[Littérature] Les Rêveries de la Bibliothèque Simili-Occulte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Littérature] Les Rêveries de la Bibliothèque Simili-Occulte

Message par Galdwyn Darkyl le Ven 26 Mar - 11:22

Le rêve est une chose bien étrange. Pour certain, il s'agirait d'une forme d'inventaire du cerveau, qui passerait en revue toutes les informations qu'il contient, et que le subconscient relierait entre elles à son gré. Pour d'autres, le moyen d'expression privilégié de notre inconscient. Pour d'autres encore, le moyen de voir de vieux amis se casser la figure d'un pont nain en compagnie d'un démon majeur.
Toujours est-il que le rêve est généralement incontrôlable, parfois indésirable et souvent sans aucun sens commun avec la réalité. Mais si l'on s'en tient à la première interprétation, alors même une machine, une intelligence artificielle pourrait rêver, pour peu qu'elle soit dotée d'une sorte de court-circuit conscient en elle, qui aurait une âme fixée à un amas d'impulsions électriques.
Après moultes réflexions, c'est la conclusion à laquelle Galdwyn Darkyl avait abouti alors qu'il essayait de comprendre d'où venaient les “souvenirs” erratiques qui l'assaillaient lorsqu'il fusionnait avec Roger, le système de Sécurité de la Bibliothèque Simili-Occulte. Des histoires, des scènes semblant réelles, mais qui pour des raisons variées ne pouvaient pas avoir existé. Comme si quelqu'un avait pris tout un tas d'éléments réels et connus et les avait utilisés pour concocter une sorte de chimère.

Un rêve. Avec sa gigantesque base de données, avec l'intelligence artificielle capable de faire le lien, et avec le court-circuit -son propriétaire-, la Bibliothèque Simili-Occulte rêvait.

Car cela ne pouvaient être que des rêves! Ce que l'on pouvait voir en ayant accès à ces données d'origine inconnue ne s'était SÛREMENT JAMAIS passé, n'est-ce pas? Very Happy

A moins que... Rolling Eyes

_________________
Looking for something I've never seen...
avatar
Galdwyn Darkyl
Intelligence Pénétrante

Masculin Nombre de messages : 669
Age : 29
Localisation : si tu as de la chance, entre tes mains
Archétype : Artefact Intelligent
Job/Hobbies : la Connaissance, la Magie, les pierres à aiguiser de qualité
Date d'inscription : 16/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Rêve Premier

Message par Galdwyn Darkyl le Ven 26 Mar - 13:51

La Scène se passe dans un gigantesque bâtiment. Du reste, non, ce n'est pas un bâtiment: c'est un ensemble tortueux de tours, de halls, de caveaux, de salles monumentales et de couloirs étroits, le tout rassemblé au sein de puissants murs et juché au sommet d'une sorte de falaise. Les multiples traces de brûlures sur les murs, les réparations récentes de la construction plusieurs fois millénaire et l'énergie magique et chaotique bouillonnant dans les moindres recoins indiquent sans la moindre hésitation qu'il s'agit d'une Académie de Magie, sans doute particulièrement ancienne et renommée.

On passe les centaines d'étudiants tapageurs et agités de la baguette d'apprenti-sorcier pour descendre dans les sous-sols, tourner à droite juste après la gargouille décapitée et se faufiler dans l'étroit passage dissimulé dans l'ombre qui mène à un ensemble de cryptes poussiéreuses, dont l'une semble habitée, au vue de la lumière tremblotante filtrant par les ouvertures du caveau. On écarte un lourd rideau de cuir pour pénétrer dans une salle de dimensions moyennes, aux murs surchargés d'étagères bricolées remplies de livres à l'aspect peu engageant ou de parchemins craquelés. Dans un coin, une sorte de paillasse est installée entre deux lourds coffres débordant d'objets dont on préfère ignorer l'utilité, et une large et épaisse table en bois de chêne maculé de taches sombres occupe toute la largeur du fond de la pièce.

Penché sur ce qui se trouve sur la table (une silhouette vaguement humanoïde que toute personne sensée évitera de détailler plus avant), un étudiant marmonne des propos incompréhensibles tout en feuilletant un grimoire aux pages couvertes de signe cabalistiques. Sa concentration est telle qu'il ne cligne même pas des yeux lorsqu'un professeur rentre brusquement dans la crypte, écartant rageusement le rideau et interpellant rudement le jeune homme nommé...

« Dawarsen! Encore vous? » :raleur:

______________________________________________________________________________________________________________

Ledit Dawarsen est à première vue un jeune humain de taille moyenne et de constitution plutôt fine. Il porte sans doute l'uniforme de l'école, à savoir une tunique grise sous une large cape noire. Point notable, ses cheveux blancs mi-longs, son teint pâle et surtout le regard courroucé et rien moins que respectueux qu'il darde sur son visiteur.


Professeur: "Vous êtes intenable, Dawarsen! C'est la Onzième fois cette année que l'on vous prend à effectuer des recherches et des expériences hors des salles spécialisées, et que vous passez votre temps dans je ne sais quelle cachette en sêchant les cours comme bon vous semble!

Jeune NécroX: Onze fois, déjà? Il faut décidément que je trouve des endroits plus discrets... Et alors? En quoi ça vous dérange? Je suis présent à tous les examens, et je n'ai que modérément mutilé les trublions qui venaient me casser les pieds. Qu'est-ce que vous allez me faire, hein? Me donner une retenue? Me virer?

Professeur: Cette attitude ne vous mènera nulle part, mon jeune ami. Le fait que votre aïeule compte parmi les plus gros investisseurs de notre établissement ne vous protégera pas éternellement! En attendant, vous allez me faire le plaisir de regagner votre dortoir, et en vitesse! Je confisque votre matériel en attendant, je vous restituerais celles de vos "affaires" qui ont leur place dans une chambre d'étudiant digne de ce nom!"

On suit le futur tristement célèbre mage noir alors qu'il grimpe les escaliers menant à une petite tour secondaire, et pousse une petite porte donnant sur un grand dortoir en forme d'anneau -le centre étant occupé par les murs de la cage d'escaliers. Il traverse la salle sans accorder à l'assistance le moindre regard, ni noter ceux tantôt méfiants ou hostiles qu'on lui dédie. Il va s'affaler sur son lit (la couchette du bas. On peut noter l'air perpétuellement tendu de celui qui occupe celle du haut), et est tiré de ses réflexions par les éclats de voix venant de quelques rangées plus loin.

Etudiant 1: "Encore un concours entre académies de magie?

Etudiant 2: Oui. Encore un moyen pour les grandes écoles de la région de prouver leur supériorité afin d'attirer plus de fonds et d'élèves...

Etudiant 1: et ça porte sur quoi, cette année? Duels? Invocations? Création de sortilèges?

Etudiant 3: Nan... Je sais pas ce qu'ils ont pris comme sortilège avant de trouver le sujet, mais je veux qu'on me fasse le même: le thème est un concours de chant!

LG -y compris NécroX qui dresse une oreille-: Quoi? Suspect

Etudiant 3: Je cite: "afin de prouver la maîtrise des énergies magiques dans un domaine aussi délicat que l'art, et insister sur l'application des pouvoirs de mage dans un contexte inattendu, le prochain concours inter-écoles de Magie portera sur une compétition de chant. Les concurrents passeront en groupe ou seul, suivant leur choix, avec le type de magie de leur préférence. Le jury se concentrera sur" bla bla bla.

Etudiant 2: Ils savent plus quoi inventer. Pourtant, c'est vrai que ça ouvre pas mal de possibilités...

Etudiant 1: Des sorts d'illusions? Son Imaginaire, Image Accomplie, etc... Il y a sûrement de quoi obtenir quelque chose d'intéressant au niveau musical, non?

Etudiant 2: Pas bête... Personnellement, je pencherais plutôt pour la magie d'invocation.

Etudiant 1: Comment ça? tu penses qu'invoquer une bande de milles-pattes géants va te faire chanter mieux?

Etudiant 2: Avec des milles-pattes, non, mais avec un Contrat avec l'une ou l'autre entité Céleste, le résultat devrait être sympa. Razz

Etudiant 3: Eh bien, en fin de compte il se pourrait que ce concours vaille la peine de se déplacer... Tout le monde trouvera bien le moyen d'adapter sa branche de magie favorite aux besoins d'une chorale! Enfin... Presque tout le monde, j'imagine. Hey, Dawarsen!

NécroX lança un regard mauvais à l'olibrius qui venait de l'apostropher aussi cavalièrement. De manière presque imperceptible, les voisins immédiats du fâcheux s'éloignèrent de la ligne de mire du plus talentueux des étudiants spécialisés nécromancie.

Etudiant 3: Je suppose que tu ne comptes pas y participer, toi, au concours, pas vrai? Les Illusions, les Invocations, peut-être même l'Évocation ou les Abjurations, tout le monde doit pouvoir trouver le moyen de se qualifier. Mais malgré toutes tes compétences de trifouilleur d'entrailles, je ne vois vraiment pas ce que tu pourrais bien faire pour gagner!

NécroX, un petit sourire au coin des lèvres: Pourtant, il y a un sort de ma spécialité qui serait tout à fait adapté à la situation, et qui annihilerait toute concurrence sans coup férir.

Etudiant 3, l'air franchement amusé: Vraiment? et lequel, si ce n'est pas indiscret? Laughing

NX: le sort "Cri de la Banshee", pourquoi? A ce qui paraît, le son de sa voix a de quoi ravir les âmes..." démoniaque

Abandonnant toute prétentions, les élèves du dortoir se précipitèrent vers la sortie en se bouchant les oreilles de toute leurs forces.
______________________________________________________________________________________________________________

Plus tard, dans le bureau du professeur Gryzniewski, enseignant en Démonologie:

Pr. Démonologiste Gryzniewski, voyant la porte s'ouvrir sur un jeune étudiant au cheveux blancs: "Ah, étudiant Dawarsen, parfait.

NécroX, moins irrespectueux que d'habitude: Vous m'avez fait demander, monsieur?

PDG: Oui, le conseil des professeurs m'a demandé de gérer vos dernières incartades. Ils ont l'impression que j'ai un certain ascendant sur vous, que je vous inspire du respect...

NX: Smile

PDG: ... Alors qu'il est plus vraisemblable que mes connaissances occultes vous intéresse et que vous souhaitez que je vous les enseigne, ce qui vous force à me garder dans de relativement bonnes dispositions à votre égard. Quoiqu'il en soit, il est vrai pour le moment que je suis un des rares enseignants en mesure de vous donner une consigne et d'être obéi. Et c'est pour ça que nous avons à parler. Asseyez vous.

le jeune NécroX s'installe sur un fauteuil aux accoudoirs ressemblant à des griffes acérées, tandis que son interlocuteur, un petit vieillard sec et caquetant fait le tour du bureau pour aller se pencher sur quelques objets posés sur une table basse.

PDG: Le conseil de l'école a été à la fois favorablement impressionné et très inquiété par le sujet et l'avancée des recherches que vous faites dans les divers passages secrets de l'établissement. Il serait possible de "légitimer", dirons nous, vos activités si vous pouvez donner des garanties que vous contribuerez à la réussite de l'académie. Sinon, les responsables vont probablement vous considérer comme un élément à risque et vous écarter de votre but, quel qu'il soit.

NX: Bon, que dois-je faire? Assister gentiment au cours? cesser de passer des contrats avec les divers spectres dans les couloirs pour qu'il aillent semer la panique dans les dortoirs? Ne plus aller profaner les sépultures des villages voisins? Remettre le cerveau de l'aïeul du directeur à sa place dans son caveau?

PDG: Ce serait une bonne idée, mais ceux du corps professoral qui sont le plus... sceptiques à votre égard ont demandé une action symbolique, visible et publique. Vous participerez au concours Inter-écoles et le remporterez, ou serez renvoyé.

NX: :dimoiksepavrai:

PDG: Vous pouvez disposer. A dans deux semaines, étudiant Dawarsen. J'attends votre performance avec impatience!"
______________________________________________________________________________________________________________

Deux semaines plus tard, amphithéâtre principal de l'académie de magie, au beau milieu du concours. Les centaines de gradins sont plein à craquer d'étudiants, et le brouhaha est solidement alimenté par les commentaires sur les derniers candidats, les diverses bandes des différentes écoles qui se houspillent ou encore les fausses condoléances concernant ce plein dirigeable de bardes elfes qui s'est malencontreusement écrasé avant de pouvoir arriver à l'académie pour participer au concours.


Voix Magiquement Amplifiée de l'Organisateur: Et le prochain concurrent est... Yrkel Dawarsen, étudiant de Septième Cycle en Nécromancie!"

NécroX entre sur la scène, indifférent au concert de sifflets, de huées et de menaces jaillis du public. Arrivé au milieu, il sort de sa tunique un parchemin qu'i lit à voix basse, une lueur bleu pâle brillant dans ses orbites.

NX: Asharak Merlorg Veezmin dityhur Rhapso-dïe ov Faïeur...

D'un geste de la main, il fait jaillir du sol un amas d'os et de tendons qui s'emboitent de sorte à former un imposant piano à queue. Tandis que l'assemblée observe un silence surpris, il s'installe et commence à faire courir ses doigts sur le clavier, selon les airs d'une ancienne mélodie, sa voix s'élevant dans les colonnes sombres.

NX:
Where sun creates shadow's games
where tragic echoes speak of death why Lord why
between the ruins through lakes of holy blood
I walk in tears for my wasted land

En fond de scène, une vingtaine de silhouettes engoncées dans des bures vert sombre à capuchons apparaissent dans les airs, aussi immobiles que des statues. De l'ombre de leur capuches s'élève un chœur aux accents emphatiques.

???:
Echoes of tragedy carved on my steel
in this neverending fight against the beast
soldiers of twilight turn back to hell
burn in your fire of glory for me will be your end

Se taisant aussi soudainement qu'ils ont commencé à chanter, les silhouettes perdent de leur netteté sans toutefois disparaître totalement. Le chanteur, au premier plan, recommence à jouer, prononçant comme avec délectation les antiques paroles.


NX:
Mothers and children embraced in blood
torture and rape will leave their sign
after the sorrow I call the holy rage
burn in my heart now flames of blind hate

Faisant écho à leur première intervention, les silhouettes recommencent à chanter. Mais cette fois ci, elles se tiennent sur une sorte de double escalier, descendant de chaque côté de la scène en direction du piano, et leurs mains dissimulées par de larges manches tiennent des candélabres aux flammes émeraudes.

???:
Echoes of tragedy carved on my steel
in this neverending fight against the beast
soldiers of twilight turn back to hell

Soudain, les robes à capuchons s'embrasent dans une intense flamme verte, et disparaissent tout aussitôt, laissant apparaître les formes grotesques de zombis... aux oreilles pointues. La salle éclate en exclamations diverses en reconnaissant les cadavres des ménestrels elfes portés disparus après leur accident aérien. Mais insensibles au chaos, le chœur morbide entonne une dernière fois le refrain.

Zombis
:
Echoes of tragedy carved on my steel
in this neverending fight against the beast
soldiers of twilight turn back to hell
burn in your fire of glory for me will be your end

Et tandis qu'il plaque les derniers accords de la symphonie mortuaire et que la salle vire au champ de bataille, un sourire très connu des habitants de D-City se dessine pour la première fois sur le visage d'Yrkel Dawarsen, vainqueur par la force des choses du XCDLVIIème Concours de Magie Inter-école, tous les autres candidats ayant subis des blessures graves voire mortelles au cours de la bagarre générale qui suivit sa performance.
______________________________________________________________________________________________________________

La Chronique n'a pas retenu les commentaires du Professeur Gryzniewski au sujet de l'incident.

_________________
Looking for something I've never seen...
avatar
Galdwyn Darkyl
Intelligence Pénétrante

Masculin Nombre de messages : 669
Age : 29
Localisation : si tu as de la chance, entre tes mains
Archétype : Artefact Intelligent
Job/Hobbies : la Connaissance, la Magie, les pierres à aiguiser de qualité
Date d'inscription : 16/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Rêve Second

Message par Matthias Alvensen le Mar 31 Aoû - 21:50

Ouverture. Premier mouvement.

Dans une vaste salle sans fenêtre se tenaient 8 personnes affichant pour 7 d'entre elles une mine ennuyée voire irritée. La huitième, la seule à ne pas être assise autour de la table qui meublait à elle seule la pièce, par contre gardait un visage neutre, sure d'elle même. L'ambiance comme la température était assez fraiche. Les personnes assises cherchaient désespérément la chaleur dans leur costume de réunion.


Personne assise 1 : Hum, je ne vous cacherai pas que votre arrivée et votre désir de séjourner quelques temps sur notre monde nous mettent quelques peu dans l'embarras...
Personne debout : Allons, ne soyez pas si hypocrites. Il s'agit surtout de mon identité qui vous embarrasse.
Personne assise 2 : Le temps a passé, mais l'Histoire reste vivace dans notre monde. Nous avons même à chaque début de printemps une fête commémorant la Grande Séparation.
Personne debout : Il est fâcheux que vous n'ayez pas su enterrer le passé pour vous consacrer pleinement au présent. Mais de cela, je ne suis pas le responsable.
Personne assise 3, explosant : Vous nous avez abandonnés !!!! Ne vous dédouanez pas !

La personne debout ne daigna pas répondre à cette interjection. Elle fixa de son regard neutre l'intervenant, un observateur vigilant aurait peut être pu marquer un reflet de tristesse dans ses yeux, puis se détourna vers le premier ayant parlé, celui-ci semblait présidé l'assemblée, la température sembla perdre encore un ou deux degrés.

Personne assise 1 : Comme vous le constatez, l'hostilité reste encore vive bien que les siècles soient passées. Nous savons rester mesurés, mais si une personne lambda de notre monde venait à apprendre votre qualité...
Personne debout : Nul autre que vous ne connaitra ma véritable identité, je vous le garantis. Ma motivation en vous la dévoilant était d'obtenir ainsi un accès prioritaire et total à vos archives.
Personne assise 1 : Vous l'avez ! Il s'agit d'une marque de respect envers vous. Néanmoins, nous aimerions que vous nous rendiez un petit service durant votre séjour.
Personne debout : S'il s'agit d'une marque de respect, le service que vous souhaiteriez que j'effectue ne peut être un paiement. Donc je n'y suis pas tenu. Donc il faut que j'y prenne un quelconque bénéfice. Vous avez intérêt à être convaincant messieurs.
Personne assise 1 : Nous allons vous expliquer...

Fondu au noir.

Second mouvement. Vue globale sur le monde de Natalys.

Au premier jour du printemps, le monde de Natalys connait une fièvre particulière lors de la fête de la Grande Séparation. A tour de rôle, les individus appartenant à un groupe de connaissance organise une grande soirée de gala afin d'effectuer la commémoration. Tous sont concernés, même certains visiteurs provenant des dimensions proches de natalys appartenant à son étroit réseau commercial.

En cette soirée, le bal le plus important de tout Natalys était donné par le groupe de connaissance comprenant les familles des anciens nobles patriotes et les familles des politiques (membres du parlement, membres du conseil exécutif). Cette année, les personnes les plus en vue et leur famille tournoyaient au son des valses données par la famille De La Mer d'Ysmirn en son somptueux manoir de campagne.


Zoom avant sur le manoir.

Nous ne nous attarderons pas à détailler le déroulement de cette soirée ni à décrire les toilettes des jeunes femmes à marier ainsi que les costumes de leurs prétendants. Nous nous intéresserons plutôt à noter l'absence dans la grande salle de bal d'un de ces jeunes hommes célibataires, par ailleurs un des plus connus de par sa réputation sulfureuse...

Flash. Vue d'une pièce.

Afin de le retrouver, nous n'irons pas loin. Simplement au deuxième étage du manoir, dans le petit bureau privé du maitre de maison, où un jeune homme de taille moyenne mais effilée aux cheveux noirs portant une redingote noire masquant un riche costume de soirée se concentrait pleinement sur l'étude d'un petit coffre fort, plus particulièrement sur la manière la plus simple de l'ouvrir sans en détenir la clef.

La sueur coulait sur son visage marqué par la fatigue. Mais l'espoir de mettre la main sur les joyaux les plus précieux de la famille de la Mer d'Ysmirn maintenait toute la volonté de notre cambrioleur tendue vers l'objectif de l'ouverture du coffre. Il en avait presque oublié le reste de son environnement... Mais néanmoins pas suffisamment pour ne pas sentir la présence fugitive qui venait juste de s'appuyer sur le mur situé au fond de la pièce par rapport à lui. Chose curieuse, il n'avait pas senti la présence entrée dans la pièce par le couloir, ni même entendu l'infime grincement de la porte... Notre jeune cambrioleur se retourna vivement et fit face à un homme aux cheveux bruns vêtu d'un manteau de voyage et d'un complet noir démodé qui l'observait un mince sourire aux lèvres. L'homme semblait être âgé d'une trentaine d'année.


??? : Une grande capacité de concentration et une perception aiguë des auras les plus infimes. Un bon début.
Cambrioleur : Je... Comment êtes vous arrivés dans ce bureau ? Je n'ai strictement...
??? : Rien senti ? Oui surement. Cela vous ne pourrez le savoir que plus tard mon cher. Peut être du moins. Wink Sieur Hikuma Des Plaines de Callister, je présume ?
Hikuma : Oui, mais qui ?
??? : Vous pouvez m'appeler Apeiron Smile.


(à suivre)


Dernière édition par Matthias Alvensen le Ven 31 Aoû - 17:50, édité 1 fois

_________________
A moins de savoir exactement où vous êtes, vous ne pouvez savoir qui vous êtes.
avatar
Matthias Alvensen
Le Troisième Homme

Masculin Nombre de messages : 501
Age : 29
Localisation : Aujourd'hui ici, mais demain ?
Archétype : Un chercheur en occasion et en rebondissement.
Job/Hobbies : Découvrir de nouveaux mondes, de nouvelles personnes...
Date d'inscription : 05/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letremblaysurmauldre.meteoamikuze.com/Statistiques.ht

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Littérature] Les Rêveries de la Bibliothèque Simili-Occulte

Message par Galdwyn Darkyl le Dim 18 Déc - 23:28

Un ensemble de bâtiments, de salles et de corridors coupés du reste du monde. Une atmosphère autrefois studieuse et lumineuse désormais sombre et angoissante. La Magie autrefois ordonnée et maîtrisée, maintenant chaotique et agressive. Et partout des portes, des portes qui mènent partout, et nulle part...

Et quelque part, quelque chose émerge.


Spoiler:
De l'installation complexe d'une intelligence magique artificielle, désormais à l'abandon et sans directives, finit par émerger une nouvelle conscience, un nouvel esprit, aussi tortueux et imprévisible que le contenu des bâtiments irradiés de magie chaotique.

???: 011001 00100110KZZZZT2 secondes... 1 seconde... ZERkkkkzzzzt011001 ERROR 001001101résultat dernières expériences dans Wuthering Heights satisfaisants, passer au programme de test suivKZZZZZT011001 ERROR 0010 ERROR 01101Occasion unique, mana illimité, DOIT EN PROFITER POUR TESTER DOIT TESTERTESTERTESTERTESTERTESTERTESTERERROR1 ERROR 0010 ERROR 01101Dernières consignes Conservateur DarkylERRORmotdepassemanquantinsérernouvellescoordonnéesquiQUIQUIQUIQUIERROR1 ERROR 0010 ERROR ERRORQUISUIS-JEQUISUIS-JEQUEFAIRETESTERTESTERTESTERTESTERTESTERRROOOORKkzzzzzt

ERROR ERROR ERROR ERROR ERROR ERROR ERROR ERROR ERROR ERROR ERROR ERROR ERROR ERROR ERROR ERROR ERROR
ERROR___________________________________________________________________________________________________________________


???: NoUVelLe COnsciENce déTECTéE. BESoIN EgO. QuiWhoWerDare. EgO=IdENTifIant=AcCès AdmINIStraTeUR RésEAU. RecHerCHe IdeNTifiANt eN coURs... GALDWYN DARKYL? néGAtiF. R478S246L9? NEgaTif. RSS? NEGnégAAaaAaAaAtifNEGATIF. IdENTIFIant ComPOsiTe NécESSaiRE. SélECtiON.
...
...
...
GlaDYS.

_________________
Looking for something I've never seen...
avatar
Galdwyn Darkyl
Intelligence Pénétrante

Masculin Nombre de messages : 669
Age : 29
Localisation : si tu as de la chance, entre tes mains
Archétype : Artefact Intelligent
Job/Hobbies : la Connaissance, la Magie, les pierres à aiguiser de qualité
Date d'inscription : 16/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Rêve Second (suite)

Message par Matthias Alvensen le Ven 31 Aoû - 17:40

Hikuma : Apeiron ? Il ne s'agit pas d'un nom courant sur Natalys. Seriez-vous un mercenaire engagé pour me faire peur et stopper mes petits amusements ?
Apeiron : Je suis plutôt ici pour sauver votre vie et le peu de réputation qu'il reste à votre famille. Il y a longtemps que le Conseil qui vous dirige à remarquer vos agissements et a accumulé des preuves contre vous. Votre père, encore influent à ce Conseil, a réussi à les réfréner en plaidant votre jeunesse et le scandale qui éclabousserait sa famille et par extension l'institution, mais le temps a continué à s'écouler et vos petits larcins avec. La coupe a été pleine lorsque vous avez dérobé le coffret à bijoux de la Dame d'un autre Conseiller. De ce fait, ils ont décidé de vous tendre une souricière ce soir. L'ensemble du domaine est cerné par la milice prête à vous passer les menottes au poignet et à vous transférer au palais de justice de la capitale où vous serez jugés demain. Le dossier est prêt, les juges nommés, votre avocat choisit par votre père. Il ne manque que vous. C'est la première possibilité.
Hikuma : ... Et la seconde ?
Apeiron : Vous me suivez sans espoir de retour. Vous vous banissez de vous-même, et il n'y aura ni jugement, ni scandale, ni opprobe. Vous semblez prometteur, je vous enseignerai tout ce que vous pouvez apprendre dans le domaine de la magie et du Voyage.
Hikuma : ... Pourquoi cette intonation particulière sur le mot voyage ?
Apeiron : Pour que je vous réponde, il faut d'abord que vous choisissiez ou non de me suivre. Smile
Hikuma : La fuite ou la prison... Je pense que je vais choisir la fuite, je n'aime vraiment pas être enfermé.
Apeiron : Lorsque je vous considérerai comme prêt, vous pourrez voler de vos propres ailes. Il ne faudra juste pas revenir dans cette dimension...
Hikuma : Dimension ?
Apeiron, prenant la main d'Hikuma : Vous allez vite comprendre. Fermez les yeux, faites le vide en vous, concentrez vous sur ce que vous êtes.
Hikuma : Pardon ?
Apeiron : Faites-le ou je ne réponds de rien.

Hikuma obéit, ferma les yeux et chercha du mieux possible à cerner ce qui lui semblait correspondre à son propre être.

Apeiron : Relativement rapide. C'est parti.

Hikuma sentit un léger décalage dans son être durant quelques secondes, puis l'impression d'avancer à une vitesse extrême alors que ses pieds restaient immobile, enfin tout s'arrêta et Hikuma fut pris d'un court mais intense malaise qui le plia en deux. Rouvrant les yeux, il vit à ses pieds une herbe bleu électrique. Il se releva et observa un oiseau à 4 ailes passer à quelques mètres devant lui...

Hikuma : Alors il vous est possible de voyager dans différentes dimensions.
Apeiron : Il s'agit de la première leçon mon cher.

/Flash/

Kaléidoscope d'une suite classique faite d'apprentissages sur le tas, de quêtes en duo puis en trio suite aux retrouvailles d'Apeiron avec Imryss, de combats, de voyages multiples. Après quelques années, Apeiron décida qu'Hikuma devait chercher à voyager de lui-même, à aller de mondes en mondes afin de faire fructifier ce qu'il avait appris, à développer sa propre forme de magie des réalités. Hikuma retrouva vite son goût pour les fêtes et le cambriolage, mais néanmoins il ne fut jamais attraper. Sa capacité de voyage était toujours plus forte. Puis il y eut le moment où il se rendit pour un énième bal dans le monde de Luins, malheureusement à la veille où celui-ci risquait d'être submergé par les Ombres.

/Flash/

L'apocalypse advint.

Plongée.

Où tout n'est plus que potentiel, dans un tumulte où tout ce qui a été et tout ce qui n'a pas été est mêlé, où la notion d'existence n'a plus court, où tout et rien se mélangent intimement, où toutes les caractéristiques, les repères, les dons, les sentiments s'effondrent et perdent la qualité d'être.

Ne commettant pas l'erreur de se débattre, ne fuyant, ni ne combattant pour la première fois de sa vie, Hikuma laissa son corps s'enfuir de lui, se dissoudre en un ensemble, puis de même pour son esprit laissant ainsi partir tout ce qui faisait de lui Hikuma, cet Hikuma qu'il avait construit depuis sa naissance, sans essayer de s'y accrocher, se laissant aller dans un soucis de fluidité et de moins grande résistance possible ; il laissa partir tout ce qui avait été Hikuma, ne gardant qu'au fond de son essence, de son âme qu'un reliquat de ces données ; dans un premier temps ; puis toujours dans un soucis de moins grande résistance, ce qui avait eu pour nom Hikuma, endormit ces données, et se laissa glisser dans une douce somnolence. Ne laissant de son essence qu'un amas dérivant dans le tumulte, aux liens lâches entre ses éléments, au quart conscient de lui-même, afin de ne pas être pulvérisé à cause d'un excès de détermination.

Puis plus conscient du tout, un amas qui file vers l'obscurité, l'obscurité...

Une lumière. Un sourire.

L'amas redevint peu à peu conscient, sans toutefois réveiller ses données. Un temps.

Tous les quatre étaient là... et d'autres encore. Il y avait des êtres auréolés de lumière, indistincts comme s'ils étaient cachés par leur propre lumière, qui les regardaient.

L'amas qui avait eu pour nom Hikuma parla : "serais-je là ? Pourrais-je revenir ?"

Une voix douce, ni masculine ni féminine, répondit doucement : "Patience, il est encore trop tôt pour que tu poursuives ce chemin, repose toi."

Et les quatre s'endormirent…

Hikuma se réveilla dans le noir. Il n’était plus un amas, il était lui-même en pleine possession de son intégrité, mais quelque chose n’allait pas. Il était seul, les êtres lumières étaient repartis et ses compagnons s’étaient éloignés de telle sorte qu’il ne pouvait plus les apercevoir, mais surtout l’environnement n’était plus propice au repos. Les êtres de lumière partis, le chaos reprenait place et cherchait à envelopper Hikuma, à se nourrir de lui. Déjà, il pouvait sentir son aura rongé peu à peu.

Il partit en quête, chercha à tout prix à rallier un point de réalité stable afin de se sauvegarder. Sortir du chaos avant d’être complètement dissous. Peine perdue, il était au plus profond du chaos avec lui pour seul point de réalité stable. Oh, cela ne voulait pas dire que toute réalité avait disparu. Elle était juste trop loin pour être atteinte à moins d’user du saut direct à l’aveugle, être comme un éclair filant à travers les limbes. Seulement il n’y avait aucune possibilité pour Hikuma d’arriver intègre sans un lanceur suffisamment puissant.

Alors il choisit d’être son propre lanceur : envoyer plusieurs échos de lui-même en quête de potentiel énergétique dans la trame de la réalité suffisamment puissant pour se reformer. Il fallait agir vite avant d’être trop affaiblie car le chaos continuait son travail de sape. Il se mit au travail.

Il concentra sa magie, formant son cercle juste à ses pieds et un kekkaï temporaire autour de lui, il déversa sur le sceau de pouvoir la quasi totalité son énergie, puis se mit à pâlir et à perdre en substance au fur et à mesure qu’il commença à intégrer à sa magie ses données corporelles, mentales, ses capacités, ses dons, ses envies, ses émotions, ses goût, tout ce qui faisait son identité jusqu’à son nom et sa mémoire. Il ne garda que le lien avec le cercle, la part de ses connaissances sur la magie des échos et suffisamment de mana pour lancer ce qui deviendrait ses sauvegardes.

Mettant en pratique ses connaissances, il commença à calculer à toute vitesse le nombre d’échos de lui-même qu’il pourrait créer, ainsi que la part exacte de lui-même qu’il donnerait à chacun.

Il se décida pour trois échos :

Au premier il donna des connaissances généralistes, magie, cambriole, épéiste, il saura tout faire mais sera moyen en tout, seule la pratique, l’apprentissage, et sa capacité à surmonter ses contradictions l’aideront à devenir plus fort.

Au second il donna la quintessence de son art du cambriolage, en contrepartie ses compétences magiques seront lacunaires et endormies. Sa ruse, sa roublardise, son agilité et une capacité d’apprentissage accrue pourront lui permettre de se perfectionner et de prendre conscience de la part de magie qui est en lui.

Enfin au troisième, il donna la plus grande partie de son énergie magique, avec un simple gout opportuniste pour la cambriole sans prédisposition particulière. Il sera magicien avant tout et détiendra la majeure partie des connaissances d’Hikuma dans ce domaine. Il ne bénéficiera néanmoins d’aucune capacité dans la magie des échos. Enfin décidant que ce dernier écho aura la plus grande chance de pérennité, Hikuma décida d’en faire son écho dominant et de lui apposer son nom et sa mémoire dans son inconscient, il aurait ainsi la capacité de découvrir sa véritable identité dans un temps relativement court et de partir ainsi à la quête des deux autres.

C’est alors qu’eut lieu l’erreur de calcul. A l’instant où fut ajouter le nom et la mémoire d’Hikuma au troisième écho, celui-ci devint instable, trembla, sembla sur le point d’imploser, puis finalement se divisa en deux : une part de la substance du troisième écho alla dans un quatrième non prévu suivit du nom et de la mémoire qui restèrent extérieur et tournèrent autour de la nouvelle forme lui donnant de l’ampleur. Hikuma comprit que ce dernier écho serait une pure illusion, une énergie spectaculaire mais vide, créé par le simple fait qu’elle était liée à son nom et à sa mémoire. Ces dernières se matérialiseront sans doute dans un artefact.

Haussant les épaules face à ce coup du sort, Hikuma mobilisa ses dernières forces et envoya les formes embryonnaires à toute vitesse au travers du chaos en quête de lointains points de réalité. Puis dans un sourire, Hikuma se laissa aller et ne fut plus.


/Flash/

L'Hybride

Il était trop généraliste. Même s'il fut le premier à retrouver, sans le savoir, les anciens amis de son "père", son caractère généraliste causa sa perte. Il partit en quête avec eux, suivant la vindicte d'Apeiron contre l'une de ses plus anciennes connaissances, un sorcier. Ils affrontèrent ses sbires avec succès, contrèrent ses pièges, mais quand ils le piégèrent et l'affrontèrent Matthias n'était pas armé pour résister aux sorts d'un manieur d'Ombres chevronnés. Il fut dissout sans autres formes de procès à la fin de la bataille.

/Flash/

Le Cambrioleur

Dans un monde ressemblant à l'Angleterre de l'ère victorienne, un bal était donné par les Hauts Dignitaires. Durant ce bal, il était autant question de politiques que de frivolités. Mais le rêve passe vite sur ses points annexes pour se concentrer sur un homme seul dans le bureau du maitre de maison. Celui-ci était occupé à apprécier en esthète le tableau masquant le coffre fort bien fourni du Dignitaire Darcy. Avec un léger sifflotement, l'homme sortit son outillage rangé dans la doublure de son épaisse redingote, puis s'attaqua à son ouvrage. Trois minutes plus tard, la porte blindée s'ouvrait comme une fleur, révélant son rutilant contenu. L'homme n'étant pas un rapace, il choisit avec soin les objets les plus précieux et les plus facilement transportable. Il terminait son tri lorsqu'il sentit derrière lui une présence. Il n'eut le temps de se retourner que déjà une voix d'homme dit :

Apeiron : Il est amusant de voir comme les même choses peuvent se répéter. Vous vous nommez ?
??? : Euh Matthias Alv... Mais pourquoi dis-je cela moi ? Suspect
Apeiron : Matthias oui. Je pensais bien que vous alliez dire cela.

/Flash/

Le Magicien

Bloqué en stase quelque part dans les anciens égouts de Darkam, cerné par des murs de glace sale qui le font échapper aux trop rares (et souvent trop soul, qui irait dans au plus profond des égouts parfaitement clair, je vous le demande ?) regards, l'original piégé par son frère rêve sans jamais se souvenir. Néanmoins dans ses périodes de veille inerte, il sent maintenant que quelque chose lui échappe et commence à se demander pourquoi il ne se souvient jamais de ses songes. Il décide alors de mettre à profit son emprisonnement pour approfondir ce point. Pour une fois, il dispose d'une marge de temps appréciable pour l'introspection.

L'écho s'endort dans son lit. L'original se réveille et ne se souvient pas, une nouvelle fois.

_________________
A moins de savoir exactement où vous êtes, vous ne pouvez savoir qui vous êtes.
avatar
Matthias Alvensen
Le Troisième Homme

Masculin Nombre de messages : 501
Age : 29
Localisation : Aujourd'hui ici, mais demain ?
Archétype : Un chercheur en occasion et en rebondissement.
Job/Hobbies : Découvrir de nouveaux mondes, de nouvelles personnes...
Date d'inscription : 05/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letremblaysurmauldre.meteoamikuze.com/Statistiques.ht

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Littérature] Les Rêveries de la Bibliothèque Simili-Occulte

Message par FarFade le Dim 24 Mar - 17:48

Durant la septième strates de calcium de la trente-cinquième lune, un être poulpeux chevauchait son hippocampe en direction du grand royaume de Critias.

La route était peuplée de nombreuses créatures aquatiques, principalement de Gangoon. Ces humanoïdes amphibiens aux oreilles pendantes contrôlent une majorité du commerce de cette région avec leur royaume comme principale place marchande.
Bien que la tradition des Gangoons soit très restrictive envers les autres races, ils se sont vite aperçus que leur sens des affaires lié à leur capacité de vivre entre deux mondes leur permettrait de se faire un nom et, surtout, beaucoup d'argent. Acceptant donc largement les étrangers dans leur royaume, seul le grand palais situé au centre de la ville était interdit à toutes autres créatures que les Gangoons.

Le cavalier arrivait d'ailleurs à l'entrée principale du royaume, d'énormes portes en corail ornementées de coquillage que l'on disait tout le temps ouvertes, contrastant avec les murailles de sables les entourant. Un dôme en verre perforés de petits trou fermait entièrement le royaume en se fixant sur les murailles qui formaient un cercle.

L'organisation intérieure était tout à fait terrestre, des rues et des places numérotées voire nommées, si ce n'est que les habitations se superposaient les unes aux autres.

Dans les rues, ça bullait sévère, une quantité impressionnante de ressources rares s'échangeait à chaques étales et tout le monde voulait le meilleur prix.

Toutefois notre cavalier se dirigeait vers un endroit précis, le palais.

La majorité des êtres aquatiques l'entourant ne se doutait surement pas de la mission qu'on lui avait confié. Son habilité, son intelligence et son sang-froid ne sont pas les uniques raisons pour lesquelles il avait été demandé. En effet, le palais étant strictement réservé aux Gangoons, il est en fait magiquement maintenu dans des conditions terrestres, cela permettant de maintenir les êtres purement aquatiques hors de ce lieu, une intense protection armée faisant le reste du travail.
De plus, il n'y avait qu'une seule entrée possible, le palais n'étant de l'extérieur qu'un énorme dôme blanc parcouru de liserés or percé à son sommet d'un orifice servant de portail. Il fallait donc nager jusqu'en haut sachant qu'aucun unGangoon n'osait s'approcher ne serait-ce qu'à une lieue du dôme, vide d'habitation.

_________________
... quand les poulpes auront des dents.
avatar
FarFade
Asylum Imperator

Masculin Nombre de messages : 881
Age : 25
Localisation : Dans les méandres d'un cerveau torturé, et poulpeux.
Archétype : Poulpe.
Job/Hobbies : Tenter de conquérir le monde. Et manger des sardines.
Date d'inscription : 04/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Littérature] Les Rêveries de la Bibliothèque Simili-Occulte

Message par Galdwyn Darkyl le Sam 5 Oct - 8:51

Une grande plaine légèrement vallonnée, dont les reflets émeraude frémissent au gré du vent sous un ciel radieux. Sur cette océan de verdure se trouve une armada de tentes savamment ordonnées et de bannières éclatantes, chacune arborant fièrement un Loup d'Argent sur un fond blanc. Plongeons entre les toiles nacrées et...

(Waaah, Boss, vous vous sentez plus, c'est quoi ce délire?)
(Silence, Kevin.)
(C'est pour impressionner la petite nouvelle, celle qui a fait la formation "Muse"?, c'est ça?)
(Va trier les archives, tiens.)


... et approchons d'un chapiteau sous lequel est installé une grande table, chargée de plans, de cartes, et des restes d'un copieux repas. Les personnes attablées discutent gaiement entre elles, s'interrompant le temps de répondre au nombreux saluts respectueux des contingents d'hommes d'armes passant non loin. Il y a un robuste guerrier aiguisant une large épée, un vieil homme dont les yeux intenses démentent la frêle constitution, une jeune femme à la tenue anarchique et aux bras tatoués, et enfin au milieu de la tablée un homme blond à la mine avenante, au regard pénétrant et irradiant le calme et la confiance.


Robuste Guerrier: Ne sois pas de mauvaise foi, Linnorm. Cette fois-ci, le tournant de la bataille a clairement été la troisième contre-charge de cavalerie: c'est là que leurs troupes d'élites ont été décimées!

Femme tatouée, répondant au nom de "Linnorm": J'admets que ça les a privés de leurs chevaucheurs de sangliers, mais leur plus grande force restait dans leur nombre. L'infanterie, voilà ce qui détermine les batailles: pas besoin de grosses brutes montées sur des créatures malodorantes.

Robuste Guerrier: Tu parles bien des chevaucheurs de sangliers, j'espère...

Linnorm: Prends ça comme tu veux, Gerudo Smile

Robuste Guerrier, alias Gerudo: ... Et donc, ô féroce commandeuse de l'infanterie, où situerais-tu le tournant de la bataille?

Linnorm: Hm... La fausse retraite vers les collines. Nous avons pris leur nombre et l'avons retourné contre eux, avant de lancer notre offensive. C'était un pari risqué, qui aurait très bien pu virer à la débandade ou pire laisser nos flancs exposés s'ils n'avaient pas mordu à l'hameçon.

Gerudo: Et ça aurait été aux "grosses brutes" de venir vous sortir de la panade, comme d'habitude...Very Happy 

Le Vieil Homme, avec la voix de celui qui a entendu cette conversation environ 50 fois de trop, mais reste bienveillant: Linnorm, Gerudo, s'il vous plaît...

Linnorm&Gerudo, parfait ensemble: oui papa, désolé papa...

L'homme Blond, levant ses yeux d'une liasse de parchemins couverts d'écritures diverses: Merrion a raison, vous savez. Entre nous, franchement, ça n'a aucune importance, et il ne faudrait pas que les hommes vous entendent vous chamailler et commencent à chercher la gloriole à tout prix. Ce n'est qu'en travaillant ensemble et en jouant nos rôles que nous pouvons vaincre, et cette victoire est partagée par tous.

Linnorm, venant passer ses bras autour des épaules de l'homme blond avec un petit sourire: garde tes beaux discours pour les grandes occasions, Isolder. Tu es sexy quand tu les fais, mais nous ne sommes pas les nouvelles recrues qu'il faut motiver avant la première bataille.

Gerudo: je dois quand même admettre que ça marche... Le régiment des volontaires qui nous ont rejoint la semaine dernière ont fait de l'excellent travail.

l'homme blond, aka Isolder: Au moins maintenant, ils n'auront plus à craindre ces maraudeurs. Je regrette juste que nous ne soyons pas intervenu plus tôt.

le vieil Homme, Merrion: la faute revient à leur seigneur qui partageait le fruit des rapines avec les pillards, Isolder. Il sera vite remplacé, et maintenant ces braves gens savent se défendre.

Gerudo, levant sa chope: en somme, tout est bien qui fini bien pour les Fauves d'Argent, encore une fois! Et en parlant de fin, regardez qui revient de son inventaire en ville!

Le groupe s'écarta pour faire place à un nain doté d'une ample barbe blanche, boîtant légèrement et s'appuyant sur une robuste canne métallique. Isolder se leva pour l'accueillir avec un franc sourire.

Isolder: Karum, content de te revoir! Avons nous tout ce qu'il nous faut pour reprendre la route?

Karum, l'air visiblement ennuyé: Oui, garçon, oui, les habitants ont été plus que généreux avec les vivres et les matières premières, nous sommes parés. Mais... J'ai appris quelque chose en ville... A propos de ton frère.

Le silence se fit l'espace d'un instant autour de la table, juste assez longtemps pour que s'envole l'atmosphère complice et détendue. Isolder prit une longue inspiration et fit signe au nain de continuer. Celui-ci se contenta de tendre un parchemin craquelé, ressemblant à ceux cloués aux Hôtels de Ville par les crieurs de rue. Après l'avoir lu en silence, l'homme blond se prit la tête entre ses mains et poussa le document au centre de la table: le vieillard s'en saisit et commença à lire, avec les deux autres au dessus de ses épaules.


Merrion, reposant finalement le parchemin: C'est affreusement vague... Ne pouvons nous pas avoir plus d'informations?

Karum: Hélas non, l'Ancien. Après avoir traversé autant de villes, c'est devenu plus une rumeur qu'autre chose, et le ménestrel n'a pas pu me donner de détails.

Gerudo: ça paraît assez... exagéré. C'est peut-être une histoire à dormir debout?

Isolder: S'il n'y avait pas de nom, je serais de cet avis. Mais quand c'est mon propre frère qui se retrouve associé personnellement à ce genre d'exagération...

Linnorm: ...C'en est presque trop gros pour être un mensonge. Mais comment est-ce possible... ça fait des années qu'il est parti, sans donner de nouvelles!

Isolder, l'air sombre: J'ai essayé de suivre ses traces au début, mais c'est comme s'il voulait disparaître...

Merrion, voix ferme: Isolder, ne t'engage pas sur ce chemin. Ton frère à fait ses propres choix et son départ et ses actions depuis ne regarde que lui.

Isolder, frappant du poing sur la table: Il était si jeune! Je suis sûr qu'avec un peu plus de temps, j'aurais pu lui faire entendre raison... Si seulement il avait bien voulu me parler, me dire quelque chose, n'importe quoi, j'aurais pu agir différemment, j'aurais...

Linnorm, venant s'asseoir à côté de lui: Tu aurais perdu ton temps, mon amour. Depuis le début, les dieux seuls savent ce qui lui passait par la tête, et il n'a jamais accepté ton aide. Si tu cherches à tout prix un coupable, je dirais que tous les deux, nous en partageons la responsabilité...

Isolder: ...

Linnorm: Alors cesse donc de t'obstiner à réparer le passé et dis nous plutôt ce que tu comptes faire à ce sujet. Parce que si je te connais bien, tu ne vas pas simplement laisser les choses en l'état...

Gerudo avec un sourire grandissant: Oui, je connais bien ce regard... Généralement, les ennuis pleuvent peu de temps ensuite!

Isolder: ... Karum? Je te confie le commandement. Prends les compagnies et allez en baraquement au point habituel, repos pour les hommes et entraînement  léger. Je prends avec moi la première cohorte de franc-tireurs...

Gerudo: Hey!

Isolder: Smile ... La première manipule de cavalerie légère...

Gerudo: Je préfère... Razz 

Merrion: *ahem*

Isolder: Very Happy ... et mon conseiller stratégique, ainsi que ma garde du corps, bien sûr.

Linnorm: il y a intérêt! Twisted Evil 

Karum: Bien noté, Général. Puis-je savoir ce que vous comptez faire?

Isolder, se levant d'un air décidé et empoignant deux épées jumelles: Je vais te le dire. Je vais me rendre à cette... Darkham-City, j'apprendrais le fin mot de cette "Incident à la Bibliothèque Simili-Occulte", et je vais retrouver mon petit frère et lui faire cesser ses enfantillages !

LRDG: Oui, Général Darkyl! knight

_________________
Looking for something I've never seen...
avatar
Galdwyn Darkyl
Intelligence Pénétrante

Masculin Nombre de messages : 669
Age : 29
Localisation : si tu as de la chance, entre tes mains
Archétype : Artefact Intelligent
Job/Hobbies : la Connaissance, la Magie, les pierres à aiguiser de qualité
Date d'inscription : 16/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Littérature] Les Rêveries de la Bibliothèque Simili-Occulte

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum