histoire.
MA (faisant bouger la bouche de Bomby, qui est maintenant la poche supérieure du sac à dos) : « Enfin nous nous retrouvons, Boris … Quand je vous ai quittés j’étais ton sac à dos, aujourd’hui je suis le Maître ! »
Boris : Hahahaha ! C’êtrrre tout à fait lui !
Keira : Ca sonne comme une vanne pourrie qu’on aurait oublié de caser, ça.
MA : En faisant les poches fouillant le corps de Bomby à la recherche d’indices, j’ai trouvé une liste de quolibets et répliques narquoises qu’il se proposait de nous jeter au visage. J’ai voulu détendre l’atmosphère …
Frosti (émergeant (loin de Ratapoil) de sa cabine, où plusieurs jours de cuisine naine, de tabassage d’elfes et de bains de pièces d’or invoqués par l’Archange lui ont permis de retrouver une relative stabilité) : T’en as de la chance, moi on me laisse jamais garder mes trophées … Alors ce truc a été ton sac à dos avant de monter toute cette embrouille … et maintenant il est à nouveau ton sac à dos ?
MA (recommençant son manège) : « La boucle est maintenant bouclée ! … La boucle de sac à dos, hahaha ! »
Keira : Oh pitié …
Zath : Vous avez décidément bien fait de le tuer.

Pendant ces jours de voyage, quand ils n’aidaient pas les marins russes à la manœuvre, les aventuriers profitaient de l’occasion pour bavarder au mess des officiers et s’informer mutuellement de détails de l’aventure manqués par certains membres du groupe.

Frosti : Ca m’a l’air d’avoir été une bonne bagarre sur la fin … Avec Jawbreaker et toutes ces sales boules de poil ninjas, y avait de quoi se défouler ! J’aurais bien aimé me frotter à eux.

Ratapoil lui adressa un haussement de sourcils et Frosti frissonna, descendit sa chope d’une traite et marmonna qu’il fallait qu’il aille s’occuper de Damazor.

MA : Il prend cette dette d’honneur très au sérieux … Qu’en dira le REVENS ?
Zath : Oh, il se contente de la maintenir en vie pour rembourser le fait qu’elle a sauvé la sienne. Dès notre retour, sa dette sera payée et il la refilera aux bons soins de quelqu’un d’autre. Probablement une sympathique chambre sans vue dans l’aile psychiatrique de la Tour …
Rena : A votre tour, racontez-nous quelque chose de Pryczlovowitz.
Rata : Même si rien ne surpassera cette histoire de NécroX se prenant pour un barde en délire.
Zath : Voyons voir … On vous a déjà parlé de la fois où le Planton s’est glissé chez le professeur de Potions pour y voler des composantes pour Yrkkel, et a fait retomber le blâme sur ce sale fayot binoclard à la cicatrice qui était la bête noire de la moitié de l’école …
Planton : Il y a l’histoire du prince vampire qui pourrait les intéresser.
Zath : Ah oui ! Surtout Keira.
Keira : Moi ?
Zath : Oui, apparemment vous avez fait une forte impression sur un vampire d’une des grandes familles de la capitale. Après le bal, il a retourné ciel et terre pour vous retrouver, mais bien sûr vous aviez disparu et, principe du bal oblige, personne ne connaissait votre nom.
Planton : Il a réussi à apprendre que dans votre hâte à vous enfuir vous aviez perdu votre corset.
Rata : Je suis de cœur avec cet homme !
Zath : Il paraît que depuis il fait le tour des palais et manoirs, exigeant que l’on fasse essayer ce corset à toutes les filles de la maison, dans l’espoir de retrouver celle à qui il irait parfaitement.
Planton : D’aucuns disent sa quête perdue d’avance, car le corset est bien trop petit pour toutes celles auxquelles il le fait essay-

Les réflexes surhumains du Planton lui firent esquiver de peu la chope d’Ariek, tandis que son crâne tatoué était éclaboussé de son contenu.

Planton : … Qu’est-ce que j’ai dit ?
Keira : LA SEANCE DE RACONTAGE EST FINIE. Evil or Very Mad *SBAF*
Rata : Aïeuh ! Mais j’ai rien fait, moi ! *Après que la porte du mess eut claqué derrière Keira* Dites voir, vous croyez que ça marcherait à D-City cette histoire ? Rentrer chez les gens en demandant si je peux faire essayer de la lingerie à leur fille …

A la surface de la mer, dans le golfe de la Patte d’Hydre, dix jours après récupération des membres du REVENS.

Keira : Et donc on est où, là ?
Rena : A deux jours des côtes, d’après le capitaine.
MA : Finalement ce voyage était plutôt rapide et tranquille.
Keira : Oui … On a juste dû échapper à trois krakens, failli mourir à deux reprises faute d’accès à une poche d’air, dû aider à forer un passage pour le Potemkine II je ne sais combien de fois …
Zath : Cette fois c’est sûr, ils vont m’entendre au service des ventes à Lutingrad !
Keira : …et le moment où on a dû forcer à la pointe de l’épée ce village elfe noir à nous laisser emprunter leur portail !
Zath : Décidément, l’Ombreterre ne me manque pas.
Keira : Et les gros monstres marins qui manquent nous avaler pour être de justesse bouffés par de plus gros monstres marins, et les pirates duergars, et les éboulements … !!! Et je ne parle même pas de cette rivière noire avec la barque manœuvrée par le squelette, celle-là m’a flanqué la chair de poule.
Frosti : Euh … Pourquoi tu parles comme une demeurée à nous récapituler des choses qu’on sait déjà ?
MA : Chut, c’est un procédé narratif.
Frosti : Un procédé narratif lourdingue !
MA : Là n’est hélas pas la question.

Non mais je rêve où ils se plaignent d’être dans un univers mal narré ?

Keira : Ahem ! Bref, c’était loin d’être un voyage d’agrément !
Rena : J’étais là pour vous protéger, belle dame.
ArchN : Et toute cette violence était excellente pour le rétablissement de Frosti.
Boris : D’ailleurrrs, nous jamais avoirrr vrrraiment en danger été. Pas plus que dans voyage norrrmal surrr dos de drrrôles d’animaux un peu comme rrrennes mais sans bois et moins juteux.
Zath : Les chevaux ?
Boris : C’êtrrre ça. Nous êtrrre plus vite que cheval allés, et êtrrre bien moins prrrès de morrrt atrrroce passés que si nous rrretenter frrranchirrr Monts du Rrrideau de Ferrr.
Keira : Mouais …
Boris : Vous pas souvenirrr comment avoirrr été à voyage aller ?
Rena : Trois mots : sauvés par Luke.
Keira : … Présenté comme ça …
MA : Il faut être fou comme FarFade pour se relancer dans ce genre d’épreuve. Le Tsar nous a, il faut le dire, rendu service.
Keira : Moui … En tout cas, je suis contente de ne plus avoir à supporter un despote infantile et tout-puissant qui prend ses décisions basées sur des caprices ! Comparativement, je préfère encore Darkam-City.

Hihihi quelle ironie … Alors qu’à Darkam-City le lutin intelligent-
Kevin ! Je t’ai dit cent fois qu’on ne devait pas expliquer les blagues, ça gâche tout leur effet ! Retourne à la photocopieuse !
Vous autres, on enchaîne !


MA : … Darkam-City où nous serons dans peu de temps ! Le capitaine Kantbaïmilov nous débarquera discrètement à Liguya, où nous pourrons prendre place sur une des barges marchandes qui remontent le fleuve jusqu’à Darkam-City.

Liguya, deux jours plus tard, à bord d’une barge marchande sur le point de larguer les amarres.

Rata : On y est, oui ?
Zath : Les douaniers continuent de chipoter ! A croire qu’il y a des Fonk’Sio-Nehrs parmi eux …
Boris : Je m’occupé êtrrre de celui qui un peu trrrop de questions poser surrr prrrincesse spatiale ligotée et bâillonnée.

Dit le Russe en caressant affectueusement un hachoir.

MA (baissant la voix) : Vous avez occis un des douaniers ??? Evil or Very Mad
Boris : Niet ! Je acheté coopérrration de lui en offrrrant lui un des superrrbes hachoirrrs de maîtrrre de moi.
Douanier (dévoilant la carcasse de L9 dans le sac à dos de Goliath) : Et ça, qu’est-ce que c’est ? Hmm ?
Zath : Oh misère …
Rena : Je m’en occupe. *marchant droit vers le douanier* Ce n’est pas la gynoïde que vous recherchez.
Douanier (à ses subalternes) : Ce n’est pas la gynoïde que nous recherchons.
Subalterne : Mais … on ne recherche pas de …
Rena : Tout va très bien, on peut s’en aller.
Douanier : Tout va très bien, vous pouvez vous en aller.
Rena : Bon, circulez.
Douanier : Non, VOUS circulez ! A-ha !
Rena : A vos ordres.

Et tandis que la barge larguait les amarres, et que son capitaine contemplait d’un air légèrement soucieux le groupe d’aventuriers qu’il s’était laissé convaincre d’employer comme escorte …

Boris : Comment tu fait ça avoirrr ?
Rena : On peut faire croire n’importe quoi avec suffisamment de Bluff.
Boris : Je pas crrroirrre toi !

Au milieu de l’océan marécageux de Tillmo, deux jours plus tard, au beau milieu d’une attaque de kuo-toas qui se font tailler en pièces.

Frosti : C’est trop bien ! Les marins se planquent pour nous laisser tout le fun ! Pas de risque de kill steal ! Gnaaaaargh !
ArchN : Je vois que vous avez retrouvé toute votre énergie ! Excellent !
Frosti : Dommage que ces bestioles aient un aussi vilain arrière-goût avec leurs sécrétions de tulipe !
Boris : Kamarrrades ! Vous rrregarrrder ! Un kuo-toala !
Keira : Boris, c’est juste un kuo-toa normal dont tu as coincé la tête dans ton sac à dos Bomby …
Boris : Da ! Ca hilarrrant êtrrre !

Et c’est ainsi que, de retour dans le présent, nos héros découvraient enfin la fière Nouvelle Darkam-City qui se dévoilait au fil de l’eau.
Avant peu, ils avaient atteint la Capitainerie, tour trapue et cylindrique qui surplombait le fleuve et gardait théoriquement l’accès aux docks.


MA : Pourquoi s’arrête-t-on ?
Capitaine de la barge : Les sentinelles jettent un œil et s’assurent que tout est en règle. Et après, faut leur laisser le temps de rétracter le calchèvre.
Keira : Le quoi-quoi ?

Comme pour répondre à la question de la jeune fille, quelqu’un sonna un cor en haut de la tour ; en réponse, un treuil invisible se mit à cliqueter, faisant surgir des flots une énorme chaîne. Très vite celle-ci se divisa en plusieurs chaînes, qui à leur tour traînèrent derrière elles des menottes, chacune fixée à mi-longueur d’un gros tentacule vert d’eau. Finalement jaillit de l’eau devant la barge, à la grande stupéfaction de nos héros, une tête de chèvre de trois bons mètres de haut sans les cornes. La chaîne principale s’attachait à un collier autour de son cou, en-dessous duquel les tentacules paraissaient prendre naissance. Le monstre fixa la barge d’un œil paisible tandis que les chaînes le ramenaient en arrière dans une sorte de grotte semi-immergée s’ouvrant au pied de la Capitainerie.

Zath : Par toute la mélanine de l’Ombreterre ! Qu’est-ce que c’était que ça ?
Capitaine : Bah c’est le calchèvre. Le calamar à tête de chèvre quoi ! La rumeur dit qu’il est apparu d’nulle part, comme quoi un mage fou aurait foiré son coup, et pas qu’un peu, ça doit bien faire presque deux mois de ça. Du coup le Maire a décidé de l’utiliser pour renforcer la sécurité du fleuve. Maintenant, les rares zouaves qui tentent de jouer les brigands d’eau douce courent le risque de se faire écraser par ces sacrés tentacules.
Rata (surgissant de nulle part) : Ai-je entendu le mot tentacule ?
Boris : Toi pas à l’arrrrrrièrrre êtrrre ?
Rata : On ne peut pas toujours s’affairer à pousser une perche par derrière. Il faut varier ses positions ! Alors, ces tentacules ?
MA : Un monstre que le Maire a assigné à la déf- un instant. Capitaine, avez-vous dit que c’était une décision du Maire ?
Zath : Hein ? Mais Dwalin …
Grand Babu : … est toujours censé être en animation suspendue dans le demi-plan où nous l’avons laissé.
Capitaine : Mais non, pas Dwalin ! Je vois que vous êtes des étrangers, laissez-moi vous expliquer. D-City, c’t’une ville bizarre. Même pour ce chien de pays où on vit. Il s’y passe des trucs pas nets. Genre, presque toute la population a disparu. Y compris le Supernain ! Heureusement, le nouveau Grand Maire s’est imposé et a remis de l’ordre dans tout ça. S’il avait pas fait des trucs genre recréer la milice, ou mettre le calchèvre à la défense, sûr que ce s’rait l’étendard de Milesia, ou pt’êt’même de l’Empire de Jade qui flotterait là-haut !

Suivant le doigt crasseux du capitaine, nos héros levèrent les yeux vers la Capitainerie, où flottait, au-dessus de l’étendard historique de D-City (de sinople, au pied de troll châtain), une bannière représentant une sucette stylisée d’où irradiaient des rayons solaires.

Boris : Ca … sucette êtrrre ?
Grand Babu : Alors premièrement, ce mot ne sera pas prononcé devant Frosti.
MA : Et ne devra plus l’être devant Ratapoil, si vous m’en croyez …
Grand Babu : Deuxièmement, la situation ici a de toute évidence connu certains bouleversements pendant notre absence. Pas de raison de s’affoler, mais débarquons avec un minimum de prudence.
Keira : Vous pensez vraiment que cette ville peut être devenue plus dangereuse ?
Grand Babu : Oh, je parlais pour le REVENS. Faites comme vous l’entendez.
MA : Mais si les membres d’une organisation criminelle endurcie se montrent prudents, cela ne peut pas nous nuire de faire de même …

_________________
Join the dark side, we have cookies.
avatar
nécroX
La Mort en Marche

Masculin Nombre de messages : 1096
Age : 29
Localisation : Si tu poses la question, la réponse n'a déjà plus d'importance.
Archétype : nécromancien en quête du pouvoir absolu
Job/Hobbies : complots arcaniques (pour les deux)
Date d'inscription : 25/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les alentours plus ou moins proches de la ville

Message par Derich le Dim 16 Sep - 10:12

A quelques encablures dimensionnelles de là, le soir tombait sur la vile de Trentor. Sur le port, les vagues s'écrasaient mollement sur le rebord du quai, tandis que quelques navires marchands mouillaient à quelques encablures de là. Les lampadaires à mana commençaient à s'allumer un par un, éclairant quelques silhouettes gracieuses qui invitaient les rares promeneurs à continuer la soirée dans les tavernes du quartier.

A l'écart de la ville, isolé sur une haute colline se trouvait la centrale à mana. Cette dernière était constituée d'un complexe de tunnels à l'intérieur desquels le mana était extrait d'un nœud à proximité, puis raffiné successivement en une forme plus "malléable" (comprendre, qui a moins de chances d'exploser au moindre faux mouvement magique). Le flux était important en ce point, donnant un bon rendement énergétique de la centrale, et assurant la prospérité de Trentor (en attirant notamment de nombreuses guildes de magiciens dans la région).

A l'entrée du souterrain, deux gardes équipés d'une lourde armure, d'arbalète et d'une épée courte montaient la garde. Ces derniers étaient occupés à s'échanger les derniers ragots (que tous les deux connaissaient déjà très bien), et ne remarquèrent pas les deux silhouettes qui se faufilaient discrètement dans les sous-bois et qui se planquèrent discrètement dans les hautes herbes. Cependant, aucuns des gardes ne ratèrent le canard mécanique à roulette (avec une grosse clef tournant sur le dos) qui surgit de ces hautes herbes. Poussant des "couacs" sonores, ce dernier se dirigea droit vers l'entrée avant de s'immobiliser aux pieds des gardes. Puis, un jet de liquide brun fumant jailli de son bec pour aller se déverses sur les chaussures de ces derniers. Le jet s’interrompit et un long silence gêné s'installa... Finalement, l'un des garde se baissa et goutta la substance marron pour confirmer son odorat.


Garde 1: Euh... le canard semble nous offrir du chocolat chaud... scratch
???: (Chuchotement assez bruyant) Euh... du coup, où est passé ma nitro?
Garde 2: (Dégainant son épée et se mettant en garde) Qui est l-ARGH!

Deux fléchettes avaient surgi des hautes herbes et s'étaient plantées dans les armures des gardes, les laissant perplexe pendant un instant (dû au fait qu'elles semblaient avoir été piqué de la taverne du coin... ou alors que quelqu'un avait pris la peine de les tailler en seringue et de peinturlurer une croix rouge sur fond blanc sur chacune d'entre elle). Puis, les gardes sombrèrent dans un sommeil profond, dans une symphonie de bruits de casserole.

Les deux silhouettes sortirent de leur cachettes pour faire les poches de leur victime. Le premier personnage semblait mettre un point d'honneur à paraître le plus louche possible, comme ses long cheveux gris sa robe de mage noire ou son bâton magique duquel pendouillait des cranes le témoignait. Son compère portait un épais manteau de cuir marron bourré de poche, et se trimballait un sac à dos assez volumineux qui cliquetait à chacun de ses pas. Les deux hommes étaient en outre armé de sarbacanes à rechargement automatique, desquelles pendouillait une chaîne de fléchette-seringues contenant des produits de couleurs différentes.


Nécromant: Je maintiens qu'un rayon de Malefeu bien placé aurait été bien plus efficace...
Derich: Et signaler notre présence à tous les magos du coin? Non merci.
N: Nous sommes à proximité d'un nœud de mana, donc les fuites... disons... accidentelles arrivent de temps à autre...
D: (Faisant les poches d'un des soldats pour récupérer un trousseau de clef) Tiens, d'ailleurs ta fléchette s'est planté un peu plus haut que prévu.
N: Jamais été doué à ce jeu...
D: Un peu plus et elle passait au dessus de l'armure à travers le cou...
N: C'est bien ce que je disais... Twisted Evil

Derich ouvrit la porte de la mine et entra prudemment dans la mine, tandis que le nécromant lançait ses sondes magiques. De son côté, Derich sortit 2 fioles à moitié remplies d'une des poches latérales de son sac à dos, et transvasa le contenu de l'une d'entre elle dans l'autre. Finalement, il posa le tout en évidence dans l'entrée et s'empressa de rejoindre son compère qui s'était avancé au premier embranchement.
N: Qu'es-ce que tu faisais?
D: Une expérience improvisée qui se base sur une mauvaise habitude des magos et qui va assurer nos arrières.
N: ... explosive?
D: Seulement pour ceux qui sont trop curieux... hammer
N: Hum... Comme prévu, il n'y a qu'une dizaine de garde (dont 2 magiciens) réparti un peu partout dans la mine. On devrait donc pouvoir les neutraliser sans trop de problème avant d'arriver à notre objectif.
D: Très bien, allons-y.


Les deux compères s'enfoncèrent dans le réseau de tunnels snippant tous les gardes qui avaient le malheur de se retrouver sur leur route. Quelques minutes suivant leur entrée, une explosion au loin fit trembler le souterrain, déclenchant un léger sourire chez Derich: "Et d'un sort de détection qui n'aurait vraiment pas dû être lancé... Twisted Evil ". Les canalisations de mana apparaissaient de plus en plus fréquemment, éclairant les couloirs d'une lumière bleu ciel. Finalement, les deux intrus arrivèrent à la chambre la plus profonde du réseau, une salle gigantesque où le mana à l'état brut affluait en son centre. Explosant la lourde porte qui gardait l'endroit, ces derniers entrèrent dans la salle. Un système de tuyauterie magique (régulièrement réenchanté par des magiciens diplômes en magie fondamentale) pompait le tout, avant d'être raffiné et distribué à la ville.

Derich retira son sac et en tira une grande plaque en aluminium relativement épaisse, parsemée de runes magiques. Un examen attentif révélait des fines courbes qui les connectaient entre elles, formant une sorte de circuit magique et qui rejoignait le centre de la plaque. Derich posa le tout sur le sol à proximité du flux.


D: (Montant au centre de sa plaque métallique) Parfait! Le cercle de voyage est prêt. Il ne te reste plus qu'à canaliser l'énergie nécessaire pour l'activer.
N: (après une légère hésitation) Bien entendu...

Le nécromant se concentra et les runes de son bâton pulsèrent pendant qu'il détournait une petit partie du courant de mana vers le cercle. Ce dernier commença à luire faiblement, avant de s'éteindre finalement lorsque l'énergie magique atteignit le centre. Surpris par cette résistance inattendue, le nécromant décida de revenir aux termes initiaux du contrat et détourna une grosse partie du courant de mana vers le cercle, quitte à griller ses composants et à forcer son associé à découvrir les joies de la mutation magique. Cependant, le cercle encaissa plutôt bien ce déluge de puissance et luisit intensément pendant qu'il s'activait complétement. Derich, nullement gêné par les étincelles de magie pure qui gravitait autours de lui, commença à disparaître peu à peu de ce plan de réalité.

Une fois seul, le nécromant jeta un dernier coup d’œil autour de lui, ne croyant pas sa chance. Puis, comme tout chaotique mauvais qui se respecte, ce dernier entama un monologue [1]:

N: Mouahahah! L'autre taré est parti en me laissant seul avec une source illimitée de mana. A moi les morts de masse spammable sans sur-coût de mana, à moi les légions de mort-vivants, à moi la puissance même d'un DEMI-DI-
???: Crrr... quoaaaak! Quooaaaaak! Crr... Bonjour-bonjour?

Le nécromant interrompit alors son délire de puissance pour remarquer une sorte de perroquet mécanique qui était resté au milieu du cercle de voyage venant d'être utilisé. Ce dernier grésilla encore pendant quelques secondes avant de lancer son enregistrement:
Perroquet mécanique: ""Bonjour-bonjour, 2-3-5-7-11? Ça commence?

Bon, si ce message se lance, c'est que le voyage dimensionnel a bien été enclenché comme prévu, et donc que je suis probablement parti explorer de nouveaux horizons. Alors ouiiiii, techniquement notre arrangement se termine dès ce moment, mais moralement, j'ai du mal à laisser un nécromancien seul avec une source de puissance quasi-infinie.

Cependant, si ce cercle a été activé, c'est en partie grâce à vous. Du coup , je me dois de vous signaler (très aimablement) que le cercle que vous venez à l'instant d'activer dispose de couches incrustés dans l'épaisseur de la plaque. Ainsi, j'ai pu détourner une partie de la puissance magique canalisée dans d'autre fonctionnalités amusantes, dont ce perroquet (que vous pouvez appeler Albert si ça vous chante) et un processus d'auto-destruction à retardement. Vous avez donc un peu moins de 5 minutes pour vous enfuir avant que l'explosion de mana se déclencha, et vu les puissances présentes dans la pièce... il est préférable de ne pas être dans les environs quand cela se produira.

Mais ne vous inquiétez pas.. le nœud de mana devrait théoriquement se restabiliser d'ici 1 ou 2 semaines... Vos expériences louches et votre déviation du flux officiel de mana devraient être toujours utilisable. Ma seule inquiétude va pour Albert dont les engrenages risquent hélas de périr dans cette affreeeeeuuse explosion.

Enfin bref: le temps presse, donc... bonne course... Very Happy ""

Alors que le perroquet lançait un semblant de sourire ironique (dans les limites de sa mécanique), le nécromancien n’eut que le temps de lancer un juron ("Floowerrrr!") et de sortir précipitamment de la salle de canalisation, avant que cette dernière ne saute assez violemment, provoquant l'extinction simultanée de toutes les lumières de Trentor. [2]


[1] Diverses théories expliquant l'origine des monologues coexistent. Certains y voient un simple moyen de remonter son égo souvent bafoué, cherchant une reconnaissance pour son talent qu'il n'a jamais eu au court de sa sombre carrière. D'autres y voient un moyen d'achever un héros d'une ultime attaque mentale, consistant à lui exposer comment le plan de conquête était foireux, lui faisant comprendre qu'il faut vraiment le faire pour ne pas avoir réussi à l'arrêter jusqu'à là. Une autre histoire raconte l'histoire d'un magicien qui était peu confiant sur la capacité des voix-offs à bien présenter le génie de son plan. Ce dernier décida donc de faire le travail lui-même et l'ultime instant venu, le héros immobilisé à ses pieds, il passa prés de 12 heures à expliquer en long et en large toutes les ficelles de sa conspiration, afin d'être certain que rien de son plan génial ne soit oublié.

Toujours est-il que le monologue final est une pratique assez courante, mais très risquée en l'absence du trait "Ralentissement temporelle pendant mon monologue". Ce dernier est probablement la seconde chose la plus importante à monter après la compétence "Rire démoniaque" (option "apnée" pour faire des dégâts mentaux supplémentaire sur la durée) et le don "Conception de plan foireux pour devenir maître du monde" qui est juste indispensable. [Source: "Devenez maître du monde en 10 leçons" - Auteur: "NX" ]


[2] Suite à ces événements, les canalisations de mana de Trentor demeurèrent à sec pendant 2 semaines environ. Face aux chiffres catastrophiques du budget de cette année là, la mairie de Trentor décida d'investir dans la fermentation des algues marines pour assurer une production énergétique de secours. Cependant, nuls n'avait prévu l'installation d'un groupe de hippie elfes qui ont découvert que ces algues étaient un substitut économique et bien plus puissant en comparaison de leur herbe à pipe habituelle. Puis, suite à un incendie enfuma la ville tout entière, des baleines chevauchant des arcs-en-ciel géant attaquèrent les bas quartiers (à moins que ce soit une invasion d'écureuil jaune-fluo armés de mitraillettes chargés de noisettes... ça dépend des versions), causant l'évacuation immédiate de la totalité de la population. La ville fut donc subitement abandonnée et plus personne n'y retourna...

****
- Bon... Trentor: c'est fait. Revenons donc légèrement dans le temps pour suivre Derich qui effectuait son voyage sans trop d'accrocs. Un kaléidoscope d'image se succédait pendant qu'il suivait une trajectoire prédéfinie entre les mondes et qu'il passait par... hum... Kévin? Tu es bien allé voir l'administrateur réseau-des-portails comme je te l'ai dis?
K: Oui patron! Même qu'il m'a passé un savon pendant 1 heure sur le fait que les moniteurs ne sont pas là pour aller surveiller les PNJs danseuses du night club des déflorées.
- ... Je savais que je faisais bien de t'y envoyer... Bon, va me chercher un café bien fort et très serré, ça va bientôt devenir compliqué...
K: Vous pouvez pas y aller pour une fois? Après tout la machine est seulement à quelques pièces d'ici...
- Kévin!
K: J'y vais patron!

Donc, reprenons... blablabla Trentor... kaléidoscope... ah voilà. D'un coup tout s'arrêta et, surpris que le voyage ait duré aussi peu de temps, Derich entrouvrit les yeux. Il découvrit un long couloir blanc aux murs légèrement floutés et parsemés d'affiches diverses et variées (comportant des slogans syndicalistes comme "Moins de lancers, plus de RPs!" ou des vieux prospectus tels que "Changement à la 3.5 - relisez le règlements").


*Hum Hum*

Derich se retourna et découvrit un bureau surchargé de paperasse situé en bout de couloir. Il commença à se diriger ver-

Kévin: (Traversant le couloir à toute vitesse) ...-atrooon! Il ne rESTE PLUS QUE DU DECAFEINE ! QU'ES-CE Qu'on fait? On va jamais ten-...

Oh mais zut! Bravo Kévin! Tu as complétement cassé mon effet de style! Bon maintenant reste ici et attend que le PJ s'en aie avant de faire plus de tuliperies! Je disais donc, Derich commençait à se diriger vers le bureau quand il fut soudainement distrait par un individu à la coiffure d'un hérisson qui semblait prendre plaisir à courir en hurlant dans les couloirs pour embrouiller ma narration!
K: Roh! Vous êtes dûr patron!
- Kévin! Chut!
Je disais donc... Derich, intrigué par ce toussotement se... euh... dirige vers la porte vers laquelle le porc-épic était rentrée et... Oh non, pas par là, pas par là !!!


*HUM HUM*

Distrait de la poignée de la porte par le toussotement qui s'était fait bien plus insistant, Derich rebroussa chemin et s'approcha (enfin!) du bureau en bout de couloir. (Kévin, rajoute une commode devant la porte au cas où il pense à ses explosifs). Derrière le bureau émergeait une quinquagénaire aux lunettes carrées et au regard d'acier. Elle portait une robe démodée (bleu délavée comportant des motifs de pissenlit jaune), ses rides témoignaient son âge avancée (d'ailleurs, 56 ans ça s'arrondit plutôt à la soixantaine, non?) et...
Adélaïne: Vous savez que je vous entends parfaitement? :raleur:
- ... Ah oui... Pardon. :whistle: Ah ah... sacrée Adélaïne.... Donc, cette dernière était assise tranquillement (tel un vautour surveillant ses proies) une page imprimée dans sa main gauche et une tasse de camomille à proximité de sa main droite.

Derrière elle se trouvait une grande étagère de dossiers plus ou moins épais (la série des "Liste des victimes de NécroX" , "Dossier Farfade" et "Surveillance Galdwyn" occupant toute une rangée à eux tous seuls). Un léger coup d’œil de la vielle dissuada l'inventeur d'en découvrir plus et l'invita à aller s'asseoir en face d'elle. Après quelques secondes à finir de lire sa note et à griffonner sèchement dans le coin de cette dernière, Adélaïne se tourna vers Derich et l'examina d'haut en bas:


A: Bonjour... vous êtes bien Derich, voyageur dimensionnel de classe A? Suspect
D: (prudemment) Euh... oui, c'est bien moi... Et pourquoi classe A?
A: "À l'arrache", classe presque spécialement créée pour vous... Bref, nous nous informons que vous vous dirigez vers une zone dimensionnelle tombant sous la législation DAD allégée et sous la juridiction du tout-puissant Haimji. Conformément au paragraphe 3.1.5 de cette législation, vous êtes tenu de remplir le formulaire FP-35 avant de procéder à la suite de votre voyage.
D: Euh... pourquoi pas, mais pouviez-vous me dire où je me trouve?

Arf... pas facile à gérer... Bon, voyons qu'es-ce qu'on peut sortir comme distraction pour éviter de répondre à cette quest-
A: (utilisant sa fameuse intimidation "regard sévère au dessus de ses lunettes") Dois-je comprendre que vous refusez de remplir le formulaire FP-35 ?
D: Euh... non j'ai jamais dit cela. J'aimerais juste savoir où je suis avant de le remp-
A: Donc, en ce moment même vous refusez de remplir le formulaire FP-35.
D: ... Par pure curiosité, que se passerait-il si je refuse de remplir ce formulaire?

Vraiment coriace, voyons voir comment Adélaïne se débrouille...
A: (S'affalant sur le dossier de sa chaise avec un sourire inquiétant... (eh! Pourquoi dois-je aussi faire un jet de volonté?) ) Ah... rien de bien fâcheux. Nous nous occupons juste de rediriger vers une dimension connexe hors de notre dimension. Vous auriez donc le choix entre une dimension peuplée de démons et de chiens de l'enfer, et une autre désertique où seule une ville d'humains complétement shootés vivent, contrôlés par une IA maléfique...
D: ... vous avez un stylo?
A: Sur votre droite... Vérifiez bien toutes les informations avant de signer.

Après quelques minutes de lectures pendant lesquelles Derich s'étonnait que tant d'informations avait pu s'accumuler à son sujet, Adélaïne démontrait ses compétences d'intimidation au stylo rouge (classée maître), Derich signa en bas et rendit tout à Adélaïne.
A: Félicitations, vous êtes désormais en règle. Vous êtes maintenant libre de vaquer à vos occupations et vous allez être très bientôt téléporté à votre destination.
D: Et maintenant que j'ai remplis ce fichu formulaire, es-ce que vous pouvez enfin me dire où j'ai atterri?
A: (Disparaissant petit à petit tandis que le lieu tout entier devenait de plus en plus flou) Que l'icosaèdre vous soit favorable...
D: Mais attendez!

Après un très court voyage dimensionnel, Derich se retrouva alors dans un tout autre lieu, complètement obscur et assez poussiéreux...


Dernière édition par Derich le Mer 17 Oct - 20:12, édité 1 fois (Raison : Orthographe, quand tu nous tiens...)
avatar
Derich
Une dernière pour la route

Masculin Nombre de messages : 43
Age : 28
Localisation : Paumé entre les dimensions
Archétype : Scientifique fou option catastrophe
Job/Hobbies : Les bricolages tordus et expériences explosives
Date d'inscription : 29/08/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les alentours plus ou moins proches de la ville

Message par nécroX le Lun 3 Juin - 12:33

Plus ou moins à la même période, l’Anomalie Tétra-Scintillante, goélette partie de Montempest, faisait voile vers son port d’attache, les îles Tropikaña. Le temps était radieux et le vent favorable (comme souvent quand les conditions de navigation sont contrôlées par des esprits), et les quelques passagers profitaient du soleil sur le pont. L’un d’entre eux était un homme entre deux âges, replet et chauve. Il n’était vêtu que d’un peignoir ouvert sur un caleçon de bain ; mais un œil attentif aurait vite repéré à la qualité des tissus que leur porteur était un homme fortuné. Pour les yeux moins attentifs, il y avait toujours la lourde chaîne en or, les multiples bagues et les deux gardes du corps qui envoyaient grosso modo le même message.
Cet homme, allongé dans un transat, un grand verre d’une mystérieuse mais délicieuse boisson tropikañienne en main, tourna un regard curieux vers le passager assis non loin de lui. Il ne croyait pas l’avoir aperçu depuis le début de la traversée, il s’en serait souvenu. L’individu, un humain maigre et maladif qui persistait à porter des robes noires par ce temps, s’était abrité sous un échafaudage de quatre ou cinq parasols et lisait un épais tome d’aspect ancien en marmonnant d’un air grincheux. De temps à autre il lançait un sort, déclenchant un crépitement d’étincelles ou une explosion de fumée nauséabonde ; à en juger par son air frustré, il n’en obtenait cependant pas l’effet escompté.
Très vite, le riche passager en eut assez d’avoir les oreilles écorchées par des mots de pouvoir gutturaux, et les narines agressées par des odeurs de soufre et de cendre. Sur un geste de sa main baguée, un de ses gardes du corps s’approcha de l’importun.


??? : Khâra’ambâh, encore raté ! Temps de tulipe, aussi … Comment je suis censé me concentrer ? Même les cadavres de la XIIIème dynastie n’étaient pas autant desséchés pendant la momification …
Garde du corps : Pourriez-vous regagner votre cabine, monsieur ?
??? : Quoi ?
GdC : Il serait préférable que vous regagniez votre cabine.
??? : Il serait préférable que tu aies dit adieu à ta famille si tu veux poursuivre cette conversation. Je ne suis pas là par choix, le capitaine a demandé à ce que ma cabine soit exorcisée parce que «mes entropoussières négatives affectent l’exponent karmique de la balance astrale dans le Wyrd» de son bateau. Rien compris. Je hais les Tropikañiens. Où j’en étais …
GdC : Vous importunez monseigneur Anoreth Merune.
??? : Le golem de bonne chère là-bas ? Qu’il aille se faire cuire un œuf de dracoliche. Et je te jure que tu as de la chance de me faire de l’ombre, là, sinon tu ne serais déjà plus qu’une paire de bottes fumantes et une vilaine tache sur le pont.
Anoreth : Amenez-moi ce drôle.
??? (se levant et s’approchant) : S’il faut en passer par là pour être tranquille … *craquement poussiéreux de phalanges fossilisées* Vous n’avez donc rien retenu de vos classiques ? «Ne vous mêlez pas des affaires de magiciens, car ils sont instables et prompts au génoci-» Pardon, vous avez dit Merune ? De la famille des princes marchands Merune ? Qui a récemment pris la tête de l’Assemblée des Guildes d’Aurégano, suite au funeste destin de la famille Vize ?
Anoreth : Soi-même. Ainsi donc vous connaissez mon rang …
??? : Et comment ! Vous ne me reconnaissez pas ? Peut-être que si je fronçais un peu plus les sourcils, comme ça ? Les cheveux plus en bataille ? Une tête de Markus Vize dans la main, peut-être ?
GdC : affraid NécroX !!!

Monseigneur Merune recracha son cocktail, tandis que les gardes du corps dégainaient leurs armes avec une promptitude digne de leur imposant salaire.
Wah c’était NécroX le personnage mystère ? Trop ouf !!!
Kevin, inutile de complimenter cette non-tentative de suspense, le fayotage ne te va pas.


NX : Du calme, du calme ! Quand même, j’aurais cru cet avis de recherche plus ressemblant. Avec le mal que je me suis donné …
Anoreth : Vous avez sordidement assassiné le patriarche des Vize !
NX : Et vous avez profité du chaos qui en a résulté pour faire liquider le reste de la famille. Pas de fausse modestie entre nous, je suis plutôt fan de ce que vous faites.
Anoreth : … Vraiment ?
NX : C’est un peu bourgeois à mon goût, mais ça reste du massacre efficace et sans bavure. Vous employez de bons mercenaires. D’ailleurs, dites à ces deux-là de se détendre, je ne vais pas vous tuer. Le clienticide est contraire au business tropikañien, donc proscrit à bord de leurs navires. Ce qui, au passage, est une autre raison de détester les conditions de voyage. Par contre, j’ai tout à fait le droit d’éradiquer vos sous-fifres, donc ils devraient arrêter d’éprouver ma patience, c’est une des choses les plus mortes chez moi.

Sur un signe de leur employeur, les deux sbires rengainèrent leurs armes et reprirent leur poste initial.

Anoreth : Vous êtes un personnage intéressant … Prenez donc un siège, et discutons quelques instants.
NX : Après tout pourquoi pas, je n’arrive à rien …
Anoreth : Karl, approchez donc les parasols de mon invité. Puis-je vous demander si votre présence ici a un rapport avec le meurtre de Vize ?
NX : Pas du tout ! Simple coïncidence. Vous vous rendez aux îles Tropikaña – pour quelques broutilles bancaires plus ou moins officieuses suite à la passation de pouvoir, j’imagine. Il se trouve que j’y vais aussi ; et à part les galions de plaisance pour touristes, qui sont proprement invivables, il n’y a pas tant de navires que ça qui prennent des passagers.
Anoreth : Et ils ne prennent pas n’importe qui … Seulement ceux qui peuvent présenter un intérêt particulier pour les échelons supérieurs du management des holdings Tropikaña …
NX : Qu’est-ce que vous croyez ? J’ai quelques relations, moi aussi. Des gens influents, un peu partout sur le continent. Principalement des types qui ont pu entrer dans la carrière car leurs aînés n’y étaient plus. J’avais eu des mots avec eux. Des mots de pouvoir.
Anoreth : Tiens donc …
NX : Du coup, maintenant ces gens ressentent pour moi ce mélange de reconnaissance intéressée et de terreur salutaire que j’aime appeler la confiance. Wink
Anoreth : Je ne crois pas que nous en soyions là, malgré la part que vous avez prise à la récente élévation sociale de ma famille. A ce propos, il me faut vous demander : pourquoi tuer Markus Vize ?
NX : Un point de détail. Vous voyez, j’ai tendance à accumuler, sans vraiment faire attention, les charges judiciaires. Dans la majorité des cas, je m’en débarrasse de la manière la plus simple qui soit : j’attends quelques fractions d’espérance de vie, jusqu’à ce qu’il y ait prescription. Cependant, pour certaines de mes actions, j’aime au contraire rester à la page, c’est important pour mon CV. Il se trouve qu’à mon dernier passage à Aurégano, j’avais participé à une petite expérience amusante, impliquant une âme capturée et transférée dans une succession de victimes qui étaient tuées au fur et à mesure, et on prend la même âme et on recommence.
Anoreth : De nos jours cette histoire est considérée comme une légende urbaine …
NX : Oui, c’est toujours dur de préserver la vérité. On avait essayé de garder des témoins, mais ils sont devenus fous. Bref, suite à cette fameuse nuit, les magistrats, en plus des condamnations classiques pour meurtres rituels en série sur victimes non consentantes, ont été forcés de modifier le Code civil pour créer l’accusation « meurtre rituel commis à répétition sur victime récidiviste non consentante ». Dans certains cercles de la communauté nécromantique, ce genre de distinction vaut autant qu’une publication dans une revue spécialisée, comme UnNature ou Science et Non-Vie. Alors imaginez ma contrariété, en repassant dans le coin, de découvrir qu’il y avait prescription depuis quelques décennies et que l’affaire était classée ! Je suis allé me plaindre à qui de droit, en l’occurrence Markus Vize ; j’ai demandé qu’on rouvre le dossier, il n’a rien voulu entendre. Le ton est monté, mes mots ont dépassé ma pensée, ses os ont défoncé sa trachée. C’est là que ça a commencé à déraper. Mais puisque j’en retire un nouvel avis de recherche, je suppose que tout est bien qui finit bien.
Anoreth : Je vous remercie de ce passionnant récit … Karl, rapportez ce cocktail au bar, et revenez avec quelque chose de plus fort. pale Mais assez parlé de vos aventures passées, changeons de sujet ! Qu’est-ce qui vous amène aux îles Tropikaña ? Les affaires, ou l’agrément ?
NX : Le désagrément. Celui d’autres personnes, principalement.
Anoreth : Evidemment …
NX : Aïe aïe aïe ... Merci pour la conversation, ça m’a bien changé les idées, mais je vais devoir vous laisser, je crois que mon fléau de pseudo-fils revient de la pêche.

Une grosse masse de chair grise et couturée de quatre mètres de haut approchait d’un pas lourd. Sur son épaule, il portait une canne à pêche qui était visiblement il y a peu un espar du gréement où avait été vissé un moulinet. Au bout de la canne pendait un énorme requin.

Anoreth : Votre fils ? … La ressemblance est frappante. Il est grand pour son âge ! … Je suppose.
NX : Mais non, lui n’est pas mon fils ! Lui c’est Gruh, un golem de chair.
Gruh (jetant le requin aux pieds de NécroX) : Gruh.
NX : Gruh VII, pour être précis. Depuis le début de mes voyages, j’ai déjà dû le reconstituer six fois. C’est fou ce que ces trucs attirent les paladins et autres excités ! Heureusement, les foules de paysans avec torches et fourches ne sont rien d’autre que de la matière première en devenir, pas vrai ?

Le requin fut secoué de convulsions, ajoutant au malaise grandissant d’Anoreth Merune. Un homme-lézard aux écailles mauves s’extirpa de la gueule du squale et bondit sur ses pieds dans un gloussement. Le visage de NécroX sembla glisser de quelques degrés supplémentaires vers le cadavérique.

Luke : Daddy ! Tu avais raison, la pêche c’est super fun ! Les poissons sont très joueurs !
NX : Je l’ai toujours dit, c’est le choix de l’appât qui compte. Belle prise, Luke ! Ces mâchoires ont un angle d’ouverture appréciable, et j’aime beaucoup ces multiples rangées de dents. On dirait bien que Gruh VIII va être doté d’un beau sourire !
Luke : Tiptop cool Daddy ! A quoi on joue maintenant ?
NX : Je travaille, là …
Luke : Mais t’as déjà dit ça hier ! On joue allezdisallezallezonjouedisallez … :pt1cab:
NX : Evil or Very Mad LA FERME, PAUVRE LARVE DE STRIGE ! *profoooonde respiration* Bon, ok … On va jouer à «Poule».
Luke : C’est quoi Poule ? Je sais jouer à Chat mais pas à Poule !
NX : C’est simple. Regarde en l’air. Tu vois le ciel là-haut ?
Luke : Yep Daddy ! Je le vois ! Et maintenant ?
NX : Maintenant, je dis «Poule». Twisted Evil

Sur un signe du nécromant, Gruh saisit le lézard par le cou et le lança vers le ciel de toutes ses forces. La magie noire se concentra autour de la main de NécroX, qui visa et tira un rayon obscur. Puis une douzaine d’autres en rafale.

NX : Le malfeu me manque … Vivement que je récupère mon bâton.
Anoreth : Je vais vous laisser, je crois …
NX : Ca vaut mieux. Le temps est en train de changer.

Un Luke fumant s’écrasa sur le pont, bientôt rejoint par deux mouettes, un goéland et deux poulies du gréement.

Luke : :kaput: MEGALOL ! Encore ! Acoracoracor !
NX (préparant un Skull of Despair, sans malfeu mais avec double dose de Despair) : POULE ! :batte:
Gruh: Gruh.

_________________
Join the dark side, we have cookies.
avatar
nécroX
La Mort en Marche

Masculin Nombre de messages : 1096
Age : 29
Localisation : Si tu poses la question, la réponse n'a déjà plus d'importance.
Archétype : nécromancien en quête du pouvoir absolu
Job/Hobbies : complots arcaniques (pour les deux)
Date d'inscription : 25/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les alentours plus ou moins proches de la ville

Message par Emrys Uldianor le Dim 9 Nov - 18:49

Dans les alentours de D-City, quelque part entre Loin, très loin, et dans un coin paumé.
Emrys planta son bâton dans le sol de la Lande qui paraissait ne pas connaître la définition de "fin" (ou alors elle s'en foutait royalement), se frotta les yeux et reporta son attention sur la Rune-Boussole qui flottait au dessus de sa main. Le symbole magique en forme de flèche indiquait le Nord depuis tellement longtemps que le mage se demandait si il ne s'était pas trompé lors du lancement du sort.


Emrys, qui trouve le temps tellement long qu'il se met a parler tout seul: Mais c'est pas possible... Le  fauteuil de Tonton Albrus Darmalien... Mais qu'est-ce qu'il m'a prit ? En même temps le laisser avec un fauteuil a translocalisation Interspatiale... Et avec un peu de chance, il utilise le bouton "Voyage aléatoire, ou laisser vous guider dans vos premier pas dans la téléportation !"... Je le retrouve dans le placard de paperasse de la Mairie car il voulait invoquer des petits beurres avec la liste électorale, dans un fut de BAN de la Taverne parce que "un élémentaire de Bière, c'est cool !", dans la fontaine de la ville alors que, complètement bourré, il lançait des défis plus farfelus les uns que les autres a un poisson (Naimeau, je crois), au beau milieu du Coliseum en train d'essayer de carboniser toute la mafia gobeline d'un coup, et là, il me vole une relique familiale ?! Et en plus j'ai du supporter les Grettas parce qu'elles l'ont retrouvé dans leur baignoire....Il va M'ENTENDRE !!!

Avec un soupir résigné, le jeune homme reporta son attention vers la Rune, éperonna sa monture (un cheval a corne d'antilope allègrement volé a Jacques Pomme lors de leur... contentieux) et repartit a la recherche d'Amalien.


Au bout d'un long (mais alors LOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOONG moment) le mage parvint devant une montagne. Emrys leva les yeux au ciel devant l'écriteau nain "ATTENTION ! BALROG, TROUS ET TROLLS ! NE PAS ENTRER !". C'était ça de se téléporter directement a l'intérieur des donjons, on n'a pas l'occasion de lire ce qui est écrit sur la porte. Après avoir passé la porte (mot de passe: Bière au Melon. A ces nains, je vous jure. En plus ça doit être dégueulasse), Emrys entreprit de fouiller méticuleusement ce qui semblait être une mine naine abandonnée a l'aide de son sort-Boussole. C'est alors qu'il parvint a un pont partiellement détruit dont sa rune indiqué le centre, pile a l'endroit où le pont s'était effondré. Le mage se pencha, mais ne put rien discerner a travers le sombre brouillard qui tapissait l'abysse. Soudain, dans un CRASSSSH et un nuage de fumée, Amalien, toujours dans son étrange machine, se matérialisa sur le pont.


Emrys, brillant d'une énergie magique tout juste contenue: AMALIEN !!!

Amalien, tout en ignorant royalement sa remarque et en jetant un regard dans le vide : Papy Jacques n'a pas l'air très content.

Puis, avec un petit geste de la main pour Emrys, il se dématérialisa. Avant que le Mage n'ait pu vraiment péter un plomb, "papy Jacques" fit son entrée. Une puissante odeur de souffre assaillit les narines du jeune homme. Ce qu'il avait au début prit pour de l'obscurité entra alors en mouvement. Tel un essaim de guêpes vrombissantes et furieuses, un immense nuage de fumée plus noire que le cœur de NecroX se dressa sur les restes du pont qui se reconstruisit dans un craquement d'enfer. A l'intérieur de ces indicibles ténèbres, un feu infernal s'embrassa, dessinant une large silhouette vaguement humanoïde et cornue. Pour finir, "Papy Jacques" fit claquer un long fouet de lave tandis qu'un immense espadon de flammes  se matérialisait dans sa main.

Le Balrog: Je suis le Seigneur de cette Mine, maître de la Mort-au-Ria, Flamme d'Udoune, et Grand Balrog. Je suis de retour et vais assouvir cette terre ! En commençant par toi, l'humain. J'ai affronté un de vos meilleurs mage, et l'ai vaincu.

Attendez, chef, le Balrog a pas vaincu Gandalfeuh ! Il est mort et Gandalfeuh le Gris est mort de fatigue après. Enfin, il a ressusciter aussi...
Kevin ? Rappelle moi ton poste ici.
Euh... Stagiaire ?
Exactement. Donc tu te tait et tu regarde. Laisse le méchant faire son speech, si tu crois que qui que se soit a cru au délires de Dragon Bowls Zed


Le Balrog: Tu vas périr ! Et corps et âme, tu m’appartiendra !

Mais ça fait aucun sens !!!
Tût tût tût, Kevin. Et le Balrog, dans toute sa puissance et sa grandeur (au sens physique du terme) asséna un coup de son épée sur Emrys.


Emrys : Manquait plus que ça  Rolling Eyes
Ill eut juste le temps de tracer une rune bouclier sur laquelle rebondit l'épée du monstre. En jurant que ça allait faire mal, il fit tourner son anneau. Dans un éclair argenté se matérialisa un Chevalier en armure d'argent. Tandis qu'Emrys traçait différentes runes et cercles magiques autour de lui, l'invocation engagea un combat contre le monstre, dans lequel il était un aidé par différentes runes scintillant sur son armure. Emrys sorti son grimoire et commença a réciter une longue, archaïque et antique formule pendant que les symboles qu'il avait tracé se dirigeait vers le Balrog. Ce dernier, trop occupé par son combat, ne s' en rendit pas compte immédiatement.  Quand les différents symboles furent en place, Emrys s'approcha du monstre.

Emrys : Par les symboles de la Lune et des étoiles, par Hysh et par Quirt, par le feu blanc et l'astre solaire, par le Roi et par les marrées, dans les abysses de ta naissance a jamais tu vas resté ! Clairement trop protocolaire pour moi ce truc... en plus ce n'est pas du tout adapté a la situation.

Les runes entrèrent en action: elles se rassemblèrent pour former des chaînes et de liens qui entravèrent le balrog qui voulut se libérer. Le chevalier d'argent ne le laissait cependant pas faire en continuant de le harceler de la pointe de son épée. Mais le sort n'étais pas finis. Emrys claqua des doigts et les liens runiques entraînèrent le monstre dans l'obscurité sous le pont. Avec des gestes lents et fatigués Emrys invoqua un pentacle qui se plaça comme un couvercle au dessus de la nouvelles prison du Balrog. Avec un soupir épuisé, Emrys tomba a genoux.  Il y avait laissé pas mal d'énergie (après tout le Balrog était au summum de sa puissance), et ce serait un miracle si le sceau tenait ne serait-ce qu'un an.  Le mage plongea sa main dans sa poche et en sorti une petite amulette en os qu'il lâcha sur le pentacle. Quand elle entra en contact avec ce dernier, des étincelles bleutées crépitèrent sur le symbole. L'amulette servirais de batterie au sort: tant que l'enchantement de l'amulette serait actif, le sort aussi.  Épuisé, Emrys révoqua son chevalier d'argent.

Emrys : Oh et puis tulipe. Amalien, tu me saoule,  je tenterais un truc a la maison.

A l'aide de son bâton,  il traça un symbole de transfert et disparu.


Dernière édition par nécroX le Mer 17 Fév - 21:28, édité 3 fois (Raison : ;)
avatar
Emrys Uldianor
Meillleeuur *hic* aami *snif*

Masculin Nombre de messages : 26
Age : 19
Job/Hobbies : Des choses et d'autres...
Date d'inscription : 08/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les alentours plus ou moins proches de la ville

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum